Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 26 novembre 2005

Le chemin de la vie



C'était en 1968, dans un restau U sur le campus de Grenoble. Quand je l'ai vue pour la première fois, je l'ai "reconnue" : c'était bien elle. Celle qui m'accompagnait dans mes songes, celle à qui je rêvais, celle dont je n'osais pas penser que j'allais la rencontrer un jour, celle que je n'avais jamais vue. Elle était là, en face de moi, pour de vrai.

Trois ans après, en 1971, je lui ai proposé de m'épouser. Elle a dit oui. Elle a pris ma main.

Pour marquer ce jour, on est monté dans le massif de la Chartreuse, sur une route qui cheminait entre les collines, et j'ai fait cette photo.

La légende, c'était "Le chemin de la vie s'ouvre devant nous". Cette route symbolisait cette vie qu'on allait vivre ensemble. Ses joies et ses peines. Ses émerveillements et ses angoisses. Je voulais marquer ce jour où on s'était dressés, face à la vie qui s'ouvrait devant nous, droits, côte à côte, la main dans la main.

Aujourd'hui, trente quatre ans après, elle est toujours à mes côtés. La vie a tenu ses promesses d'exaltations et de coups durs.

Aujourd'hui, c'est un jour sombre. Maman nous a quitté.

Mais l'amour de ma vie me tient par la main. Je suis fort.

Crédit photo : Luc

Libellés :

3 Comments:

Blogger Vicnent 31415 said...

Luc,

je ne sais pas quoi te dire. Je n'ai pas envie "mécaniquement" de te demander d'accepter mes plus sincères condoléances. J'ai envie de te dire qu'à travers nos blogs, à travers ton blog, chaque jour, tu deviens un peu plus qu'une simple lecture. Ami ne me semble pas être le bon terme mais l'Idée est là...

Toujours est-il qu'en ce moment difficile que tu vis, je voudrais te dire, Ô combien sincérement, (et Raphaële se joint à moi, Raphaële qui, je l'espère, me dira oui bientôt, car elle est la première personne que j'ai vraiment l'impression de reconnaitre), que nous pensons très très fort à toi, et qu'à travers ces simples mots, nous espérons que ta peine se trouve un tout petit peu soulagée.

dimanche, 27 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Merci Vincent pour ton mot très sensible, ça m'a fait chaud au coeur.

Ne dites rien, les amis, je vais bien.

Ce mot, c'était juste pour vous dire cette chose toute simple : la vie est belle, elle vaut la peine d'être vécue. Et quand dans les moment difficiles l'être aimé est à vos côtés, tout devient plus facile.

Face aux coups durs de la vie, à deux, on est "invincibles". Par contre, la solitude, affronter la vie tout seul, je ne sais pas si je pourrais. Mais je sais que certains s'en accomodent. c'est peut-être une question de caractère.

Et Vincent, tu veux que je te dises, je ne doute pas un instant que Raphaële te dise oui un de ces jours !

dimanche, 27 novembre, 2005  
Blogger fred said...

Mon cher Luc,
tout comme Vincent, à travers ton blog j'ai l'impression de te connaître et ce que je découvre de l'humain derrière ces mots, ces images me touche beaucoup. C'est vrai, tu as raison, face aux coups durs, à deux on est plus forts et au fil des chagrins, des obstacles, on devient même peut-être meilleur.
En tout cas, tu fais partie de ces gens que l'on a plaisir à croiser sur sa route, ne fût-ce que par l'intermédiaire d'un écran. Et la photo que tu as publiée est très belle. porteuse d'espoir, très tendre et émouvante.
Durant cette épreuve tu n'es pas seul. Ton amour est là et nous, tes amis du blog (oui l'idée est là comme dit Vincent) sommes là. De l'autre côté de l'écran sans doute mais tout près.
De tout cœur avec toi…

dimanche, 27 novembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home