Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 3 avril 2007

Le TGV bat le record du monde de vitesse sur rail à 574,8 km/h

TGV

Aujourd'hui, le TGV V150 a battu le record du monde de vitesse sur rail à 574,8 km/h. La vidéo de ce record est visible ici.

Le train le plus rapide du monde reste quand même le JR Maglev MLX01, train expérimental japonais à sustentation magnétique, qui a atteint, lui, 581 km/h le 2 décembre 2003 :

JR Maglev.jpg

Mais, évidemment, ce type de train n'a aucun contact avec le sol, et le train japonais n'est pas près de rentrer en service. Il y a juste les 18,4 km de rails nécessaires pour faire des tests en grandeur nature.

Pour mettre en perspective ce record, penchons nous sur d'autres records :

- Le record de vitesse au sol a été battu le 25 septembre 1997 à Black Rock Desert, USA par l'anglais Andy Green, avec son véhicule ThrustSSC, avec une vitesse de 1227,99 km/h, franchissant au passage le mur du son.

- Le record de vitesse sur l'eau a été battu le 8 octobre 1978 au Blowering Dam, Australie, par l'australien Ken Warby, à bord de son bateau Spirit of Australia, avec une vitesse de 511,13 km/h.

Le TGV a donc battu le record de vitesse sur l'eau, mais il y a encore du chemin à faire concernant le record terrestre.

Quand, même, il faut dire que, si je monte volontiers dans un TGV, je ne suis pas prêt de mettre les pieds dans l'un des deux engins dont je viens de parler ...

Pour en savoir plus :
1. Record 2007 (site officiel)
2. La vidéo du record (Record 2007)
3. RFF, Alstom et la SNCF relèvent leur défi (Alstom)
4. Le TGV bat le record du monde de vitesse sur rail à 574,8 km/h (Le Monde)
5. Land speed record for railed vehicles (Wikipedia)
6. Land speed record (Wikipedia)
7. Water speed record (Wikipedia)

Crédit photo : Record 2007

15 Comments:

Blogger Patrick said...

Cocorico ! ! !

Chauvinisme à part, je suis un fervent supporter du TGV. Pour l'Europe, c'est un moyen de transport ideal - qui dans bien des cas surpasse l'avion - et qui bien entendu enfonce complètement l'automobile. Dommage que les voies coûtent si cher que le réseau ne se déploie que lentement...

A noter que le TGV est extrêmement pertinent lorsqu'il est associé à l'électricité nucléaire... Si l'électricité est produite par des centrales à charbon, c'est un peu moins bien. Et si elle est produite par des éoliennes, il faut prévoir des couchettes et un wagon-restaurant plus vaste pour ravitailler les passagers en cas d'arrêt prolongé dû à une période de vent calme ;-)

mardi, 03 avril, 2007  
Blogger Gi said...

The Flash perd pour vous! ;-) De toute façon quand j´ai fait Marseille-Paris en TGV je ne pouvais même pas manger une pizza débout! Ahahahah! Je ne sais pas mais il bougeait trop.

Quelle société où tout le monde a besoin de battre tous les records toujours... ufff

Au Brésil on avait un simple et chic "Trem de Prata" (Train de Platine) qui faisait Rio-São Paulo-Rio. Vous pouvez bien remarquer, j´ai dit "on avait"... ;-) malheureusement. Le Brésil est tellement grand.. que je sais pas.. sans compter l´époque où ils ont commencé à construire la Transamazônica. Il y a des trains qui font des petits trajets entre quelques villes comme à Curitiba, au sud. Ce serait merveilleux si on ne dépendait pas seulement du lobby des entreprises de bus.

mardi, 03 avril, 2007  
Blogger Gi said...

Correction: "perd contre vous, face à vous". Xiii Erreur de mélange entre le portugais et le français. ;-))

mardi, 03 avril, 2007  
Blogger Jack said...

