Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 19 mars 2009

Benoît XVI aggrave son cas



Je ne suis pas précisément une grenouille de bénitier, vous le savez, mais moi, j'avais une tendresse particulière pour Jean-Paul II. C'était vraiment un grand homme, tout pape qu'il était, et sa vie et ses prises de positions ne pouvaient qu'inspirer le respect et l'admiration.

Quand, pour prendre sa succession, les conseil des cardinaux a élu pape le dénommé Joseph Ratzinger, formé dans les jeunesses hitlériennes, j'ai toute suite eu comme un doute.

Et ces doutes ont commencé à se préciser quand Ratzinger, qui a choisi de se faire appeler Benoît XVI, a remis à l'honneur la messe en latin, la messe célébrée avec le prêtre qui tourne le dos aux fidèles, et l'hostie prise à genoux. Ce retour au traditionalisme le plus inconditionnel s'est confirmé quand il a levé en janvier 2009 l'excommunication des prêtres intégristes, dont l'évêque Richard Williamson, qui a déclaré : « Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz. (…) Je pense que 200 000 à 300 000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz »

Et puis, en mars 2009, c'est au Brésil, le cas d'une fillette de 9 ans, violée par son beau-père depuis l'âge de 6 ans. La fillette, la mère de la fillette, ainsi que le médecin qui fera avorter cette fillette pour sauver sa vie seront excommuniés ! Et cette décision qui a choqué tout le Brésil, et une grande partie du monde chrétien sera validée par le Vatican.

Et puis là, mardi dernier, il vient d'en remettre une couche : dans l'avion qui l'amenait au Cameroun, il a déclaré benoîtement, que l'on ne pouvait "pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs" et que, "au contraire (leur) utilisation aggrave le problème".

Oui, vous avez bien lu. Le Pape, en voyage officiel en Afrique, déclare que l'utilisation du préservatif aggrave le problème du SIDA !!!

On croit rêver ...

Alors, pour que vous puissiez réaliser pleinement la gravité de ces propos, je vais vous relater ce que m'a raconté une sage-femme avec qui j'ai déjeuné dimanche dernier, et qui exerce en Guyane. Le bruit qui court chez les noirs à propos du préservatif est le suivant. je cite : "Si vous mettez un préservatif, vous attraperez le SIDA, parce que ce sont les blancs qui mettent du virus HIV dessus pour se débarrasser de nous !" Voici le genre d'inepties et de rumeurs auxquelles ont à faire face les organisations humanitaires qui se battent pour sauver des vies en Afrique. Et, là-dessus, le Pape débarque en Afrique et déclare, tout de go : l'utilisation du préservatif aggrave le problème du SIDA !!!

Moi, je suis humanitaire en Afrique, je fais quoi ?

Et l'infaillibilité du Pape, vous trouvez pas qu'elle en prend un coup, là ?

Pour en savoir plus :
1. Les propos du pape sur le préservatif déclenchent l'indignation (AFP)
2. La Commission européenne met en garde l'évêque Williamson (AFP)
3. L’excommunication qui choque le Brésil (Libération)
4. Cohn-Bendit: "il y en a assez maintenant de ce pape" (AFP)
5. Benoît XVI (Wikipédia)

Crédit photo : rjliban

Libellés :

41 Comments:

Blogger Patrick said...

Ce Pape est pour le moins maladroit.

Toutefois, la question de fond demeure pour ce qui concerne le SIDA. De toute évidence, le propos du Pape est que la mise à disposition de préservatifs a tendance à encourager les relations multiples et tous azimuts. La position de l'église est que la solution passe plutôt par l'éducation et la prise de conscience par les intéressés que le SIDA se transmet à l'occasion de relations multiples et tous azimuts. Il ne met pas en cause le fait que lors d'un rapport, le préservatif protège du SIDA... La question est de savoir si on est capable de fournir suffisament de préservatifs à l'Afrique - et surtout d'éduquer les africains pour qu'ils l'utilisent, ou s'il est préférable de faire un gros effort éducatif pour diminuer les rapports multiples et tous azimuts. Quel méthode a le plus de chances de porter des fruits ? L'église et son Pape pense que c'est la seconde (approche plus "éducative"), d'autres pensent que c'est la première (approche plus "technique").

