Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 12 septembre 2006

Bush : un vrai chef en qui on peut avoir confiance !

Comme je fais tout à l'envers, hier je vous ai parlé du 12 septembre 2001, et aujourd'hui je vais vous parler du 11 septembre 2001.

Ce matin là, le Président George W. Bush, Commandeur en Chef des Armées, faisait gentiment la lecture du livre "The Pet Goat" ("La gentille chèvre") dans la classe élémentaire Emma E. Booker à Sarasota en Floride quand à 9h03, son chef de cabinet Andrew Card lui glisse à l'oreille "A second plane hit the second tower. America is under attack."

Là, il fait quoi, le Président Bush ? Il prend un air pensif :

Bush reading

... et il ne fait rien, strictement rien. Pendant cinq longues minutes, il va continuer à lire l'histoire de la gentille petite chèvre avec les enfants de la classe.

Pour bien comprendre le décalage, voici un vidéo montage. Sur une partie de l'image, vous voyez ce qui se passe à New York, et, dans le même temps, en temps réel, vous voyez la réaction immédiate et énergique du grand leader responsable qu'est Geoge W. Bush. regardez ...



C'est hallucinant ! Comment pensez-vous que John Kennedy, Roosevelt, Winston Churchill ou même De Gaulle auraient réagi à la même place ?

Et en plus, pour ceux qui ne le savent pas encore, Bush avait été prévenu par le F.B.I. dès le 6 aout 2001 que, je cite "Ousama Ben Laden est déterminé à frapper les U.S.A.", "qu'il voulait suivre l'exemple de Ramzi Yousef qui avait fait exploser une bombe dans le World Trade Center et qu'il voulait "porter le combat en Amérique"", que "Ben Laden voulait détourner des avions", et "qu'une cellule de Ben Laden à New York avait recruté de jeunes musulmans pour les attaques". Si vous ne me croyez pas, vous trouverez le fac-similé du rapport du FBI qui a été remis à Bush le 6 août 2001 ici.

Donc, quand on voit sa tête, il est peut-être en train de se dire "Merde, on m'avait prévenu et je n'ai rien fait ... Comment vais-je m'en sortir ? "

Et, tenez-vous bien, c'est le même homme qui vient de déclarer dans un discours solennel depuis le Bureau Ovale, je cite : "I'm often asked why we're in Iraq when Saddam Hussein was not responsible for the 9/11 attacks.". Je traduis en bon Français : "Saddam Hussein n'était pas responsable des attaques du 11 septembre 2001."

Non mais, vous le croyez, ça ? Après tout ce qu'il a pu raconter à la nation Américaine pour justifier l'invasion de l'Irak, il nous explique que Saddam Hussein n'aviat rien à voir dans l'affaire ?

Je confirme : Bush, c'est un vrai chef en qui on peut avoir confiance !

Pour en savoir plus :
1. An Interesting Day: President Bush's Movements and Actions on 9/11 (Cooperative Reserach)
2. 5-Minute Video of George W. Bush on the Morning of 9/11 (The Memory Hole)
3. The Pet Goat (Wikipedia)
4. Transcript: Bin Laden determined to strike in US (CNN)
5. Bin Laden determined to strike in US (fichier .pdf, fac-similé du memo du F.B.I.)
6. President's Address to the Nation (The White House)

Crédit photo : Wikipedia
Crédit vidéo : gordonmcdowell via Les Curieux

2 Comments:

Blogger Patrick said...

Ah, voilà du Luc comme on l'aime. On aurait pu craindre que son voyage aux antipode eut émoussé son admiration pour le Président Bush ! Mais, non, tout est intact !

mardi, 12 septembre, 2006  
Blogger Jack said...

Un certain nombre de choses n'ont pas fonctionné correctement ce jour là, en particulier la réaction de l’US Air force avant et pendant le drame.
Le degré d'impréparation des USA face à une attaque de ce type est flagrant : c’est au point que certains y voit un comportement machiavélique visant seulement à justifier les actions qui suivirent.
Réfléchissons un peu :
Sur notre territoire des milliers de petits avions sont en l’air tous les jours et en particulier les WE, combien de transpondeurs tombent-ils en panne et combien de temps nos radars de surveillance mettent-ils à localiser l’aéroplane, tenter un contact radio et finalement donner l’ordre de décoller à la chasse ?
Si le président est aux toilettes avec la turista, cela change-t-il quelque chose à la vitesse de réaction du dispositif ?
Luc, ce que tu as vécu à tes deux escales à L.A. en allant et revenant de Tahiti est la réponse faible, inefficace et stupide de l’administration américaine.

Il s’agit d’actes de guerre et il n’est pas possible d’imposer un style de vie de temps de guerre à toute la planète.

Tous ceux qui se lèvent chaque matin risquent leur vie et l’acceptent : ceux qui prennent l’avion prennent des risques bien inférieurs.
La probabilité de nouveaux attentats ne fait pas grimper ce risque au-delà de celui que chacun prend chaque matin : qu’ont arrête donc de faire c.. le monde avec çà, la grippe aviaire, le SARS et autres peurs millénaristes.
Je refuse d’être terrorisé.
Beaucoup de nos actes menacent carrément l’existence de toute l’espèce humaine et bien d’autres avec elle, mais comme c’est assez lent, à l’échelle d’une vie, tout le monde s’en fout !

mardi, 12 septembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home