Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 2 novembre 2005

Jean-Claude X, tabassé à mort par "la racaille"



Jeudi 27 octobre 2005, Clichy-sous-Bois.
Deux jeunes des banlieues, se croyant poursuivis par la police, pénètrent par effraction dans un local EDF situé rue des Bois, au fond d'une impasse à Clichy-sous-Bois. L'entrée du local EDF où les deux jeunes périssent électrocutés est protégé par une palissade et du fil barbelé qui a été arraché en haut à gauche. Quand les pompiers se rendront sur place pour les premiers secours, ils seront attaqués, caillassés. Les familles de ces jeunes refuseront de rencontrer le Ministre de l'Intérieur et seront reçues par le Premier Ministre à Matignon. Depuis, c'est l'émeute. Chaque nuit, des voitures brûlent, des commerces sont dévastés. "Fallait pas nous traiter de racaille et nous envoyer la police" , résume anonymement un jeune homme de Sevran qui regarde les pompiers éteindre un incendie de voiture.

Jeudi 27 octobre 2005, Epinay-sur-Seine.
Jean-Claude X, 46 ans, consultant de l'entreprise havraise ETI, qui fabrique des lampadaires antivandalisme, vient à Epinay-sur-Seine pour photographier ces équipements in situ pour pouvoir les présenter ensuite à d'autres clients potentiels. Il descend de sa voiture pour prendre des photos, son épouse et sa fille restent dans la voiture. Il est alors agressé par des jeunes de la cité qui le rouent de coups. Il est tabassé à mort sous les yeux de sa femme et sa fille sans que personne ne lui vienne en aide. Les trois agresseurs pourront être identifiés grâce à la vidéo surveillance. Commentaire des medias : "Vous voyez, la video surveillance n'a pas d'effet dissuasif." La famille de Jean-Claude ne sera évidemment pas reçue par le Premier Ministre, et la presse ne fera que peu de cas de sa mort qu'on ne peut qualifier que de barbare. Les jeunes qui ont fait ça, si c'est pas des voyous, alors les voyous, c'est quoi ?

N'en déplaise à Monsieur Azouz Begag, Ministre délégué à la Promotion de l'Egalité des Chances, pendant que la racaille continue à mettre les banlieues et les villes de France à feu et à sang, et que leurs familles sont reçues par Monsieur le Premier Ministre sous les ors de la République, j'aurai une pensée émue pour Monsieur Jean-Claude X, son épouse et sa fille.

Une société qui perd ses repères est une société condamnée.

Pour en savoir plus :
1. Meurtre à Epinay : trois interpellations (Nouvel Obs)
2. Emeutes à Clichy-sous-Bois après la mort accidentelle de deux mineurs (L'Internaute)
3. Les violences s'étendent en Seine-Saint-Denis et changent de forme (Le Monde)

Crédit photo : Joël Saget

----------

Mise à jour : Afin de respecter la volonté de la famille de Jean-Claude, j'ai modifié cet article pour que son nom de famille n'apparaisse pas.

Luc

22 Comments:

Blogger Jack said...

Luc,
J’avais préparé un texte hier et je l’ai détruit, car je ne suis pas sûr que nous soyons bien informés, tant les faits semblent incroyables, sans parler des commentaires de la presse que je trouve nuls, inacceptables et indignes de la situation : comme si les journalistes avaient peur ou comme si ces jeunes voyous avaient réellement été acculés à se réfugier dans un transformateur ?

Il faut rappeler que le danger et la défense d’entrer sont écrits en gros sur la porte de tous les transformateurs, que les portes sont normalement closes avec une serrure de bonne qualité, que je n’ai pas lu un commentaire qui rappelle ces 2 faits simples mais importants.
J’ajoutais que, supposant qu’un pareil accident arrive à 2 gamins au fond d’une campagne française, le fait divers ne ferait pas plus d’une demi-page dans le journal régional et ne déclencherait sûrement ni émeute, ni incendie de voitures, ni réception de la famille ne serait-ce que par le directeur de l’EDF locale…

Enfin, tous parlent de la peine des parents qui est sans doute grande, mais personne de leur responsabilité : rappelons qu’il s’agit de mineurs et qu’il y a visiblement défaut de surveillance de la part des parents.

