Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 3 octobre 2006

Désinventons !



Je viens de lire dans une revue scientifique un article (Didier Nordon dans « Pour la Science » octobre 2006) amusant qui suggère de mettre en pratique le concept de « désinvention ». En gros, certaines inventions ayant apporté plus de soucis que de satisfactions, désinventons-les !

L’auteur suggère par exemple de désinventer l’électronique automobile, idée à laquelle je souscris avec enthousiasme.

Je suggère personnellement, de désinventer l’impôt sur le revenu, inventé, rappelons-le, par Joseph Caillaux (centre gauche) en 1914 – et dont, au passage, la tendre épouse Henriette avait assassiné le 16 mars de la même année Gaston Calmette, le directeur du Figaro (mesdames, je vous rassure, c’était l’honneur de son mari qu’elle a ainsi défendu, et Henriette a été acquittée le 28 juillet de la même année – notez à cette occasion comme la justice allait bon train en ces temps-là).

Et aussi les scooters des mers qui font du bruit, sentent mauvais, consomment bêtement de l’essence, et perturbent quelquefois ma séance de natation journalière.

Et aussi la télévision, qui nous vole notre temps libre et nous gave d’une bouillie prédigérée. En revanche, vive la bonne radio qui nous laisse beaucoup plus libre de nos actions et pensées. A noter que la France est très en retard en matière de radio, l’Angleterre par exemple est déjà presque totalement couverte par le DAB (Digital Audio Broadcasting) – une sorte de TNT pour la radio.

Et encore les mobylettes qui pétaradent bruyamment pendant que je prends tranquillement mon café sur la terrasse… mais, bon, il faut bien que jeunesse se passe…

On pourrait aussi désinventer les télécommandes multifonction d’appareils audio-visuels. Sans forcer, j’ai chez moi cinq télécommandes totalisant deux bonnes centaines de boutons dont, pour la plupart, j’ignore complètement la fonction (à moins de lire la notice de 100 pages en mauvais français, que j’ai évidemment égarée). Le pire, c’est évidemment les appareils qui n’ont plus de bons vieux boutons simples en face avant, et qui exigent le recours à la télécommande pour le moindre réglage. Horripilant. Télécommande, d’accord, mais monofonction, avec au plus cinq boutons dont l’usage est à la portée du premier chimpanzé venu.

Et vous, que proposez-vous qu’on désinvente ?

8 Comments:

Blogger Luc said...

Bonne idée ! Il y a plein de trucs à désinventer !

Moi je propose de désinventer la cigarette, inventée en 1843, avec la cigarette filtre, inventée en 1930.

mardi, 03 octobre, 2006  
Blogger claire said...

Moi je voudrais juste qu'on arrête un peu d'inventer des trucs qui vont toujours plus vite... la voiture qui roule plus vite que la précédente, le four à micro onde qui plus est multi fonctions, l'ordinateur qui télécharge toujours plus vite...c'est bien tout ça mais ça sert à quoi au final ? Paradoxalement ça ne nous libère pas plus de temps que ça. Tout va plus vite. C'est tout. (Et moi qui ne suis pas dopée j'ai parfois du mal à suivre!!!) On veut le truc dernier cri qui a le petit plus qui va bien...et le précédent qui va bien mais un peu moins : pff...poubelle. Moi j'ai une télé qui marche encore mais je voudrais un écran plat plus joli et qui prend moins de place chez moi...et où va t'elle aller ma vieille télé qui marche encore ???
Je désinvente le fordisme, le travail à la chaine et l'idée du toujours plus vite...et pour ce qui est de la société de consommation...j'aimerais que ce soit une invention...

mardi, 03 octobre, 2006  
Blogger Lointaine said...

Le moteur à explosion et la pétrochimie.

