Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 14 juillet 2007

Un 14 juillet très européen

soldiers-from-the-european-union

Ce n'est pas la première fois que la France invite un pays étranger à défiler le 14 juillet, mais c'est la première fois qu'elle invite les 26 membres de la communauté européenne à défiler. C'était un spectacle étonnant. Comme il fallait qu'il défilent ensemble, ils ont dû ajuster leur pas.

Par exemple, les soldats polonais, avec des bottes de cuir aux semelles cloutées, conçues pour le pas de l'oie, on dû défiler "normalement". Mais quand même, leur pas avait quelque chose de mécanique. Quant aux espagnols, ils avaient envoyés un détachement de leur "légion étrangère", défilant avec la chemise ouverte presque jusqu'à la ceinture, style "même pas peur de la mort". En marchant, ils jetaient sur l'épaule leur bras musclés terminés par un poing fermé vachement viril. Très pittoresque !

Troupes étrangères

A la fin de la cérémonie, le président français a serré la main des 26 porte-drapeaux européens, et j'ai trouvé que c'était un symbole très fort et très émouvant. Il suffit de relire l'histoire de l'Europe des siècles qui viennent de s'écouler pour se rappeller que tous ces pays ont passé leur temps à s'entre-déchirer, et que les prédécesseurs de tous ces soldats qui étaient là passaient leur temps à se tirer dessus les uns sur les autres. Mais là, il défilaient ensemble dans un continent en paix.

Ca faisait chaud au coeur.

Segway


A part ça, un signe aussi qu'on est dans un temps nouveau, c'était la présence de caméramans portant des handicam sur des Segways. Ils pouvaient évoluer le long du défilé, sans se casser la figure et en fournissant une image très stable. J'en ai vu un ou deux à l'écran : bluffant !

Pour en savoir plus :
1. 14-Juillet: l'Europe de la Défense parade à Paris (Le Nouvel Obs)
2. 14 juillet : les 27 armées d'Europe en marche (Le Figaro)

Crédit photos : Laurent Baheux, TF1 et Philippe Wojazer

5 Comments:

Blogger Jack said...

Je suis très content que nous ayons un nouveau président qui fasse repartir l’idée d’Europe en France : ou nous serons capables de faire l’Europe ou nous ne serons rien. Pour faire avancer les idées recourir aux symboles forts n’est certainement pas inutile, comme à chaque 14 Juillet nous reparlons donc de l’idée d’une défense européenne.
J’applaudis des 2 mains, mais une défense européenne commune, voire une armée européenne est une nécessité pour servir une politique européenne : et là nous sommes très loin du compte. Dés que surgit un conflit d’importance dans le monde ou un enjeu majeur, plus d’Europe.
Voir la guerre en Irak...
Ne parlons pas non plus de l’ex Yougoslavie : les USA ont fait le plus gros.

Les défilés c’est bien, mais c’est un peu court, incantatoire.

Le mini-traité avec des échéances à 2012, c’est mieux que rien, mais pas beaucoup mieux : pendant que l’Europe ne se construit pas, le reste du monde s’en réjouit et avance.

J’avance une idée pour aller dans cette voix, commençons par tous nous équiper avec des matériels compatibles, au lien que chacun fasse son marché comme il l’entend. Sans oublier la normalisation des calibres : qui en pouces, qui en millimètres...

Alors l’argument nous sommes en paix en Europe, oui c’est bien.
Les américains en sont-ils encore à se féliciter de la fin de la guerre de cessession ? Ou de l’entrée de la Californie dans l’union ?

Parmi les délégations certains avaient des uniformes magnifiques, les bulgares ressemblaient à des colonels syldaves (le Sceptre d’Ottokar), à moins que ce ne soit le contraire...

samedi, 14 juillet, 2007  
Blogger Luc said...

J'ai regardé à la télé le défilé militaire du 21 juillet, jour de la fête nationale belge. J'ai remarqué un truc rigolo. Pour éviter que le roi Albert II se lève à chaque passage de drapeau, il font passer d'abord un groupe de militaires avec tous les drapeaux et étendards d'un coup. Le roi se lève, se rassied, et toutes les troupent défilent ensuite les unes derrière les autres sans aucun drapeau ni étendard !

samedi, 21 juillet, 2007  
Blogger Luc said...

Tiens, au défilé du 14 juillet, il manquait les Syldaves et les Bordures ...

dimanche, 22 juillet, 2007  
Blogger Patrick said...

Pour le 14 Juillet 2008, je suggère que les drapeaux sur les reverbères des Champs Elysées soient composés d'un drapeau Européen et d'un drapeau Français au lieu de deux drapeaux Français...

Pourriez-vous faire passer l'idée à M. Sarkozy ?

dimanche, 22 juillet, 2007  
Blogger Patrick said...

A propos de la fête nationale Belge le 21 juillet, on apprend que :

Le futur Premier ministre belge, le Flamand Yves Leterme, a provoqué l'émoi dans le pays en entonnant la Marseillaise lorsqu'on lui a demandé de chanter les premières mesures de l'hymne national, la Brabançonne.
(...)
Alors qu'il en escaladait les marches de la cathédrale, un journaliste de la télévision francophone RTBF lui a demandé s'il connaissait les paroles de la Brabançonne, chose rare en Belgique où la fibre nationale est quasiment inexistante.

"Un peu", a répondu Yves Leterme, qui a joint la chanson à la parole pour appuyer sa démonstration: "Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé", a-t-il lancé.

"C'est vraiment la Brabançonne, ça?", lui a alors demandé le journaliste. "Oh, je ne sais pas", a répondu Leterme.

Leterme a également été incapable de répondre correctement à la question de savoir quel événement on célébrait le 21 juillet.


Vive nos amis les belges !

lundi, 23 juillet, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home