Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 3 mai 2006

Les prédateurs de la liberté de la presse



Derrière les violations de la liberté de la presse se cachent des responsables et des commanditaires. Qu’ils soient président, ministre, chef d’état-major, chef religieux ou leader d’un groupe armé, ces prédateurs de la liberté de la presse ont le pouvoir de censurer, emprisonner, enlever, torturer et, dans les pires des cas, assassiner des journalistes.

Pour mieux les dénoncer, Reporters sans frontières dresse leurs portraits.

Pour en savoir plus :
1. Les prédateurs de la liberté de la presse (Reporters sans frontières)

Crédit photo : Reporters sans frontières

5 Comments:

Blogger Philippe Piriac said...

Leurs CV ne les rendent pas franchement sympathiques!

- Ceci dit, au moins 13 d'entre eux vivent de la richesse de relations contractuelles (pétrolière)de leurs pays de l'OCDE avec eux

mias soyons un peu optimistes:
- Je me trompe quand je dis que, meme si elles se durcit, la liste diminue ?.
j'ai le sentiment que le nombre de pays totalitaires diminue. et qu'on a plutot un tropisme vers les dictatures. (ce qui semble signifie que le délai probable pour aller versdes régimes démoncratiques diminue et surtout que nous pouvons y avoir un effet plus moteur sur cette transition)

mercredi, 03 mai, 2006  
Blogger Jack said...

Manque un très, très gros pays à ta liste, un pays où il fut possible de massacrer presqu’une génération complète avec la complicité silencieuse du reste de la planète. Et pour faire bonne mesure tous les responsables des firmes occidentales qui deal sans aucune honte avec ce régime : je pense tout particulièrement à un célèbre fournisseur d’accès qui foule aux pieds la plus importante des libertés ; celle qui est rappelée au pied de chaque page de ce blog pour de misérables parts de marchés.
Philippe ton optimisme t’aveugle-t-il a ce point ?
Certains diront : mieux vaut internet avec la censure que pas d’internet du tout, pour la très grosse majorité du pays, c’est de toute façon pas d’internet du tout.
Moi je sens au contraire un « parfum » assez nauséabond, y compris dans nos « démocraties modèles» où je mesure chaque jour et partout l’écart insupportable entre la réalité et la « communication ».
La Vérité intéresse-t-elle encore quelqu’un ?

mercredi, 03 mai, 2006  
Blogger Jack said...

Je demande pardon : le pays en question figure bien dans cette liste , mais je ne retire rien à mon commentaire

jeudi, 04 mai, 2006  
Blogger Jack said...

2 de ces pays sont membres permanent du conseil de sécurité de l'ONU:
Non décidément Philippe, être optimiste dans ce domaine est un véritable acte de foi.
Ce dont tu ne manques pas, à l'évidence!

jeudi, 04 mai, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Jack
Tu as raison de dire que je suis optimiste.
Je ne pense pas être naîf ou pire complaisant.

Je faisais la différence entre le totalitarisme et la dictature
La totalitarisme est pire que tout parceque fondamentalement rien n'a prise sur un régime totalitaire ( et notamment l'information externe) parce que sa logique est récursive/endogène/bouclée sur elle memee, coupée des faits etc..

. Les régimes dictatoriaux sont bien entendu aussi méprisables instantanément. Cependant , il me semble que leur sensibilité à l'externe ( la transparence, le rapport de force financier, l'effet de réputation internationale,..) y est plus importante. et donc il y a probablement plus de chance de faire revenir ces régimes à des comportements respectueux des droits de l'homme Ils ressortent plus que de l'état métastable de l'état stable.

J'ai l'impresssion qu'on doit pouvoir faire évoluer un régime dictatorial. On ne peut que renverser un système totalitaire. C'est ce qui les rend plus difficile à éradiquer.

vendredi, 05 mai, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home