Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 28 juin 2005

Un petit faon dans la Drôme



Ce matin, j'arpentais des terres dans la Drôme, un peu au dessus de Nyons, au bord de l'Eygues. C'était des terres un peu sauvages, avec des coins boisés et des ruines assez belles et, comme on avançait en terrain découvert, on a vu sortir du bois à gauche une biche avec son faon. Elle était à trente mètres de nous et sautillait dans les herbes, suivi par son faon, sans crainte particulière. Et elle a disparu derrière la ruine à droite. Puis, peu après, on a vu sortir un deuxième faon, qui a suivi le même itinéraire que sa mère et son frère (ou sa soeur ?) et qui a aussi disparu à droite derrière la ruine.

Mais, à notre grande surprise, on a vu le faon en question revenir de derrière la ruine, et s'approcher de nous tranquillement, toutes oreilles dressées. Il était surpris de nour voir là, et il venait à notre rencontre pour faire connaissance, voir qui on était.

J'ai lentement sorti mon appareil, et j'ai dit aux deux personnes qui m'accompagnaient : "Ne bougez plus !". Et j'allais faire une photo inoubliable quand le monsieur qui était avec nous a cru bon de faire trois pas en avant. Le faon a fait demi-tour immédiatement, et je n'ai pu capturer que cette image du petit faon qui était venu à notre rencontre.

Dommage ... Mais je garde dans ma mémoire cet instant magique.

Crédit photo : Luc

Libellés : ,

1 Comments:

Blogger claire said...

L'instant de grâce...
Et dans ces moments là on se sent tellement priviligié...
Encore faut-il savoir voir.

mardi, 28 juin, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home