En réalité, la question doit déjà avoir une réponse, si on est capable de montrer une réelle diminution du taux d'infection sur une population africaine bien ciblée à laquelle on a fourni des préservatifs en masse. Si la diminution est clairement établie, alors le Pape a tort. Mais si la progression n'est de fait pas enrayée, alors, peut-être faut-il envisager qu'il ait raison...

jeudi, 19 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

A ce propos, qu'en pensent les africains eux-mêmes ? Lire ici un point de vue en provenance du Cameroun...

jeudi, 19 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

Jeunesse hitlérienne ?
Comme tous les autres jeunes allemands de son époque.
ça en fait des salauds.

jeudi, 19 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "le propos du Pape est que la mise à disposition de préservatifs a tendance à encourager les relations multiples et tous azimuts."

Là n'est pas le problème. S'il veut "éduquer" le continent Africain pour qu'il se lance dans le jeûne et l'abstinence, libre à lui. Déjà qu'en Alaska puritain, l'abstinence ça ne marche pas (cf Bristol, la fille de Sarah Palin), alors en Afrique ...

Mais ce qu'il a dit c'est que "l'utilisation du préservatif était dangereuse".

C'est cette affirmation là qui est totalement révoltante ! Ce serait intéressant de pouvoir estimer combien de morts du SIDA cette petite phrase va provoquer ...

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Ne faisons pas dire à Benoît XVI ce qu'il n'a pas dis : il n'a pas dit que le préservatif était "dangereux", il a dit que ça "aggravait la situation". C'est très différent - et c'est une thèse plausible.

Déjà, on avait prêté à Jean-Paul II des propos qui condamnaient l'usage du préservatif, alors qu'il n'avait jamais prononcé ce mot...

L'église désigne la cause de l'épidémie et propose de travailler sur la cause, l'occident insiste sur un moyen technique de lutter contre l'infection. Quelle approche est la plus efficace ? Or, les deux approches sont peu compatibles : difficile de prôner la fidélité dans le couple tout en distribuant largement des préservatifs...

Encore une fois, les données objectives doivent exister. Est-ce que, oui ou non, l'infection du SIDA a reculé sur des territoires où le préservatif a été distribué en masse (et une éducation à son usage a été faite). Si oui, le Pape et son église ont tort. Si non, peut-être a-t-il raison. Et si, de fait, l'épidémie ne cesse de progresser sur le territoire en question, alors il a sans doute raison.

Question : pourquoi ne trouve-t-on pas de données objectives de ce genre ? Sans elles, on en est réduit à des débats idéologiques et à des qualificatifs du genre "scandaleux", "révoltant", etc. qui ne font guère avancer le schmilblick.

J'ai lu plusieurs articles, celui-ci par exemple qui mettent davantage d'espoir dans le préservatif féminin, les femmes seraient aux dires de ces articles plus motivées à l'utiliser.

Quoi qu'il en soit, la vraie solution est sans doute la découverte d'un vaccin et le moyen de le diffuser en masse en Afrique (qui payera ?), mais ça n'a pas l'air d'être pour demain...

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

J'entends aussi des réactions du genre " les propos du Pape sont scandaleux, ici, en Bretagne, l'usage du préservatif a nettement fait régresser l'épidémie". Je n'en doute pas un seul instant. Mais la même solution est-elle applicable en Afrique sub-saharienne, où, vous me le concèderez, le contexte est "un peu" différent de celui de la Bretagne ? Or c'est bien à l'adresse de l'Afrique que le Pape s'est exprimé...

C'est comme beaucoup de sujets : une chose peut être bonne ici, et très mauvaise autre part...

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

Jean Paul II tenait exactement le même discours sur la capote (même parfumée aux fruits de la passion).
Depuis toujours ils sont droits dans leur bottes à ce sujet.
La semence de l'homme et la vie même embryonnaire revêtent un caractère sacré pour l'église catholique.
Mourir du sida ou en couche à 9 ans n'est rien en comparaison d'une âme damnée pour l'éternité.
D'ailleurs ça concerne pas seulement le préservatif mais aussi toutes les mauvaises directions que peut prendre le sexe de l'homme.
Quel dommage je rôtirai en enfer...