Il m’est arrivé de faire des coups pendables étant gamin, le plus important était que mes parents n’en soit pas informés, car les sanctions sévères ne se seraient pas fait attendre et je les craignais par dessus tout.
Les parents de cette « racaille » pour reprendre les mots qui fâchent ont démissionné de leur rôle depuis longtemps. Si bien que pour ces voyous pour utiliser un terme plus convenable : c’est NO LIMITES.
Quel est l’effectif de ces bandes barbares en France, combien de gouvernements seront nécessaires pour rétablir les lois de la république dans ces ghettos ?

jeudi, 03 novembre, 2005  
Blogger Jack said...

Ce fait divers m’en rappelle un autre survenu il y a quelques mois dans la région.
Un accident de la route grave s’est produit impliquant 2 jeunes personnes non loin d’un de ces ghettos, les circonstances de l’accident démontraient franchementla responsabilité du conducteur : pour être clair, il s’agissait de conduite suicidaire.
Les pompiers appelés sur place ne réussirent pas à désincarcerer les victimes avant qu’elles ne décèdent. Ils furent pris à partie par une foule haineuse et déchaînée qui leur reprochait la mort des ces 2 jeunes inconscients.

Savez vous que les pompiers et la police ne durent leur salut qu’à la fuite ?

Deux précisions, aucune voiture de police n’était aux trousses des accidentés.
Par contre, les accidentés étaient bien connus et habitants du quartier…

Il s’agissait sans doute d’épater une copine…elle n’en est toujours pas revenue !

jeudi, 03 novembre, 2005  
Blogger Vicnent 31415 said...

je me suis enervé aussi

jeudi, 03 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Je ne suis guère surpris de ces faits.

Dans les années soixante, en allant au lycée, je voyais les grands travaux d’infrastructure qu’on faisait à Paris (et partout en France) : réseau téléphonique, adduction d’eau, réseau électrique, autoroutes, etc. Je me souviens clairement avoir été choqué par le fait que dans les tranchées, c’était des nord africains, et en haut, les contremaîtres qui hurlaient les ordres étaient « bien de chez nous ». A l’époque, j’avais eu confusément l’intuition qu’on aurait à payer ça un jour.

Et pour corser l’affaire, dans les années qui ont suivi, notre politique d’immigration a été très généreuse, du style « venez chez nous, faites des enfants qui recevront le label "français" et on vous payera des allocations familiales ». Est-ce qu’on est pas en train de payer ça aussi ?

Bien entendu, je n’ai aucune solution à apporter, d’autant plus que ces jeunes sont « intouchables » devant la loi (mineurs et français). Même les « solutions » "à la" Le Pen seraient inopérantes ! Mon sentiment est qu’il faudra bien un jour modifier nos lois, et consacrer un budget considérable à « rééduquer » par la contrainte les quelques milliers de jeunes délinquants dont il est question… Mais même ça, ça ne traiterait que le symptôme, pas la maladie…

jeudi, 03 novembre, 2005  
Blogger Philippe said...

Je suis tout à fait d'accord avec toi Luc, les hommes politique et les ne font pas beaucoup cas de la famille de Jean-Claude Irvoas. Tout le monde parle de la tristesse des parents des deux jeunes, alors que les premiers fautifs sont les parents eux-même qui n'ont su apprendre à leur enfant certaines notions élémentaires. EN fait tout le monde attend que l'état intervienne là où les parents ont démissionnés.
Alors reprocher à une société ses propres erreurs c'est un peu facile, et surtout très lâche.
Enfin, le sujet est très vaste et il faudrait plusieurs heures pour en faire une partie du tour.

jeudi, 03 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Un artcile intéressant à lire, ainsi que ses 233 commentaires : Kaïra Forever.

samedi, 05 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Bad Moon Rising. Inquiétant ...

samedi, 05 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Ailleurs en Europe :
1. à Bruxelles.
2. en Suisse

samedi, 05 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Les observateurs étrangers sont quelquefois très pertinents parce qu'ils ont une vue plus détachée, moins polluée par les considérations politiciennes. En l'occurrence, leur vision est un peu effrayante...

