Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 1 décembre 2005

380 villes contre la peine de mort


Rome - Le Colisée


Bruxelles - L'Atomium

Alors que les Etats-Unis s'apprêtent à executer leur millième condamné à mort depuis que la peine capitale y a été rétablie en 1976, 380 villes du Mexique à l'Albanie ont illuminés hier soir leurs monuments pour marquer leur opposition à la peine de mort.

Cette opération "Villes pour la vie" est une initiative de la communauté catholique de Sant'Egidio, basée à Rome. La date du 30 novembre a été choisie en commémoration de l'abolition de la peine de mort en Toscane en 1786, la première en Europe.

Seules trois démocraties continuent à appliquer la peine de mort : les Etats-Unis, l'Inde et le Japon. Toutes les autres démocraties l'ont abolie.

Les 75 pays qui continuent à l'appliquer sont les suivants : Afghanistan, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Autorité palestinienne, Bahamas, Bahreïn, Bangladesh, Barbade, Bélize, Biélorussie (Bélarus), Botswana, Burundi, Cameroun, Chine, Comores, Corée du Nord, Corée du Sud, Cuba, Dominique, Égypte, Émirats arabes unis, Érythrée, États-Unis, Éthiopie, Gabon, Ghana, Guatémala, Guinée, Guinée équatoriale, Guyana, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Jamaïque, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizistan, Koweït, Laos, Lésotho, Liban, Libye, Malaisie, Malawi, Mongolie, Nigéria, Oman, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Philippines, Qatar, République démocratique du Congo, Rwanda, Sainte-Lucie, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sierra Leone, Singapour, Somalie, Soudan, Swaziland, Syrie, Tadjikistan, Taiwan, Tanzanie, Tchad, Thaïlande, Trinité-et-Tobago, Viêt-Nam, Yémen, Zambie, Zimbabwe

Le dernier pays en date à l'avoir abolie est le Libéria en septembre 2005, que nous sommes ravis d'accueillir parmi les nations civilisées de cette planète.

Pour en savoir plus :
1. Comunità di Sant'Egidio
2. Cities for life - Cities against the death penalty (Comunità di Sant'Egidio)
3. Light a city for life (Amnesty International)
4. Contre la peine de mort, 380 villes illuminent leurs monuments (L'Express)
5. Pays abolitionnistes et non abolitionnistes (Amnesty International)
6. Peine de mort (Wikipedia)
7. La peine de mort dans le monde
8. US set for 1,000th execution (Yahoo news)
9. 1000 executions (site abolitioniste américain)

Crédit photos : Comunità di Sant'Egidio

5 Comments:

Blogger Vicnent 31415 said...

Si la cause est bonne, j'ai néanmoins failli exploser de rire à l'idée que ce sont les cathos qui l'ont eue !!!

Alors que eux sément la mort (tiens, par exemple, c'était la journée contre le SIDA hier, mais selon les cathos : le port du préservatif est un vilain péché : il ne faut pas en mettre !!!! => 29 millions d'Africains séropositifs), le rejet de l'autre (ben oui, un prêtre homo, ça peut pas être un fils de Dieu), ils nous expliquent que tuer des meurtriers, c'est mal.

Ce paradoxe prouve encore une fois, s'il était besoin, que l'église ne se nourrit que de Dogme, sans avancer, sans rien y comprendre, sans fondement et sans logique, uniquement pour son propre intérêt (la preuve, au bout de 2000 ans de conneries, de meurtres etc, ils sont toujours là)...

Les religions devraient être interdites. Et l'état ne devrait pas les financer !!!!

vendredi, 02 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Je ne suis pas de ceux qui entendent imposer à tous les autres mon mode de vie et ma civilisation. Si le monde dit "occidental" est bien au 21ème siècle, d'autres sont à leur moyen âge, d'autres même sont quasiment à l'âge de pierre. Dans certaines civilisations, la vie a peu de valeur tant ils sont certains d'un au-delà plus clément. Pour moi, ça n'a aucun sens de leur parler de droits de l'homme et autres concepts occidentaux modernes. Le cas des USA est d'évidence singulier, mais là encore, de quel droit leur imposerait-on nos vues sur la question ?

Sur le fond, je trouve que ça a été une bonne chose d'abolir en 1981 (à l'époque, je confesse que j'étais sceptique), mais je trouve que le code pénal n'a pas été réaménagé pour prendre en compte cette abolition. Aujourd'hui, en France, un meurtre ôdieux ne coûte "que" 15 ans effectifs, et je ne suis pas convaincu que c'est "le juste prix". D'ou les affaires de récidive qui, franchement, ne sont pas de très bon goût...