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Dans toutes choses, il est bon que la thèse soit défendue, mais aussi l'anti-thèse, de façon à encourager une réflexion pou faire émerger le meilleur choix. Heureusement que l'église exprime certaines choses au sujet de l'éthique, parce que sinon, certaines thèses auraient trop beau jeu. Les choses sont souvent plus complexes qu'il n'y parait...

La thèse de l'église relative à l'embryon humain n'est pas dénuée de sens... Ce qui ne justifie sans doute pas les dérapages comme on a vu récemment au Brésil...

C'est vrai dans tous les domaines. Par exemple, heureusement qu'il y a un José Bové pour présenter une thèse différente de celles des semenciers prônant les OGM. La vérité n'est peut-être pas dans la bouche de Monsanto - ni dans celle de José, évidemment - mais ce dernier a le mérite de nous forcer à nous poser les bonnes questions.

Revenons à nos moutons. Alors, ce vaccin anti-SIDA, ça vient ?

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Ce post était bien nécessaire et relève de "l'hygiène publique"...
Moi j'ai juste une chose à ajouter.
Le pape est le descendant de Saint Pierre son rôle est parfaitement défini : diffuser faire connaitre la parole du Christ, c'est là son domaine. Mr Rastinger, même si on l'imagine bien conseillé est un spécialiste en théologie.
Cela ne lui confère aucune compétence en épidémiologie ou en virologie, ni même en sociologie africaine et encore moins en sexologie...(sauf pour ce qui concerne les parturientes vierges, où il en connait surement un rayon ;>))
En gros de quoi je me mêle!
Tiens puisque son domaine de compétence semble illimité, il n'aurait pas une vague idée pour désamorcer la crise financière qui est en train de ruiner la planète en commençant par les plus pauvres!
Luc désolé, même si Jean-Paul II t'es particulièrement sympathique, il reste qu'il est le premier à avoir amorcé le retour de balancier vers une église réactionnaire après Vatican II, Benoit XVI ne fait que suivre sa trace et son appartenance aux jeunesses hitlérienne est une polémique qui n'éclaire pas le débat.(d'accord avec Bruno)
L'église fait face en Europe à une hémorragie de fidèles et de vocations, ors les intégristes sont tous de bons pratiquants, la tentation est donc forte de les ramener dans le troupeau, les propos du pape visent son public, pas vous bandes de mécréants...
Quelqu'un a-t-il regardé M6 hier soir ? Reportage édifiant sur le Sida au Swaziland * en particulier le business développé par les batistes qui guérissent par la prière, la foi et quelques chèques...
*10 Millions d'habitants, + de 50% de séropositivité, espérance de vie 38 ans, 5 millions d'enfants dont 100 000 orphelins, la réalité du CIDA en Afrique c'est çà.
Peut-être qu'en effet un peu plus d'éducation serait une bonne arme contre ce fléau, le préservatif comme seul arme n'est sans doute pas suffisant de la à dire qu'il "aggrave la situation", il y a un abime.

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Luc said...

Sur le sexe, la position de l'église est claire : c'est "croissez et multipliez", et tout est bon pour y arriver.

Notons par exemple que, dans le cas de la malheureuse fillette brésilienne de 9 ans qui est tombée enceinte de son père après s'être faite violer par lui pendant trois longues années, c'est la mère qui s'est faite excommunier par l'église catholique, pas le père ! Pour lui, tout va bien, je vous remercie. Il viole sa fille, il y a inceste, mais ça, ça ne pose aucun problème à l'église !!!

Ce qui compte, c'est de faire des gosses, un point c'est tout.