Exit le réchauffement climatique et un grosse partie des conflits du 20ième et 21ième siècles.

bon OK c'est un peu radical, on supprime en même temps pas mal de bonnes choses. Mais quand même...ce soir on a le droit.

mardi, 03 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Ah le scooter des mers en voilà en effet un truc bizarre et désagréable.
Il m’arrive d’aller faire un tour au confluant du Rhône et de la Durance et bien figurez vous que sur ce magnifique plan d’eau on trouve une base de Scooters et de hors-bords.
Je n’ai pas fini, on peut les voir passer des couples avec la nana sur un quad, (une autre belle invention) qui tire le scooter sur une remorque, le mec, derrière avec le gros 4x4 genre Cayenne ou Mercedes et le hors bord derrière.
Le WE pour m’amuser je vais brûler quelques jerricans d’essence !
Samedi dernier, j’étais un peu plus loin sur la Durance pour admirer cygnes, oies cendrées, colvert et autres hérons : certains de nos élus songent à transformer ce paradis en base nautique, savez vous ?
C’est une bonne idée la désinvention, mais je suis effrayé par la longueur de la liste.
Allez, je risque une proposition : désinventons la propriété, tous tahitiens...

mardi, 03 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

La remarque de Claire sur l'accélération des choses est en effet pertinente, notamment en matière technologique. La durée de vie d'une technologie se raccourcit de plus en plus, et on peut se demander comment ça peut continuer ainsi... C'est la raison pour laquelle je ne porte plus de montre : ses aiguilles tourneraient trop vite !

Quand Lointaine évoque la désinventation du pétrole, je trouve que ce n'est pas si utopique que ça, et je souscris à cette idée. Car les solutions alternatives existent, au premier rang desquelles se place l'énergie nucléaire. Le nucléaire, c'est formidable, la seule chose est de manipuler la chose avec le plus grand soin. Je suis un nucléariste convaincu, mais je redoute la banalisation du nucléaire civil, qui, de mon point de vue, conduit à un relâchement de la sécurité. C'est la raison pour laquelle j'ai très mal accueilli la privatisation partielle d'EDF (et donc de nos 58 centrales nucléaires). Je vois avec effroi le résultat de la privatisation des centrales suédoises, où les incidents succèdent aux incidents. A vrai dire, même en France, la sécurité n'est pas suffisante (une centrale a récemment fonctionné pendant six mois alors que ses circuits de sécurité étaient débranchés). Je suis pour le nucléaire sûr, et je souhaite que de très gros investissements soient consacrés à l'hyper sécurisation des centrales. Moyennant cela, on pourra se passer de pétrole : pour le trafic routier, quelques centrales nucléaires seront consacrées à faire de l'hydrogène (notamment la nuit, où les centrales tournent quasiment à vide), et les voitures rouleront à l'hydrogène (pile à combustible et moteurs électriques) en ne rejetant qu'un léger nuage d'eau...

Pour des déchets, on devra les stocker à l'air libre, pour que les futures centrales à neutrons rapides puissent s'en repaître...

Et dans une cinquantaine d'années, les premières centrales à fusion thermonucléaire sonneront définitivement la fin du pétrole...

jeudi, 05 octobre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

au nom du principe de résiliance , je propose que nous ne désinventions rien.

Progressons de nos erreurs et des souffrances qu'elles ont engendrées. Sans etre un positiviste (tendance siècle des lumières), il me semble que les choses que nous proposons de désinventer sont pour l'essentiel parmi celles dont d'autres aimeraient profiter avant que nous n'en décidions en priviligiés gatés.

vendredi, 06 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Philippe a un peu raison, sauf que les certains autres qui n'ont pas grand chose aujourd'hui auront accès demain aux technologies les plus évoluées, sans avoir à passer par les technologies intermédiaires. Par exemple, ils auront accès au téléphone cellulaire sans avoir à passer ni par le télégraphe, ni par le telex, ni par le téléphone filaire, etc. Donc le fait de désinventer quelque chose qui n'est pas bon ne peut guère les gêner, car ils bénéficieriont de la technologie de remplacement qui sera réputée meilleure...

samedi, 07 octobre, 2006  
Blogger Paul said...

Quelques exemples d'objets déjà désinventés avec succès :

- le casque à pointe.
- la règle à calcul.
- la gaine de maintien.
- Edgar Faure.

Il me semble urgent par ailleurs de désinventer rapidement :

- le fil rouge qui permet de (ne pas) ouvrir les emballages en Cellophane (r)
- les diffuseurs de parfum d'ambiance.
- les raviolis en boîte.

lundi, 09 octobre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home