Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 22 mars 2009

Watercone : de l'eau potable pour le Sahel



Voilà une idée comme je les aime : simple, efficace, et qui résout un vrai problème.

Le Watercone, c'est un cône en plastique transparent qui a les bords incurvés. De la sorte, quand on le pose en plein soleil sur un sol légèrement humide, il se passe les choses suivantes :
(1) Par effet de serre, ça chauffe en dessous, et le peu d'eau qui se trouve dans le sol s'évapore et se condense sur les parois du cône.
(2) L'humidité se condense sur les parois en question, et l'eau accumulée s'écoule le long de cette paroi.
(3) Cette eau est recueillie dans la gouttière formée par le bord ourlé du cône.
(4) Quand le bord est plein d'eau, il suffit de retourner le cône pour recueillir une eau pure et propre à la consommation.

Superbe !

On peut même utiliser ce procédé pour purifier de l'eau salée, par exemple :

(1) On verse l'eau salée dans le réceptacle noir fourni avec le Watercone :


(2) On place dessus le Watercone, et l'eau s'évapore, se condense, et est récupérée dans la gouttière :


(3) On n'a plus qu'à verser l'eau potable dans une bouteille :


Un Watercone est capable de produire plus d'un litre et demi d'eau par jour, ce qui couvre les besoins en eau potable d'un enfant.

Eh bien, moi, je dis : bravo !

Pour en savoir plus :
1. The Watercone: A Simple, Effective Solar Still (blue living ideas)
2. Watercone (site officiel)

Crédit images : Watercone

13 Comments:

Blogger Patrick said...

Super bonne idée, mais pas vraiment nouvelle (voir ce dessin de 1978). Il est quand même préférable d'être près d'un point d'eau, ce me semble. Et je me demande si le processus de distillation élimine le risque de contagion genre choléra...

Toutefois, la production journalière répond plus à des besoins de survie qu'à la vie courante. Il faudrait imaginer de passer à une échelle beaucoup plus grande pour subvenir aux besoins d'une famille...

dimanche, 22 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Je ne crois pas que le vibrion du choléra s'évapore, toutefois Patrick, tu as raison de souligner la nécessité de tenir le condenseur propre et désinfecté, même si en plus les UV se chargent de tuer les principaux germes.
Ce qui tuent réellement avec les eaux souillés c'est l'ignorance et malheureusement l'éducation est plus difficile à exporter là où elle est nécessaire, que ce génial watercone.
Il s'agit de l'eau à boire Pat, 2 litres suffisent.

dimanche, 22 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

Engin extraordinaire de simplicité, mais ils ne parle pas de reminéraliser l'eau.
Boire de l'esu distillée c'est se déminéraliser la tuyauterie avec une belle chiasse à la clée .

dimanche, 22 mars, 2009  
Anonymous Anonyme said...

C'est bien sympa, mais est-ce que c'est fourni avec des médicaments contenant des minéraux ?

dimanche, 22 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Bruno : Bonne remarque ! Avec ce procédé, on ne résout pas le problème des sels minéraux ...

lundi, 23 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Bon! encore une invention d'homme blancs...pour vendre des pastilles.
Dommage.

mercredi, 25 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

J'en reviens pas qu'il faille attendre 2009 pour sortir cette merveille qu'un gosse aurait pu inventer sur une plage.
D'ailleurs si la mer n'est pas loin il est facile de reminéraliser à bon compte cette eau bénite.
Cette technique imparfaite de mélange eau de mer/eau distillée est utilisée, en dernier recours,par notre valeureuse Marine Nationale sur tous les bâtiments qui produisent leur eau .

jeudi, 26 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Pour cuire les pâtes en bateau en économisant l'eau douce : 1 litre d'eau de mer pour 3 litres d'eau douce...

vendredi, 27 mars, 2009  
Blogger farfelu said...

alors si je voulais purifier mon urine, est-ce que cela fonctionnerait? ce serait un myen d'être autonome en eau potable non?

vendredi, 24 juin, 2011  
Blogger Jack said...

Dans le Roman de SF Dune, cela se nomme un dystil...qui récupère tous les fluides.

vendredi, 24 juin, 2011  
Blogger Padraig said...

L'urine des astronautes de l'ISS purifiée en eau potable
REUTERS - Vendredi 14 novembre 2008

Les occupants de la Station spatiale internationale (ISS), dont le nombre devrait bientôt doubler, vont bientôt recevoir un appareil particulièrement utile dans un milieu qui manque cruellement d'eau : un appareil qui transforme leur urine en eau potable et leur permettra de la consommer.

"Nous avons réalisé des tests de l'eau, en aveugle", a déclaré un ingénieur de la Nasa, Bob Bagdigian, principal concepteur de la nouvelle machine. "Nul n'a émis de forte objection. A part un vague goût d'iode, c'est aussi rafraîchissant que n'importe quelle eau".

La livraison à l'ISS de cet appareil, d'un coût de 250 millions de dollars, figure parmi les principaux objectifs de la 124e mission de la navette spatiale, qui doit, si la météo le permet, décoller samedi à 00h55 GMT (vendredi à 19h55 locales) de Cap Canaveral en Floride.

En plus de cet appareil de recyclage de l'eau, la navette Endeavour livrera à l'ISS deux petites chambres à coucher, le premier réfrigérateur de la station orbitale et un deuxième cabinet de toilette.

La Nasa s'attend à ce que 23 litres d'eau puissent être purifiés chaque jour grâce au nouvel appareil. L'objectif est de récupérer 92% de l'eau présente dans les urines de l'équipage et dans l'humidité de l'air de l'ISS. La Nasa veut attendre de voir si ce système de recyclage fonctionne bien avant de doubler les effectifs de l'ISS, qui passeront à six astronautes.


250 millions de dollars, c'est pas donné, quand même...

vendredi, 24 juin, 2011  
Blogger Jack said...

Comme quoi les performances dans le domaine spatial sont parfois liés à d'étranges paramètres.
Le coût étant parmi les moindres (paramètres).

vendredi, 24 juin, 2011  
Blogger Padraig said...

Toutefois, amener 100 litres d'eau dans la station, ça doit coûter bonbon aussi... à moins bien sûr d'amener de l'eau lyophilisée ;-)

vendredi, 24 juin, 2011  

Enregistrer un commentaire

<< Home