L'inceste productif est même glorifié dans la Bible avec, par exemple, le célèbre épisode des filles de Loth : « L'aînée dit à la plus jeune: “Notre père est vieux ; et il n'y a point d'homme dans la contrée, pour venir vers nous, selon l'usage de tous les pays. Viens, faisons boire du vin à notre père, et couchons avec lui, pour que nous conservions la race de notre père”. Elles firent donc boire du vin à leur père cette nuit-là ; et l'aînée alla coucher avec son père. Il ne s'aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. Le lendemain, l'aînée dit à la plus jeune: “ Voici, j'ai couché la nuit dernière avec mon père; faisons-lui boire du vin encore cette nuit, et va coucher avec lui, pour que nous conservions la race de notre père”. Elles firent boire du vin à leur père encore cette nuit-là ; et la cadette alla coucher avec lui. Il ne s'aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. Les deux filles de Loth devinrent enceintes de leur père. L'aînée enfanta un fils, qu'elle appela du nom de Moab. C'est le père des Moabites, jusqu'à ce jour. La plus jeune enfanta aussi un fils, qu'elle appela du nom de Ben-Ammil. C'est le père des Ammonites, jusqu'à ce jour6. » (Gn 19.30-38)

Pour illustrer cet épisode glorieux, vous pouvez contempler le regard lubrique d'une des filles de Loth sur ce tableau de Jan Massys, peint et 1565 et visible au Musée Royal de Bruxelles.

L'abstinence avant tout. Mais si vous faites des gosses, même avec votre fillette, ou avec votre père saoul comme un cochon, vous avez notre bénédiction ...

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Jack said...

En ce qui concerne la fillette brésilienne, ne s'agit-il pas du beau-père? Ce qui ne change rien au problème, mais qui stricto sensus ne saurait être nommé inceste...
Loth a l'air fourbu sur ce tableau!
Allez au fond tout cela ne concerne que les croyants, et fait bien rigoler tous les autres.
Je crois que Malraux, qui fumait trop d'opium, a complètement déconné en nous promettant un XXIième siècle religieux : ils sont en train de se saborder.

vendredi, 20 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Sur le tableau, la fille de Loth a l'air très contente, je trouve... Dans ces récits bibliques, quelle est la part d'histoire, quelle est la part de légende ?

A noter tout de même que les récits bibliques n'ont pour les Chrétiens aucune valeur d'exemple. Seule compte l'enseignement du Christ relaté par les évangiles - et à ma connaissance, il ne prône pas ce genre de choses...

Pour les Juifs, seul compte l'ancien testament, pour les Musulmans, seul compte le Coran, pour la majorité des Chrétiens seuls comptent les évangiles (nouveau testament)...

Comme dans toute communauté humaine, il y a des cons dans la corporation des coiffeurs, des bouchers, des politiques... et des prélats. L'évèque brésilien dont on parle en est assurément un. Tout comme l'autre évèque négationniste. On ne parle que de ceux-là, alors que des millions d'autres sont très corrects. L'existence de quelques brebis galeuses dans une corporation ne ne met pas en cause la corporation toute entière...

Mais, bon, encore une fois, cette question de SIDA en Afrique et de préservatif a certainement une réponse. Où sont les études objectives qui démontrent le recul de la pandémie en Afrique suite à la mise à disposition de préservatifs ? Tout le reste n'est que verbiage sans valeur...

samedi, 21 mars, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Ce qui fait peur, c'est que la majorité du gouvernement, dont notre président, sont d'ardents défenseurs de Ratzinger.
Ils ont d'ailleurs eu des phrases religieuses tout aussi débiles et choquantes que leur gourou du Vatican.

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Luc said...

Christine Boutin a déclaré : "ce n'est pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l'amour".

Il y a peut-être une autre solution, plus marrante, évoquée dans le site satyrique "the dailymash" : poser une bible sur son pénis.

Technique plus originale, certes, mais je ne suis pas absolument convaincu de son efficacité.

;-)

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

Bon alors Grâce à Loth et ses filles on a évité l'extinction ou quelque chose comme ça ?
j'y perds mon latin entre la bible judaïque et la bible chrétienne.
Le pape est entouré d'érudits et de stratèges qui ont un savoir faire vieux de 2000 ans.
je reste persuadé qu'il n'y a eu aucun raté de communication et que tout ce tapage est savamment orchestré.
les journalistes et les politiques de tous poils ont beaucoup de virulence à l'encontre des propos du Pape.Ils en avaient beaucoup moins dans l'épisode glorieux des caricatures de Mahomet.Au lieu de diffuser tous ces dessins (très moyens ) dans la presse de tous les pays, ils se sont couchés .Idem pour les politiques qui au lieu de hurler on ne touche pas à la liberté d'expression telle qu'elle est définie par la loi, se sont offusqués ou écrasés devant les menaces de religieux.
c'est tellement facile de s'en prendre à ceux qui tendent l'autre joue.

