Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 27 janvier 2005

La planète se réchauffe (?)

Temperatures

Bon, cette courbe, vous la connaissez, c'est (en rouge) la valeur moyenne lissée sur 5 ans de la température moyenne de toutes les stations météo de la terre, depuis 1880 jusqu'à aujourd'hui. C'est indiscutable, la température moyenne, sur cette période, a augmenté de un peu moins d'un degré Celsius. Bien.
Et, dans le même temps, la teneur en gaz carbonique est passée de 278 ppm à 358 ppm, en une croissance relativement régulière.

Ce sur quoi je souhaitais attirer votre attention, c'est sur la période qui va de 1940 à 1975 : pendant 35 ans (les "trente glorieuses"), la température du globe a décru régulièrement pour un total d'environ 1 dixième de degré, alors que, dans le même temps, la teneur en C02 continuait de croitre continument !

Alors, des explications ? Parce que, quand même, 35 ans, ce n'est pas rien !

Repondez pas tous à la fois !

Pour en savoir plus :
1. NASA GISS (en anglais)
2. les émissions de gaz à effet de serre

6 Comments:

Blogger Patrick said...

Je pense qu'en 1940, s'il n'y avait pas eu la guerre, de généreux utopistes auraient expliqué que la planète se refroidissait, que c'était la faute aux pays riches, et qu'il fallait vite donner de l'argent aux pays pauvres pour rétablir l'équilibre (ou quelque chose d'un peu plus alambiqué quand même pour noyer le poisson). D'un autre côté, on était encore à l'ère coloniale, et les pays du Sud pouvaient bien crever, on s'en battait l'oeil...

P.S. : je voudrais bien savoir comment on mesure la "température moyenne de la planète"... Je suspecte que le résultat est entièrement dépendant de la méthode de calcul et des paramètres de pondération de milliers de mesures. Qu'on change la méthode de calcul ou les coéfficients de pondération, et on trouvera peut-être qu'elle refroidit, catte sacré boule !

jeudi, 27 janvier, 2005  
Blogger Patrick said...

Au fait, vous avez vu qu'on est tranquillement en train d'oublier Kyoto pour pousser la proposition de loi Tobin relayée par le groupement Attac (taxation sur les transactions financières). Encore une fois, les ricains vont apprécier, eux qui font sans doute le plus grand nombre de transactions financières... Mais je trouve cette proposition plus respectable, car elle ne cherche pas à embobiner le monde par des considérations pseudo scientifiques. Là, on expose clairement l'objectif, et on propose un moyen bien clair pour y parvenir. Je n'ai donc pas d'objection sur la forme.

jeudi, 27 janvier, 2005  
Blogger Luc said...

Comment mesure-t-on la "température moyenne de la planète"? C'est simple : on prend la moyenne des températures de chaque station météo sur le globe ... et on en fait la moyenne ! C'est tout expliqué ici :
http://www.giss.nasa.gov/data/update/gistemp/

Alors, évidemment, en 1880, y en avait pas des masses, et même, c'est en déclin depuis 1970 (ceci explique peut-être cela).

La liste des stations utilisées aujourd'hui se trouve ici :
http://www.giss.nasa.gov/data/update/gistemp/station_list.txt

... et le Mont Ventoux se trouve en bonne place !

vendredi, 28 janvier, 2005  
Blogger Patrick said...

Donc, il ne s'agit pas de la température moyenne de la planète, mais bien de la moyenne de mesures ponctuelles sur des stations météo disséminées sur le globe. On peut raisonnablement imaginer qu'il y a une relation entre ces deux choses, mais il ne s'agit pas vraiment de la même chose... Et alors, qu'on m'explique donc comment certains graphes tendancieux montrent l'évolution de la température moyenne avec grande précision à des périodes où le thermomètre n'était même pas inventé ! Entourloupe, supercherie, tromperie et compagnie...

A mon avis, la seule façon de mesurer la température moyenne de la terre serait de mesurer son rayonnement infrarouge lointain depuis un satellite géostationnaire - ou mieux depuis la Lune... Là, on aurait vraiment une mesure globale... Mais évidemment pas d'historique...

vendredi, 28 janvier, 2005  
Blogger Jack said...

A propos de réchauffement, vous avez remarqué que çà caille, il y a même un post sur la glace au bord du Lac …
Il semble que les oiseaux sont aussi de cet avis puisqu’ils désertent la Sibérie et s’invitent dans nos contrées plus « clémentes » Allez voir cet article, il ne vous laissera pas indifférents. Les chiffres sont significatifs.
Le Jaseur BoréalAlors réchauffement ou début d’ère glaciaire.
Et si tous ces changements climatiques n’étaient que l’expression d’une plus grande instabilité du climat : plus froid, plus chaud, plus de vent, plus d’eau, plus de sécheresse. Bien sur pas en même temps et pas au même endroit ?
C'est peut-être pire que quelques degrés de plus ?

mercredi, 09 mars, 2005  
Blogger fafalefou said...

Une explication possible (mais certainement pas la seule) serait tout simplement qu'il s'agissait de la période des 30 glorieuses, une période de grande développement industriel, et d'un rejet massif de tout et n'importe quoi dans l'atmosphère, et pas seulement du CO2. Je m'explique :
ces rejets ont "obscurci" l'atmosphère, provoquant une diminution de 15 à 30 % de l'émission lumineuse reçue, donc une diminution de la chaleur reçue également. ce phénomène aurait donc occulter le réchauffement du aux émissions de CO2.
Ce phénomène est d'autant plus inquiétant, que si l'on agit efficacement contre la pollution générale, alors l'effet du CO2 (stable dans l'atmosphère) se fera encore plus ressentir dans les années qui viennent. Mais évidemment si l'on ne fait rien, à long terme cela sera catastrophique.
c'est un problème bien compliqué, qui ne se réduit pas à une seule donnée: le CO2.

jeudi, 27 juillet, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home