Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 13 février 2006

Humeur du jour



Massacrante.


Crédit dessin : Lola

3 Comments:

Blogger Vicnent 31415 said...

Comme je dis toujours dans ces cas là : tu en dis trop ou pas assez... t'as perdu tes clés ? ;-))

mardi, 14 février, 2006  
Blogger Luc said...

@ Vincent : T'as raison. j'en ai dit trop ou pas assez. Bon, j'ai un peu plus que perdu mes clefs, en fait. Il m'est tombé dessus ces derniers jours un certain nombre d'immeubles de douze étages chacun, mais je fais face.

Tel le capitaine dans la tempête, je redresse la tête et regarde l'horizon, le visage fouetté par les embruns. La tempête m'est tombée dessus sans prévenir, tout d'un coup, comme ça se passe parfois en Mediterrannée. Vous êtes là, un grand ciel bleu, la voile faceille doucement dans la brise un peu soutenue, et soudain, sans prévenir, un grain tombe sur vous. Ciel noir, vents force 9, les voiles qui se déchirent, le mat de misaine qui s'écroule.

Bon, moi, je serre les dents et je tiens bon la barre. On m'annonce une voie d'eau à tribord, je dis pompez. On m'annonce une autre voie d'eau dans la soute à voiles, je dis pompez.

Et puis la pluie redouble de violence, la visibilité se réduit, des haut-fonds se transforment en brisants, et là, on vous annonce que la barre est H.S., vu que le gouvernail vient de péter.

D'où l'humeur massacrante en question et mon coup de gueule d'hier soir.

Mais bon, je redresse la tête. Tout est perdu fors l'honneur. Je fais face à l'adversité. Toujours serein dans les cas extrêmes.

D'ici une dizaine d'années, soit on en rira, soit ...

mardi, 14 février, 2006  
Blogger Lola said...

Courage pour la galere. Et merci pour le credit dessin ! J'ai toujours su que j'avais une fibre artistique cachee. C'est dans l'art brut que je m'exprime le mieux.

vendredi, 24 février, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home