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Juste une remarque au sujet des noirs de Guyane française : il est vrai que la Guyane est le département français le plus touché par le Sida, avec 49 personnes affectées pour chaque cent mille habitants. Toutefois, comme la population totale est d'environ 200 000 habitants, ça nous fait une centaine de personnes infectées. On est assez loin des chiffres Africains, là... Et pourtant, malgré une admistration française, la présence sur place d'une structure éducative et de santé, des rumeurs sur le préservatif "pré-infecté" circulent. Imaginons ce que ça peut être en Afrique !

Donc la thèse du Pape qui suggère que la solution pour l'Afrique n'est pas dans le préservatif n'est à priori pas stupide...

Pas stupide mais peut-être fausse : où sont les études qui démontrent l'efficacité de cette solution sur la pandémie en Afrique ?

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "où sont les études qui démontrent l'efficacité de cette solution sur la pandémie en Afrique ?"

Accorderais-tu du crédit aux études scientifiques, à présent ? C'est nouveau, ça ...

;-)

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Luc said...

Et, comme le chantaient les Monthy Python dans "La vie de Brian" : Every Sperm is Sacred !

LOL

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Jack : "En ce qui concerne la fillette brésilienne, ne s'agit-il pas du beau-père? "

Ouais, t'as raison, il s'agit de son beau-père. Donc il n'y a pas inceste.

C'est peut-être pour ça que la Très Sainte Eglise Catholique et Romaine n'a pas jugé bon de l'excommunier, lui ...

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

" Every sperm is good "
c'est en effet hilarant dans la bouche de ces gosses .
Au fait, toujours pas l'ombre d'un volontaire pour la suite " Brian versus Mahomet " ?

Pour ces histoires de Sida,étrangement un séropositif qui fourre sa queue partout m'émeut moins qu'une femme qu'on lapide, mais chut ...

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Oui, Luc, il lui a suffit de se confesser et le récit de quelques chapelets absoudrons ce pêché, si son repentir est sincère.
La justice de Dieu, n'est pas celle des hommes. Par contre tous ceux qui ont rompu les liens sacrés du mariage sont excommuniés de fait.
Pour mémoire l'excommunication consiste à refuser l'accès du paroissien à la sainte communion, qui n'est ni plus ni moins que l'accès à l'authentique corps du Christ.
Avec 45% de divorce en France, ça fait pas mal d'exclus; heureusement, tous ne sont pas mariés à l'église.
La justice de Dieu n'est pas celle des hommes...

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Un petit détail sur l'usage du préservatif en Afrique.
1-ils ont de très gros besoins et sont mieux dotés que nous ne le sommes.
2-ils n'ont pas forcément les moyens financiers correspondants pour s'offrir les préservatifs, ils doivent aussi manger.

Mais ce n'est doute pas à cette difficulté là que songeait Benoit.

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

on m'aurait excommunié à l'insu de mon plein gré quand j'ai divorcé ?
j'ai rien senti !

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Le "croissez et multipliez", c'est juste l'expression de l'arme la plus puissante devant ses ennemis : l'arme démographique. Une arme non violente, mais redoutablement efficace sur le moyen terme... De nos jours, il me semble que c'est plutôt l'islam qui l'utilise de fait...

samedi, 21 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

A propos de la triste histoire d'inceste au Brésil : En fait, l'inceste, au delà de la considération biologique, est une notion essentiellement religieuse et légale. La Bible (Lévitique 18) dit "Tu ne découvriras point la nudité d'une femme et de sa fille" - et ce quel que soit le père de la fille. L'inceste y est davantage défini par rapport à la "maisonnée" plutôt que par la notion de "filiation biologique" : on ne doit pas coucher avec d'autres gens de la même maisonnée. Curieusement, le Coran autorise le rapport avec la fille de sa femme - mais seulement si le mariage avec sa femme n'a pas encore été consommé - c'est subtil !