P.S. : L'un d'entre eux se demande si ce ne va pas être le Waterloo de Sarkozy - auquel cas ce pourrait bien devenir l'amorce du triomphe de Le Pen...

samedi, 05 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Pour faire fuir la racaille, nos amis anglais, toujours inventifs, ont trouvé une solution : ils passent du Mozart, du Brahms et du Bach. Très efficace, paraît-il !

dimanche, 06 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

D'après les RG, il y a eu depuis janvier 2005 plus de 28 000 voitures incendiées en France. C'est fou non ?

Voir : Les RG ont recensé 70 000 cas de violences urbaines depuis janvier (Le Monde)

dimanche, 06 novembre, 2005  
Blogger Jack said...

Vous avez remarqué, depuis que les banlieux flambent, on ne parle plus de la grippe aviaire.
Le feu çà désinfecte probablement...

lundi, 07 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

"Vous avez remarqué, depuis que les banlieux flambent, on ne parle plus de la grippe aviaire", dit Jack...

En effet, on parle maintenant d'un tout autre genre de poulets. Je sens qu'il commence à percer les règles du journalisme racolleur (presse, radio ou télé, peu importe) !

lundi, 07 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Et puis, c'est Patrick qui doit être content qu'on ne parle plus de grippe aviaire !

lundi, 07 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Oui, je suis soulagé de ne plus entendre ces fadaises sur la grippe aviaire.

En fait, on nous a anesthésiés avec la grippe aviaire, pour qu'on ne voit pas la vraie épidémie sociale qui se préparait chez nous dans nos banlieues... Peut-être aurait-il été plus opportun de parler il y a plusieurs mois des 28 000 voitures qui ont été incendiées depuis le mois de janvier et qu'on a discrètement balayées sous le tapis. D'un autre côté, peut-être aussi que d'en parler, ça aurait mis le feu aux poudres plus tôt...

Le plan Borlo, c'est bien, à condition de décupler le budget consenti : C'est pas 30 milliards d’Euros qu'il faut, mais sans doute 300 milliards...

Mais j'ai bien peur que le plan Borlo n'ait pas le temps d'être mis en oeuvre, car en 2007...

lundi, 07 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Une autre pièce versée au dossier par Daniel Schneidermann (émission "Arrêt sur Image") :

"Quand Sarkozy lève la tête et parle de "racailles", il s’adresse à une locataire, qui vit au premier étage d’une tour proche de la Dalle d’Argenteuil. Nous n’avons pas interrogé cette dame, qui ne souhaite pas être filmée, mais Christelle a pu rencontrer le gardien de la tour, qui vit à l’étage du dessous, et a assisté à toute la scène. Et ce que nous raconte le gardien, et que n’ont pas montré les caméras, c’est que le mot "racaille", le mot qui a embrasé les banlieues, a été soufflé à Sarkozy par la dame. C’est elle, raconte le gardien, qui interpelle le ministre, d’un "quand nous débarrassez-vous de cette racaille ?" Et Sarko répond ce que les télés ont montré.

pour en savoir plus : Comment le mot "racailles" a été soufflé à Sarkozy à Argenteuil

mardi, 08 novembre, 2005  
Blogger Athlete Mental said...

just one thing

il faut appeler un chat un chat

AM

mercredi, 09 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Ces voitures incendiées me rapellent qu'il y a déjà plusieurs années que c'est devenu un amusement courant pour les jeunes des quartiers "difficiles", et qu'on n'a pas fait grand chose pour arrêter celà.