Vous avez vu ce nuage de poussière derrière le train ?
Allez, je reste dans mon rôle de pessimiste de service. La dernière fois que j’ai pris un TGV, je suis descendu en gare d’Avignon. Comme je rejoignais le parking un train est passé à pleine vitesse. J’ai imaginé, pour la première fois, que le TGV était un projectile et je me suis demandé, combien pèse se train (le projectile), lancé à plus de 300 km/h ?
Hasardons une hypothèse une double rame doit bien faire 600t.
Energie cinétique à 300 km/h = 2,08 10E9 Joules.
Il y a assez pour pulvériser n’importe quel obstacle, sans parler des voyageurs...
Curieusement, contrairement à l’avion qui fait très peur à une proportion notable de passagers (15-25% parait-il), personne n’a peur dans le TGV.
Par bonheur aucune sortie de voie à grande vitesse ne s’est encore produite, c’est sans doute ce qui donne confiance.
Pourtant...
Gi, quand ça bouge beaucoup dans le TGV, il m’arrive de penser, très fugacement que c’est une machine construite par des humains roulant sur une voie construite par des humains et surveillé aussi par des humains.

Le pont TGV sur le Rhône est creux, il m’a été narré (et je n’ai pas vérifié), que les portes d’accès à la galerie n’étaient même pas fermées à clé...(ou quelqu’un sans doute avait du la fermer mal)

Quand je pense que certain craignaient que le corps humain ne puisse résister à la vitesse « incroyable » de 60 km/h au début du chemin de fer !

mardi, 03 avril, 2007  
Blogger Jack said...

PS pour Patrick: et en plus ça marche à l'électricité nucléaire, c'est le pompon!

mardi, 03 avril, 2007  
Blogger Gi said...

Mais bien-sûr, Jack! Vous ici sur ce blog vous ne "lâchez jamais la prise", ah!? hehe Mais ça me fait penser aussi! ;-)

Tout le monde me disait des merveilles sur ce train et je n´ai rien à réclamer par rapport à la vitesse, car en 3 heures on fait Marseille-Paris et pour y aller mon ami a mis 8 heures en voiture et le pire: j´ai dormi pendant presque tout le trajet. hihi Mais c´était la nuit, donc.. je suis pardonnée pour ne pas avoir admiré le paysage. J´ai voulu compter chaque oiseau de la Provence qui me saluait par la fenêtre avec un "bonjour" mais ça n´a pas été possible. Ça passe par ces champs, non? ;-))

Jack, grâce à Dieu que ce sont encore des humains.. parce que les japonais.. bon.. ;-)

mercredi, 04 avril, 2007  
Blogger Philippe Piriac said...

N'intellectualisons pas
Savourons un moment de plaisir et de fierté pour le génie à la française. ( SNCF,Alstom et EDF, ou RFF.et espérons que cela contibuera binetôt à notre balce des paiements. ( puisque les couts ont en gros déjà eu lieu

mercredi, 04 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

Je me suis interrogé sur la nature de l'avion qui filmait l'exploit. En effet, je pense qu'aucun avion à hélice ni hélicoptère n'atteint ce genre de vitesse. Il a donc fallu un jet ! Impressionnant, non ?

vendredi, 06 avril, 2007  
Blogger Gi said...

Luc, hier soir ils ont dit à la télé (un journal de minuit de Globo) qu´ils négocient avec le gouvernement brésilien, les responsables pour ce secteur la construction d´une ligne qui ferait "Rio-São Paulo-Rio" en 1 heure. Par avion c´est 40 minutes environ et en bus on met 5, 6 heures de Rio à São Paulo et vice-versa. ;-) Tu imagines?

Je crois que tout ce qui vient pour le bien, enfin, si tout est réglé c´est bon pour le Brésil. Dommage que cette initiative ne soit pas venue des hommes/femmes politiques.

Bon alors, que le TGV-Brésil arrive! Au lieu de manger une pizza, je mangerai une "coxinha de galinha". Quel couple! hehe

vendredi, 06 avril, 2007  
Blogger Gi said...