La plupart des sociétés reprennent dans leurs lois le point de vue de la Bible. La fille de sa femme est considérée comme sa fille même si elle est d'un autre père. En droit français, la loi ne parle pas d'inceste mais condamne un "ascendant légitime naturel ou adoptif ou toute personne ayant autorité sur la victime".

Au passage, selon la Bible, notre Première Dame a commis l'inceste en couchant à la fois avec un père et son fils. C'est pas joli joli, ça, mais c'est sans doute délicieux ! Mais bon, tout ce beau monde était majeur et consentant, ça n'est donc pas répréhensible au sens de la Loi !

dimanche, 22 mars, 2009  
Anonymous Philippe Edmond said...

L'Ouganda a eu raison d'écouter le Pape Jean Paul II, et Benoît XVI le sait. Ce pays a axé ses camapagnes de prévention sur le changement des habitudes sexuelles et la fidélité, et son taux de contamination des femmes est passé de 20 à 6 % en 1991 et 2000. Les pays immédiatement voisins, avec des politiques plus ouvertes au préservatif ont eu des résultats inverses.
Source : RL Stoneburner, Low-Beer (2004), “Population-Level HIV Declines and Behavioral Risk Avoidance in Uganda”, Science n° 304, avril 2004, p. 714-718.

Voir aussi sur le même sujet
http://www.libertepolitique.com/actualite/54-international/5200-afrique-le-sida-lethique-et-lexperience

dimanche, 22 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

L'article complet cité par Philippe Edmond, c'est ici. Si on en croit cet article, la proposition éducative (fidélité dans le couple) a au moins marché, et même très bien marché, en Ouganda. L'église catholique a peut-être d'autres raisons de prôner la fidélité dans le couple, mais sur le plan de la santé publique et du SIDA, ça marche, même en Afrique !

Alors, finalement, le Pape aurait-il raison ? Les capotes que nous envoyons par millions aggravent-elles le problème plus qu’elles ne le résolvent ? En tous cas, merci Benoît de nous faire réfléchir !

dimanche, 22 mars, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

une ou un partenaire unique?
Le programme proposé m'a l'air vraiment ennuyeux.
La vie imaginée par ces religieux est d'une monotonie déprimante et peu en accord avec nos atavismes, enfin avec les miens en tout cas.
je pense qu'informer ces populations me semble une voie raisonnable, libre à chacun ensuite de vivre sa sexualité avec un ou des partenaires.
en attendant je leur conseille de mettre la capuche.
Et puis laissez les singes tranquilles ,voyez où ça mène ....

lundi, 23 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Bruno : Les singes ? Quels singes ?

lundi, 23 mars, 2009  
Blogger Luc said...

L'évêque d'Orléans, Mgr André Fort, en remet une couche. Il a déclaré au micro de France Bleu Orléans : "Vous le savez très bien, tous les scientifiques le savent: la taille du virus du sida est infiniment plus fine que celle d'un spermatozoïde. La preuve est faite que le préservatif n'est pas une garantie à 100% contre le sida". Et il ajoute : "Il y a écrit sur les boîtes de cigarettes : danger. On devrait mettre sur les boîtes de préservatifs : fiabilité incomplète" (source : AFP)

La position défendue par l'église catholique et romaine devient de plus en plus indéfendable !

samedi, 28 mars, 2009  
Blogger Jack said...

Bon, c'est maintenant l'évêque d'Orléans qui aggrave son cas en prétendant que les préservatifs sont perméables au virus!
Je comprends parfaitement qu'il défende les principes religieux que le préservatif permet de transgresser sans risque (ce qui au passage pourrait accréditer l'idée que le CIDA est une punition divine contre les fornicateurs..)
Mais encore une fois pourquoi l'église éprouve-t-elle le besoin de donner des avis dans un domaine technique qui n'est pas le sien, et qui plus est des avis complètement bidons!
Je les crois de plus en plus atteints par la sénilité.

samedi, 28 mars, 2009  
Blogger Patrick said...

