Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 8 août 2006

Une institutrice persécutée pour avoir utilisé la méthode Boscher

méthode Boscher


Madame Brigitte Guigui est institutrice à l'école primaire Ville Haute de Provins.

Un beau jour elle s'est dit que ce serait bien d'apprendre à lire et à écrire d'une façon efficace à ses élèves de CP, et elle a décidé d'utiliser la méthode Boscher, celle sur laquelle j'ai appris à lire à écrire et à compter. Vous savez, le B-A BA !

Je vous parle d'un temps où on savait lire et écrire en arrivant en sixième ... Vous ne me croyez pas ? Mais si, c'est vrai, ça se passait réellement comme ça à l'époque !

Bref, Madame Guigui, en prenant cette initiative, non seulement a obtenu d'excellent résultats, bien meilleurs que partout ailleurs, mais elle a surtout commis un crime de lèse-Education Nationale. En effet, elle n'a pas appliqué le dogme de la lecture globale (vous savez, c'est ce qui a fait des ravages sur plusieurs générations qui sont incapable d'écrire une ligne sans faire cinq fautes), et elle a appliqué la méthode syllabique, répertoriée par l'Education Nationale dans les méthodes hérétiques et rétrogrades.

Et, depuis lors, comme l'initiative de Madame Guigui a le front de remettre en cause les fondements sur lesquels sont bâtis l'Education Nationale d'aujourd'hui (qui obtient les résultats que l'on sait), elle est l'objet de toutes les tracasseries et persécutions de la part de sa hiérarchie ...

On vit une époque formidable !

Pour en savoir plus :
1. L'affaire de Provins (Le site de l'enseignement de la lecture et de l'écriture)
2. Une institutrice utilisant Boscher sanctionnée... (Forums France 2)
3. Une autre école (appy.ecole)

Crédit illustration : Editions Belin

Libellés :

5 Comments:

Blogger Lola said...

J'ai trouve cette page web tres interessante, qui decortique le pour et le contre de chaque methode de lecture :

http://appy.ecole.free.fr/actualites/methlectarg.htm

Cela se veut objectif, mais force est de constater que les dix dernieres annees sont absolument catastrophiques. L'experience et les resultats devraient primer sur la theorie...

mardi, 08 août, 2006  
Blogger Eugénie Grandet said...

Elle n'est pas la seule à utiliser la méthode Boscher. D'après des statistiques (que je ne retrouve pas, là, tout de suite, mais Google est votre ami), environ 10% des instits au CP l'utilisent.
D'après les liens que vous avez donnés, ce qui lui est reproché est surtout l'exclusion d'un enfant, non ?

mercredi, 09 août, 2006  
Blogger Luc said...

@ Eugénie : effectivement, le prétexte utilisé pour la muter d'office (il en fallait bien un) a été le fait qu'elle a signalé que la présence d'un élève handicapé dans sa classe posait problème au vu des effectifs (30 élèves). Elle aurait dû se laisser enliser dans des effectifs de plus en plus lourds, se faire changer sa classe de CP en une classe mixte CP-CE1, se faire confier un enfant handicapé (surdité) supplément et ne rien dire ...

mercredi, 09 août, 2006  
Blogger Quiriace77 said...

Je suis content qu’on parle de cette affaire, et j’espère bien qu’on va en entendre parler beaucoup plus. Car il s’agit d’un véritable scandale, qui implique directement l’inspection académique de Seine-et-Marne et la mairie de Provins, dont le maire est Christian Jacob, ministre de la Fonction publique. Je suis un parent d’élèves, dont les enfants ont eu Brigitte Guigui en CP, et je témoigne (comme d’autres parents) de la persécution dont elle est victime depuis la rentrée 2004. Vous trouverez quelques témoignages sur le forum de France2 (cf. http://forums.france2.fr/france2/Education/Une-institutrice-utilisant-Boscher-sanctionnee-sujet-2639-1.htm) ; je vous conseille de lire les quelques messages laissés par Quiriace77, car tout y est.

Pour résumer, disons que la persécution, qui dure depuis 2 ans, s’est faite en 2 temps :
- Premièrement à la rentrée 2004 lorsque l’inspecteur de circonscription (qui vient d’arriver en poste à Provins) interdit à Mme Guigui d’utiliser le manuel Boscher qu’elle emploie depuis des années avec d’excellents résultats. Les parents d’élève de l’école, scandalisés par les méthodes d’inspecteur Harry, se sont massivement mobilisés par le biais d’une pétition qui a réuni les signatures de plus de 90% des parents. Devant une telle mobilisation en faveur de l’enseignante (qui jouit d’une grande popularité à la Ville haute de Provins), l’inspection a fait marche arrière.
- Seconde attaque, beaucoup plus grave, et plus lâche aussi de la part de l’inspection, à la rentrée 2005 : Cette fois les autorités « compétentes » ont orchestré des conditions de travail impossibles à Mme Guigui : double niveau (CP/CE1) et surtout intégration d’un petit garçon souffrant d’un handicap auditif lourd… Mais l’enseignante n’a reçu aucun moyen, aucune aide, pour réussir cette intégration, de telle sorte qu’elle n’a pu travailler correctement. Devant ses difficultés bien légitimes, elle en a informé l’équipe éducative (médecin scolaire, psychologue, inspecteur…) qui a décidé, avec l’accord des parents, d’orienter cet enfant dans un CP simple de 17 élèves dans une école proche de chez lui. Or quelques jours plus tard, Christian Jacob, maire de Provins et Ministre de la Fonction publique, refuse d’inscrire l’enfant dans l’école, et demande le déplacement de l’enseignante. Pourquoi ? Que s’est-il passé ? Alors, pour justifier le déplacement, l’inspecteur d’académie de Seine-et-Marne lance une procédure disciplinaire pour « harcèlement psychologique » sur l’enfant handicapé. C’est grave comme accusation ; on va en prison pour moins que cela ! Les parents d’élèves de l’école Ville haute, qui connaissent bien Mme Guigui, ne peuvent accorder le moindre crédit à cette diffamation. C’est pourquoi nous sommes un certain nombre à nous mobiliser pour faire éclater le scandale. En effet, à l’issue d’une enquête menée exclusivement à charge par l’inspecteur de circonscription, elle a été blâmée par l’inspecteur d’académie. Sa mutation d’office « pour raison de service » imposée dans la ZEP de Surville à Montereau est une seconde sanction prononcée le 4 juillet 2006. C’est le principe de la double peine pour sanctionner une innocente. A la rentrée, elle devrait faire sa classe.

vendredi, 11 août, 2006  
Blogger Luc said...

@ Quiriace77 : merci pour toutes ces précisions. En effet, ça mérite qu'on en parle, de cette affaire !

vendredi, 11 août, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home