Vicnent, un détail : Jean Paul II considérait en effet que le préservatif n'était pas la solution à la pandémie du Sida, notamment pour l'Afrique. La solution qu'il préconisait était la chasteté hors mariage, la famille et la fidélité. «Le contrôle de soi et la chasteté sont les seuls moyens sûrs et vertueux pour mettre un terme à la tragédie du sida.» (allocution au stade de Kampala, Ouganda, février 1993). Il connaissait bien l'Afrique pour en avoir visité 40 pays au cours de 13 voyages, mieux sans doute que bien des "experts" qui ont donné leur avis. Je pense pour ma part qu'il avait raison, même si la solution était quelque peu utopique, mais guère plus utopique que la proposition d'utiliser un préservatif indisponible et totalement hors de prix - pour un Africain : car c'est comme de nous dire à nous d'utiliser un préservatif qui coûterait 50 Euros...

vendredi, 02 décembre, 2005  
Blogger Jack said...

Patrick,
J’aime bien ta position contradictoire dans les débats du blog, mais sur la peine de mort, tu sembles oublier quelques « détails ».
1- il n’a jamais été prouvé que l’abolition de la peine de mort partout, où elle fut appliquée a produit une quelconque augmentation de la criminalité.
2- Aucune peine n’efface le crime qui la justifie.
3- Les EU où elle est toujours pratiquée est loin d’être un pays pacifié.
4- La peine de mort est irréversible et ne laisse donc aucune place aux erreurs judiciaires.
La peine de mort est donc une mesure inutile et inefficace, le seul avantage est la réduction des frais de détention (mais bon, çà coûte bien moins cher que bien d’autres dépenses injustifiées).

Tu suggères d’être tolérant avec les pays qui n’ont pas atteint notre degré de civilisation : la barbarie doit être combattue partout dans le monde, n’oublions pas qu’elle est à nos portes et qu’un grand nombre de nos concitoyens, heureusement minoritaires, sont partisans de la rétablir.
Que chez nous aussi l’idée que la vie a peu de valeur grandit...
Tolérance zéro sur la peine de mort, pour ce qui me concerne.
A te suivre sur cette pente, on rétablira bientôt l’esclavage !

Par contre les mutilations comme en Arabie Saoudite, çà me plait assez : d’autant qu’avec les progrès de la médecine on pourra toujours te greffer une main (en cas d'erreur judiciaire).
Il y a aussi le bagne qu’on a peut-être trop vite abandonné : creuser des puits au Sahel voilà qui serait une peine utile et rédemptrice. Sauver des vies en Afrique, çà pourrait racheter les pires crimes non ?

PS : contre le sida, il y a une autre mesure pas chère mais qui est péché aussi : la masturbation (en prenant tout de même soins de bien se laver les mains), et çà limite aussi la croissance démographique.
Mais l’abstinence c’est bien aussi...
La prière ?...

samedi, 03 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Jack, c'est drôle ce que tu dis au sujet du bagne et des mutilations... Car en France la mutilation est sortie de l'arsenal pénal il y a fort longtemps (a-t-elle même jamais existée ?), et le bagne a été fermé en 1946, soit 35 ans avant que soit abolie la peine de mort. En d'autres termes, les mutilations et le bagne ont été ressentis comme étant plus inhumains que la peine de mort !

Par ailleurs, tu discuttes du caractère "dissuasif" des peines. C'est un aspect des choses. Mais il y a le simple aspect "prix à payer" au regard de la société, indépendamment de tout aspect dissuasif... L'argument choc, c'est l'erreur judiciaire, mais il met en cause les disfonctionnements de la justice, pas la pertinence de la peine...

samedi, 03 décembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

PAr une soirée tardive la semaine dernière, je suis tombé (sur Arté je crois) sur le fameux film du fameux Michael Moore " bowling for Columbine", qui commence d'abord par s'interroger sur le phénomène du port d'armesaux USA.
Le personnage est évidemment haut en couleur.
Sa thèse est que ce qui y explique la montée de l'armement individuel et de la violence corrélée ( qui évidemment ne fait qu'augmenter) est la peur instillée aux Américains à tous les moments de leur vie ( la précarité sociale, la violence en boucle télé etc..) et la logique hypersécuritaire

Tout cela pour dire qu'il me semble difficile de faire renoncer à la peine de mort ( qui ne doit pas etre très loin d'etre le dernier pan de la loi du talion)des gens qui, d'une façon ou une autre, sont réellement ou sentent en précarité (sociale, personnelle, dans l'incapactité d'être écouté ou entendu par une justice efficience dans un état de droit, etc..)

Lorsque Mitterrand a annoncé (alors qu'il était en retard dans les sondages qu'il supprimerait la peine de mort ) il a gagné les élections
Parce qu'en affirmant la barbarie de la peine de mort, il signifiait plus fort que son adveraire sa confiance à faire avancer la justice et à faire baisser la violence de la société d'alors.

Que ce fut vrai ou pas n'est pas le sujet. Sur le fonds, je crois qu'à cemoment là, il a fait reculer la peur et a rendu possible un basculement psychologique.

Donc la question est : dans les pays qui refusent d'abolir la peine de mort, quelles sont les effets de basculement, les mesures à prendre pour les rapprocher de sociétés perçues comme justes et non anxiogènes?

dimanche, 04 décembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home