Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 24 avril 2005

L'Europe, première puissance économique mondiale

Bon, alors, je vais vous donner quelques infos, dont je suis pas sûr que tout le monde les aient bien en tête :

L'Union Européenne, c'est :
- 7% de la population mondiale (plus que les Etats-Unis)
- Le plus grand marché intérieur économique.
- Le plus grand exportateur de biens et de services du monde.
- En 2003, le PIB de l'Europe, c'était 10,5 milliards de dollars, supérieur à celui des USA (10,4 milliards de dollars).
- Sur les 140 plus grandes entreprises au monde, 61 sont Européennes et 50 sont Américaines.

Donc, l'Europe, si elle est capable de se doter d'une constitution et de s'organiser, c'est elle qui sera un modèle pour le futur, et son influence dans le monde sera déterminante, tant au plan des valeurs humaines de liberté, que sur le plan des valeurs sociales de solidarité.

Tous les pays de l'Union Européenne l'ont déjà bien compris, et 6 pays ont déjà ratifié la constitution :

(1) la Lithuanie : a ratifié la nouvelle constitution le 11 novembre 2004 par voie parlementaire, après un référendum sur l'adhésion qui avait recueilli 91% des suffrages.

(2) la Hongrie : a ratifié la nouvelle constitution le 20 décembre 2004 par voie parlementaire, avec 322 voix pour, 12 voix contre, et 8 abstentions.

(3) la Slovénie : a ratifié la nouvelle constitution le 1er février 2005 par voie parlementaire, avec 79 voix pour, 4 voix contre, et 7 abstentions.

(4) l'Espagne : a ratifié la nouvelle constitution le 20 février 2005 par voie référendaire, avec 76,73% des voix pour, 17,24 % voix contre, et 6,03% d'abstentions.

(5) l'Italie : a ratifié la nouvelle constitution le 6 avril 2005 par voie parlementaire, avec 217 voix pour, 16 voix contre.

(6) la Grèce : a ratifié la nouvelle constitution le 19 avril 2005 par voie parlementaire, avec 268 voix pour, 17 voix contre, et 15 abstentions.

Nos parents sont morts dans les tranchées pour nous offrir un monde libre et prospère. Qu'allons-nous offrir à nos enfants ? Plus je contemple ce qui se passe autour de nous, les nouveaux enjeux géopolitiques, la dérive néo-conservatrice des Américains, l'explosion de la Chine, je me dis, mais enfin, au nom de quoi peut-on voter non ?

C'est devenu quoi, la France, aujourd'hui ? Des électeurs dont la préoccupation prioritaire c'est de savoir si la nouvelle constitution ne va pas remettre en cause leurs RTT et leurs primes de casse-croûte et leur "service public" qui passe son temps à planter des salariés sur les quais à Saint Lazare et que tout le monde trouve ça normal ?

Je vais me réveiller, hein ? Rassurez-moi ! Hein que je vais me réveiller ?

Pour en savoir plus :
1. La vocation universelle du rêve européen (Le Figaro Magazine)
2. Ratification par voie parlementaire (RTL)

9 Comments:

Blogger Jack said...

Je partage ton enthousiasme pour un idéal européen.
J'ai devant les yeux une feuille format A4 .
Le titre est "THE CONSTITUTION OF THE UNITED STATES".
C'est écrit assez petit et en anglais bien sûr, d'un côté c'est la constitution du 17/9/1787.
Articles numérotés de 1 à 7.
Au recto les amendements
-numéroté de 1 à 10 pour le "Bill of rights".
-numérotés de 11 à 28 pour les autres. L'amendement n° 28 fur proposé le 25/9/1789 et adopté le 7 Mai 1992… ?
Clo me l'a ramené de Philadelphie où elle fit un passage au National Constitution Center.
S'il nous était soumis un texte aussi concis et clair que celui-ci.
Nous pourrions discuter vraiment du contenu et obtenir aisément l'adhésion d'une majorité d'électeur.
NB : il m'arrive rarement de prendre les Etats Unis en exemple...

dimanche, 24 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Oui, évidemment, on avait déjà abordé le sujet.
Pour les Anglais, c'est encore mieux : ils n'ont pas de constitution ! Et pour les Belges, il y a quand même 198 articles ... La constitution Européenne est peut-être assez touffue because elle a été rédigée à Bruxelles, non ?