À tout le monde: mon père vient de me poser une question pour laquelle je n´ai pas de réponse car c´est "un peu technique". hihi

Le TGV il fait comment, il va tout droit, fait des petites courbes? Il me demande ça en prennant compte la géographie du Brésil, surtout dans les zones où ils pensent à construire ce projet. São Paulo est complètement différent de Rio en tous les aspects.

vendredi, 06 avril, 2007  
Blogger Luc said...

@ Gi : Bien sûr que le TGV prend des courbes, mais ce sont des courbes très très larges qui lui permettent de garder une très grande vitesse. Et, chaque fois que c'est possible, il va tout droit.

vendredi, 06 avril, 2007  
Blogger Jack said...

J’ajouterai, sans être trop technique, que les voies sont inclinées dans les courbes, selon la vitesse prévue et le rayon de courbure, les TGV (ainsi que tous les trains) sont penchés dans les virages tout comme les motos...
Lorsqu’on est à l’extérieur du virage dans le TGV on voit le ciel et on perd un peu la campagne de vue...

vendredi, 06 avril, 2007  
Blogger Gi said...

Ah, merci, "gente"! Il a posé cette question mais il m´avait parlé de ça, que étaient bien-sûr des courbes grandes, sinon, oh-là-là.. direct!? ;-) Mais comme il n´a jamais été en France ni dans un TGV c´est difficile d´imaginer, même cet effet dont Jack a parlé.

Le TGV est vraiment différent de tout. Par contre ce sujet intéresse mon père même si il est d´une époque où n´existait même pas un "grand maria fumaça/fumée".
;-)

Ça me fait "mal" d´imaginer le bonheur d´avoir un train speed dans mon pays! J´adore les bus, j´ai beaucoup voyagé en bus, même si la distance parfois est grande, mais les routes malheureusement ne correspondent pas toujours au confort des bus. On choisit l´avion pour aller plus loin, même ceux qui ont peur, qui n´ont pas assez d´argent.

samedi, 07 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

Une précision pour notre sympathique contributeur(-trice) Brésilien(-ienne) : Un petit problème pour le TGV, c'est que, s'il y a une colline sur le chemin du TGV, pas question de la contourner ni de la monter et redescendre. Il faut couper une tranchée dans la colline, ou faire un tunnel. Ce qui explique le coût élevé des infrastructures. Même chose d'ailleurs si on doit traverser un vallon. Pas question de descendre puis de remonter ni de le contourner. Il faut soit combler le vallon ou faire un viaduc.

Dans un TGV, si on regarde par la fenêtre, on voit le paysage qui monte et qui descend au gré de la nature. Le TGV, lui, va tout droit... Alors que dans un train "normal", le train suit les reliefs du paysage : on monte, on descend, on tourne...

Le TGV peut quand même prendre des courbes, mais seulement des courbes très larges.

Il y a d'autres techniques pour autoriser un train à aller plus vite sur des tracés "ordinaires", qu'on appelle les trains "pendulaires", qui sont "articulés" et se penchent dans les virages. Il y a eu des accidents avec ce genre de train, notamment en Italie, et tout récemment en Angleterre, et je ne pense pas qu'ils aient grand avenir (en tout cas la vitesse est bien moindre que celle des TGV).

samedi, 07 avril, 2007  
Blogger Gi said...

Patrick, merci et vous êtes tous sympas aussi; de fois je veux m´éxprimer de manière plus spontanée (pour suivre mieux le débat) mais la différence de langue fait un petit mélange dans ma tête. ;-)

Merci pour l´explication.

Un TGV (ou un autre train vite) aiderait beaucoup tout le monde au Brésil. Les "trains romantiques" du passé me manquent indirectement car je les ai vu seulement au cinéma. hihi Glamour "orient express", livres d´Agatha Christie c´est bon mais.. la vitesse sera bienvenue!

Joyeuses Pâques pour vous!

dimanche, 08 avril, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home