Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 4 février 2006

Adrénaline

C'était en 1976, avec des copains, on va voir le dernier Claude Lelouch : Si c'était à refaire avec Catherine Deneuve. On s'assied dans la salle, on bavarde en attendant que les lumières s'éteignent. Puis, le noir se fait dans la salle, et sur l'écran, sans préambule, juste une phrase : "le film que vous allez voir a été réalisé sans aucun trucage ni accéléré". Sur le coup, je me suis demandé qu'est-ce que Catherine Deneuve allait nous réserver comme surprise. Et puis c'est le coup de poing dans l'estomac, l'adrénaline à l'état pur :


Cliquez sur l'image pour voir le film de 8 minutes 40 secondes

Claude Lelouch avait fixé une caméra stabilisée sur sa Ferrari 275 GTB, à l'avant, à raz de la route. Puis il a demandé à Jean-Pierre Beltoise de faire le trajet ci-dessous en moins de 10 minutes (durée de la pellicule disponible dans le magasin de la caméra) au petit matin, à l'heure des camions-poubelle :



Le film obtenu est hallucinant. Il vous fait d'autant plus dresser les cheveux sur la tête qu'il est réalisé sans aucun trucage. Il n'y a pas d'images de synthèse, il n'y a pas de motard ouvreur devant, rien. Il grille 18 feux rouges à une vitesse estimée entre 140 et 220 km/h. D'ailleurs, accrochez-vous : juste avant d'arriver à l'Opéra, il ne peut pas passer, les voitures arrêtées au feu rouge prennent toute la place.

Ce film, je ne l'avais plus revu depuis ce coup d'adrénaline sur grand écran, mais il était resté gravé dans ma mémoire. Trente ans après, quand je suis retombé dessus sur macdigit j'ai surstauté d'excitation à l'idée de le revoir, et je peux vous dire : l'émotion est intacte.

Pour en savoir plus :
1. rendezvous20_04.mov (le fichier .mov - 34,1Mo)
2. Traversée de Paris (macdigit)
3. C'était un rendez-vous (Wikipedia)

Crédit photo : Google Earth & Darren Baker via macdigit

4 Comments:

Blogger Jack said...

Maman, j'ai mal au coeur!

samedi, 04 février, 2006  
Blogger Patrick said...

A votre avis, avec le permis à points, il en serait à combien ? moins 200, moins 250 ?

dimanche, 05 février, 2006  
Blogger Vicnent 31415 said...

il y a quand même un sacré montage : il y avait aux grosses intersections, des mecs avec des takies walky qui lui donnaient quelques indications...

Sinon, cet été, un dimanche vers 04h30 du mat', on doit se le faire en moto avec un pote... le film devrait normalement faire moins de 8'40" ;-)))

dimanche, 05 février, 2006  
Blogger Thierry Le BLOG said...

C'est bel et bien Claude Lelouch qui conduit la Ferrari 275/GTB et pas Beltoise (dixit la biographie de Claude Lelouch de Jean-Philippe Chatrier)...

mardi, 07 février, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home