Il y a deux ou trois ans, je suis allé rendre visite à un petit patron d'entreprise à Arras. Il m'a emmené dans sa voiture. Je me suis étonné du chapelet en plastique qui pendait au rétroviseur. Il m'a expliqué qu'il s'agissait d'un chapelet musulman (bien qu'il n'ait pas du tout embrassé cette religion), et que l'apposition de cet accessoire visait à réduire le risque que sa voiture soit volée ou incendiée...

Je souhaite que son subterfuge lui ait permi d'échapper aux incendiaires ces derniers jours !

jeudi, 10 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Karchozy veut renvoyer les délinquants étrangers chez eux... J'ai déjà entendu ça quelque part... Ceci étant, la plupart de ces "étrangers" n'ont pas d'autre "chez eux" que la France. Il s'agit souvent de maghrébins qui sont nés en France, mais dont les parents ne leur ont pas donné la nationalité Française pour leur éviter le service militaire (mais, bien entendu, ils touchent quand même les allocations familiales)...

Ca ne rend pas ces délinquants plus sympathiques pour autant, mais l'idée de les renvoyer "chez eux" n'a pas de sens. Evidemment, c'aurait été mieux si, comme ils en ont le droit, ils avaient spontanément opté pour la nationalité française vers l'âge de 16 ans (avec pour seule contrepartie un laïus d'instruction civique)...

On ne règlera pas le problème avec des slogans sécuritaires et des mesures prises à la va-vite (comme l'apprentissage dès 14 ans).

Il faudra beaucoup d'efforts et beaucoup d'argent pour sortir de ce guépier dans lequel nous nous sommes mis nous-mêmes.

jeudi, 10 novembre, 2005  
Blogger Jack said...

Merci Patrick, pour le tuyau du chapelet, j’en ai un que j’ai ramené en souvenir de Grèce, ce n’est pas celui des musulmans mais çà y ressemble drôlement.
Pour remettre un peu d’ordre dans nos banlieues socialement déglinguées, il faudra plus que du temps et de l’argent. Il faudra arrêter la régression sociale partout en route en France ! Et j’ai bien peur que l’amélioration se fasse attendre.
Il parait que les joailliers de la place Vendôme ne savent plus ou donner de la tête, ils sont en rupture de stock de colliers haut de gamme, aux prix vertigineux…Les clients sont surtout russes et chinois.
C’est un signe qui ne trompe pas quand les riches sont de plus en plus riches, les pauvres sont de plus en plus pauvres… l’ascenseur social est en panne !
Si Henry Ford revenait il passerait sûrement pour un dangereux communiste dans le milieu patronal actuel.
Un trop grosse tranche de la jeunesse est aujourd’hui laissée au bord de la route, celle qui brûle les voitures est la plus défavorisée ou la plus délaissée, elle n’est que l’écume d’un phénomène plus profond.
D’autres signes ne trompent pas, tels que les suicides de jeunes…
Notre société désespère sa jeunesse, il est urgent d’arrêter çà.

Ce n’est bien entendu pas une raison pour laisser faire.

jeudi, 10 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Bon, voilà, comme notre Président s'y était engagé il y a pas mal de temps, la fracture sociale va être réduite en mettant les jeunes en apprentissage à 14 ans. Parfait. Affaire réglée. Circulez, y'a plus rien à voir...

Maintenant que cette affaire est classée, revenons à la grippe aviaire, voulez-vous ?

vendredi, 11 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Ah. Notre cher Président, après avoir raillé les responsables du plan "Police de proximité", et après l'avoir bruyamment supprimée en 2004 (en qualité de Ministre de l'Intérieur) en roulant les mécaniques (au seul prétexte semble-t-il que c'était une idée "socialiste"), vient de faire amende honorable par la bouche de Michèle Alliot Marie en instituant la "Police de quartier". Mon quotidien prétend que 86% des français approuvent. Parfait. On a perdu 4 ans à cause de ce fanfaron, mais au moins on revient à la raison...

jeudi, 17 janvier, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home