Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 3 août 2006

La mesure de la viscosité du brai

pitchdrop


Il y a quand même des expériences scientifiques qui prennent du temps ...

En 1927, le professeur Thomas Parnell (le premier professeur de l'Université de Queensland en Australie) décida qu'il allait étudier la viscosité du brai, un dérivé du goudron utilisé autrefois pour l'étanchéité de la coque des bateaux. Donc, en 1927, il a fondu un peu de brai et l'a versé dans un entonnoir de verre fermé en bas. Il a attendu 3 ans qu'elle se solidifie bien, et puis, en 1930, il a coupé le bas de l'entonnoir. Et, depuis cette date, le brai a coulé lentement dans le bécher qui est en dessous. Tellement lentement qu'aujourd'hui, 72 ans plus tard, la neuvième goutte est prête à tomber ...

Dans le rapport publié en 1984, on explique que la première goutte est tombée en 1938, la deuxième en 1947, la troisième en 1954, la quatrième en 1962, la cinquième en 1970, et voici la chute de la sixième en 1979 :

6th drop

La septième goutte est tombée en 1988 et la huitième en l'an 2000.

En fait, personne n'a jamais pu être témoin de la chute d'une goutte.

Conclusion de l'étude : le brai a une viscosité 100 milliard de fois plus élevée que celle de l'eau. Ca valait le coup d'attendre 72 ans, vous ne pensez pas ?

Pour en savoir plus :
1. The Pitch Drop Experiment (University of Queensland - Australie)
2. The Pitch Drop Experiment (le rapport de l'Université du Queensland de 1984)
3. Longest Running Scientific Experiment (Proceedings of the Athanasius Kircher Society)

Crédit photos : University of Queensland via BoingBoing

Libellés :

6 Comments:

Blogger Audrey Hepburn said...

Un post très, très intéressant. Merci. :)
J'avais oublié ce mot (si je l'ai jamais connu!).
Tu précises qu'il était utilisé autrefois, mais avec de telles performances, sais-tu pourquoi son usage a-t-il été abandonné?

jeudi, 03 août, 2006  
Blogger Audrey Hepburn said...

*a été abandonné*

jeudi, 03 août, 2006  
Blogger Jack said...

@Audrey : Luc veut sans doute dire que l'on a plus guère à calfatter les bateaux.
Pour les non-marins, calfatter est l'opération qui consiste à bourrer de la filasse enduite de brai entre les planches de coque de bateau. A l'époque des bateaux en bois.
Le brai est toujours utilisé, enfin je crois, pour jointoyer les planches de pont en teck, sur les bateaux qui en ont un...
L'alternance de noir et de blanc donnant un assez joli effet.

vendredi, 04 août, 2006  
Blogger Vicnent 31415 said...

Ça mérite limite le prix IgNobel cette expérience...

Euh, en fait, je viens de me rendre compte que ce type l'a eu en Physique 2005.. arf...

vendredi, 04 août, 2006  
Blogger Luc said...

@ Audrey : Jack est un vieux loup de mer qui connaît les bateaux mieux que moi (et pourtant j'en connais un rayon !). Voilà, donc il t'as tout répondu tout bien.

@ Vincent : je ne connaissais pas les "prix ignobles". Rigolo ! Merci du tuyau. :-)

vendredi, 04 août, 2006  
Blogger Audrey Hepburn said...

@ Jack:
Calfater m'est un terme déjà plus familier! :)
Ah donc ce produit miracle sert toujours pour les coques en bois: ça m'étonnait aussi qu'il ait été abandonné pour ces bateaux-. Merci Maître Jack!

samedi, 05 août, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home