Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 29 mai 2008

Le retour du poulet américain à l'eau de Javel



La Commission de Bruxelles s'apprête à autoriser à nouveau l'importation de poulet américain en Europe. Ils étaient bannis depuis 1997, parce que, pour éviter les problèmes de salmonelle, les américains trempent leurs poulets dans une solution de chlore. De l'eau de Javel, pour faire simple. Et ça, ce n'est pas autorisé en Europe.

Alors, inutile de dire que, du poulet au chlore, moi, c'est pas trop ma tasse de thé.

D'autant plus que cette mesure n'empêche pas la montée de la salmonelle dans le poulet américain. D'après une étude publiée en décembre 2006, 83 pourcent des poulets vendus aux U.S.A. ont la salmonelle !

Alors, non seulement c'est dégueulasse, mais en plus c'est inefficace !

Donc, la malbouffe américaine, qu'ils se la gardent ! Nous, on reste au "régime Crétois" :



Pour en savoir plus :
1. Bruxelles va autoriser le poulet chloré américain malgré les critiques (AFP)
2. Le poulet chloré prêt à débarquer en Europe (Liberation)
3. Salmonella on the Rise in Chicken Meat (Salmonella blog)
4. Study: 83 Percent of Chicken Sold in U.S. Has Bacteria (newsmax)
5. Les bienfaits du "régime Crétois" (Chez Luc)

Crédit photo : Salmonella blog

6 Comments:

Blogger Patrick said...

Commentaire lu dans l'article de Libération :

"" Hum !! On va se régaler...
des poulets à la javel nourris aux OGM !! ""

Bon. Ceci étant, il me semble que le chlore a la particularité d'être extrêmement volatile. Donc peu de temps après le traitement des volatiles, il doit être volatilisé...

Par ailleurs, notre estomac est rempli d'acide chlorhydrique extrêmement concentré (pH 2 !). Alors, un peu plus ou un peu moins !

Mais quand même, si les ricains ne veulent pas de nos fois gras et de nos camemberts au lait cru, nous, on ne veut pas de leurs poulets.

vendredi, 30 mai, 2008  
Blogger Patrick said...

Il est vrai qu'à choisir, je préfèrerai une cuisse de la jeune femme rousse qu'une cuisse de poulet à la javel. Simple affaire de goût...

vendredi, 30 mai, 2008  
Blogger Betty said...

@ Patrick : Ah bon, pourtant il y aurait bien plus a manger sur la cuisse de l'autre dame ;-)

samedi, 31 mai, 2008  
Anonymous Olyvo said...

Il me semble que la commission soit tombée sur la tête ces derniers temps! Ils veulent maintenant interdire qu'on écrive sur les bouteilles d'huile d'olive (fait avec des olives de Toscane, par exemple". Cela défavoriserait ceux qui ne produisent pas cet huile!!!! Les grands groupes industriels?

dimanche, 01 juin, 2008  
Blogger Luc said...

@ Olyvo : En France, il y a sept appellations d'origine protégée (AOP), selon la législation européenne :

- Huile d'olive de Nyons
- Huile d'olive de la Vallée des Baux-de-Provence
- Huile d'olive d'Aix-en-Provence
- Huile d'olive de Haute-Provence
- Huile d'olive de Nice
- Huile d'olive de Corse - Oliu di Corsica
- Huile d'olive de Nîmes

Et je n'ai pas l'impression que ces AOP soient menacées par la Commission.

Par contre, en Italie, je en sais pas ce qu'il en est ...

(source : Wikipédia)

dimanche, 01 juin, 2008  
Blogger Jack said...

Perso : je préfère savoir d'où vient ce que je mange, et s'il y avait quelque chose à rendre obligatoire se serait bien l'affichage de l'origine.

mercredi, 11 juin, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home