Voici les textes de quelques constitutions :
1. Constitution Française
2. Constitution Américaine
3. L'absence de Constitution Britannique
4. Constitution Italienne
5. Constitution Belge

dimanche, 24 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Bravo ! Quelle éloquance ! On aurait dû t'envoyer sur les plateaux de télé à la place de Chirac ! J'ai d'ailleurs entendu notre très aimé Jack LANG à la radio, et il était également éloquent en faveur du OUI.

Comme tu le dis, j'espère qu'on va vite se réveiller de ce cauchemard du NON... Peut-être que, comme le disais Philippe, c'est juste un petit jeu des Français pour se faire peur (et faire peur à nos chers élus)... mais au dernier moment, ils voteront la seule chose raisonnable...

P.S. : Mais pourquoi en avoir fait un référendum ? Mais pourquoi ?

dimanche, 24 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Je trouve que la Constitution Britannique est un modèle de concision. Et il n'y a ainsi guère de matière à débat stérile comme celui qui nous anime aujourd'hui. Finalement, une Constitution est-elle bien nécessaire ?

dimanche, 24 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Euh, je me suis pris un peu les pieds dans le tapis ...

Voici le lien pour l'absence de constitution Britannique.

Au passage, le régime Britannique, cher à Patrick, est quand même fondé sur quelques textes importants :
1. la "Magna Carta" (1215)
2. "l'Habeas Corpus" (1679)

... entre autres ...

lundi, 25 avril, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Connaissez vous le drame de la grenouille et de l'eau bouillante

Une grenouille qu'on essaye de jeter dans l'eau bouillante saute au contact de l'eau et se sauve.

Une grenouille qu'on met dans une casserole d'eau froide que l'on chauffe meurt parcequ'elle devient progressivement incapable de sentir le danger, mesurer l'enjeu et s'engourdissant de s'en sortir.

Analogie: Le Gaz qui chauffe, c'est le non qui monte , la chaleur qui tue c'est la Non Europe

Il faudrait trouver un moyen de faire sentir aux partisans du non le coté vraiment destructeur de l'eau bouillante
Peut etre arriverait on alors à quelquechose.
( en espérant qu'ils ne sont pas encore atteints par la léthargie)

En fait, meme si on est convaincu que les français ne sont pas des veaux. ( cf De Gaulle), il faudrait peut etre un temps leur éviter de devenir des grenouilles...


Alors la question est comment
- Par la raison
- par l'appel à la confiance ou la confiance en soi
- Par l'intérêt( à gagner, à ne pas perdre?)
- Par la menace?

Avecla raison c'est pas gagné!

Moi je pense que l'argument c'est le meme que celui du Développement Durable: Quel monde transmettons nous à nos enfants?.
Connerie durable ou développment durable, il faut choisir.

Si on fait l'hypothèse que des parents responsables préfèreront le risque de ne pas perdre à celui de gagner, il faut trouver l'argument massu du type:
"arrêtez de vous mentir à vous même sur le coté éventuellement viable et superbe de notre France seule et mettez vous en mouvement. L'Europe en est un levier"

c'est le meilleur service que vous pouvez rendre à vos enfants


En plus,
1. depuis la Fontaine, chacun sait que la grenouille qui se croit plus veut plus gros que le boeuf, finit en plus par éclater...

2. et si les francais sont des grenouilles, alors la France deviendrait vite un cloaque..: beurk.....

Non vraiment c'est too much, j'arrête, je vais finir par m'énerver.

lundi, 25 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Tu sais comment les Anglais nous surnomment ?
Les froggies ! ;-)

lundi, 25 avril, 2005  
Blogger Jack said...

Alors, il faudrait savoir :
les Français c'es des grenouilles ou bien des boeufs..

lundi, 25 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Bruno est venu voir ce qu'on racontait sur le OUI, et, ben voilà. Il est d'accord.

Ca fait plaisir, Bruno !

Je sens que ça va devenir de plus en plus "branché", le "oui" !

mardi, 26 avril, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home