Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 27 septembre 2006

Un opéra de Mozart annulé à Berlin

Idomeneo

Lundi 25 septembre, la direction du Deutsche Oper, l'une des trois salles d'opéra de Berlin, a décidé de déprogrammer Idoménée, un opéra de Mozart. En effet, à la fin de l'opéra, Idoménée, le roi de Crète, revenait sur scène avec un sac ensanglanté. Dans le livret original, il sortait de ce sac la tête de son fils, réclamée par Poséidon pour pouvoir retourner sur son île. Dans la version actuelle, imaginée par le metteur en scène Hans Neuenfels, il sort de son sac les têtes du dieu de la mer, de Jésus, de Bouddha et de Mahomet.

Il y a 3 ans, cette version jouée au Deutsche Oper, avait juste causé quelques remous. Aujourd'hui, suite aux réactions causées par la publication au Danemark de 12 caricatures de Mahomet, puis, plus récemment par la citation par Benoit 16 d'un texte datant de 1391 , cette scène a causé l'annulation de la représentation de cet opéra de Mozart à Berlin.

Saluons ici la victoire éclatante de tous les religieux intégristes et ayons une pensée émue pour la liberté d'expression et la création artistique.

"Le 21eme siècle sera spirituel ou ne sera pas." avait déclaré André Malraux. En fait, le 21ème siècle, il est bien parti pour être intégriste et obscurantiste.

La liberté a donc perdu, définitivement. Tenez-vous le pour dit. Dorénavant, plus une seule critique, ni même une seule allusion à quelque religion, croyance ou secte que ce soit ! Sinon, gare à vous ! Ce lundi 25 septembre 2006 aura sonné le glas de la libre pensée. Chaque année, je saurai m'en rappeller, et je viendrai déposer une fleur symbolique auprès de la Statue de la Liberté, en pensée, bien sûr ...

Pour en savoir plus :
1. Un opéra retiré en Allemagne par peur de réactions islamiques (Le Monde)
2. Fury as Berlin Opera Cancels Performance (Der Spiegel)
3. Merkel contre l'annulation d'un opéra avec Mahomet (Le Nouvel Obs)

Sur le même sujet :
1. On ne rigole pas avec Mahomet ! (Chez Luc - le 2 février 2006)
2. De quoi Benoit 16 s'excuse-t-il ? (Chez Luc - le 17 septembre 2006)

Crédit photo : Sipa

4 Comments:

Blogger Jack said...

C'est le début de l'inquisition!

mercredi, 27 septembre, 2006  
Blogger FrançoisFrançois said...

Lorsqu'on pense aux émeutes accompagnées de Le Sacre du Printemps à Paris en 1913 de Stravinsky on peut se demander assez facilement "Comment est-ce un ballet peut faire un truc pareil?" Et voilà, évidemment, ce n'est pas si difficle d'après tout.

jeudi, 28 septembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Bon, d'accord, c'est l'inquisition, l'obscurantisme et tutti quanti.

Mais c'est aussi de la provocation gratuite. Pourquoi diable remplacer la tête du fils d'Idoménée par celles de Jésus, Mahomet, Bouddha et Poséidon, si ce n'est pour provoquer ?

vendredi, 29 septembre, 2006  
Blogger Jack said...

@FrançoisFrançois : Les polémiques autour du Sacre du Printemps ou d’Ernannie pour parler d’une autre œuvre qui alluma des conflits dans l’opinion de l’époque trouvent leur justification dans le fait qu’elles constituaient un tournant dans la musique ou le théâtre.
Aucunes d’elles ne furent interdites
La situation de cette œuvre est tout à fait différente, et c’est encore de la liberté d’expression dont il s’agit, liberté toujours remise en cause par les mêmes, dont l’influence enfle désormais chaque jour.

@Patrick : je suis d’accord avec toi et j’ai bien peur que la mise en scène recherche justement la provocation et que l’on pourrait même soupçonner « l’artiste » d’intentions purement mercantiles.
J’ai également le sentiment que la mise en scène prend énormément de « liberté » avec l’œuvre, jusqu’à la dénaturer.

vendredi, 29 septembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home