Sachant qu'il y a environ 5000 évèques catholiques dans le monde, il faut s'attendre, comme dans toute corporation, à ce qu'il y ait disons 1% de brebis galeuses, soit une cinquantaine. Reste 4550 évèques qui sont raisonnables.

Réduire les évèques aux quelques-uns qui dérapent, c'est un peu comme si on réduisait toute la classe politique à M. Le Pen...

dimanche, 29 mars, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "Réduire les évèques aux quelques-uns qui dérapent, c'est un peu comme si on réduisait toute la classe politique à M. Le Pen..."

Entendrais-tu par là que la profession de foi de Le Pen est la même que celle de Bayrou ?

Parce que je te rappelle quand même que les 5000 évèques catholiques ont fait la même profession de foi ...

dimanche, 29 mars, 2009  
Blogger Luc said...

Deux points de vue différents pour alimenter le débat :

Celui d'Esther : Arrivée de Benoit XVI au Cameroun

Celui de Me Eolas : La (Bonne) Parole est à la défense

Les deux me semblent intéressants à lire !

mercredi, 01 avril, 2009  
Blogger Jack said...

Je trouve le dessin d'Esther d'autant plus excellent, que depuis l'élection de ce pape, je me disais que ce regard me rappelais furieusement quelqu'un...mais qui?
Merci Esther maintenant je le sais!

Quant à Maitre Eolas, il joue sur les mots comme savent si bien le faire les avocats, et n'amène rien au fond du débat. Benoit a bien dit "On ne peut pas résoudre le problème du SIDA avec la distribution de préservatifs ; au contraire elle aggrave le problème" c'est comme les prêtres pédophiles un dérapage, on est toujours dans le même déni de la sexualité, propre à une conception bien catholique de l'humanité, si proche du divin asexué...au point de rester vierge tout en enfantant.

jeudi, 02 avril, 2009  
Blogger Patrick said...

Bon, alors, elle est où, cette étude qui montre clairement que l'épidémie régresse en Afrique (ou dans un certain pays d'Afrique) grâce à la distribution de préservatifs en masse ? Parce que si l'étude n'existe nulle part, moi, je trouve ça un brin suspect...

mardi, 07 avril, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : le rapport que tu cherches est là : Rapport sur l’épidémie mondiale de sida 2008 (ONUSIDA)

Bonne lectrue !

mardi, 07 avril, 2009  
Blogger Jack said...

Cette étude sur le CIDA semble indiquer que le préservatif est un puissant moyen de prévention évident contre la propagation de l'épidémie, mais ne le démontre pas réellement.
Puisqu'elle donne la mesure les taux d'usage, dans différents pays...
Mais existe-t-il un étude démontrant que le parapluie évite de se mouiller lorsqu'il pleut?

dimanche, 12 avril, 2009  
Blogger Patrick said...

Merci Luc pour le lien vers l'étude relative au SIDA dans le monde. Cette étude concerne le monde entier, pas juste l'Afrique. Si on la lit attentivement, on constate que les mesures jugées efficaces concernent en premier lieu l'éducation, qui est présentée comme l'arme majeure (et encore trop souvent défaillante voire inexistante). Bien entendu, le préservatif est mentionné, mais n'est absolument pas présenté comme l'arme absolue.

Ce rapport insiste beaucoup sur la "gestion des causes sociétales de l'épidémie". N'est-ce pas un peu ce que dit le Pape ?

Quand aux chiffres, ils sont très nombreux mais ne permettent pas de faire une corrélation entre diffusion du préservatif et ralentissement de la pandémie. Il semble qu'en Afrique la pandémie progresse presque partout, sans qu'on puisse clairement identifier les pays où les efforts d'éducation ont été faits et/ou la diffusion du préservatif est importante. En tous cas, il n'est écrit nulle part que la diffusion du préservatif ralentit (dans les faits) la pandémie...

Pour être franc, ce volumineux rapport détaillé n'évoque que très rarement le préservatif... A en croire ce rapport, l'idée fort répandue que le préservatif est LA solution (notamment pour l'Afrique) est sans doute simpliste... et fausse...

lundi, 13 avril, 2009  
Blogger Patrick said...

Si je me souviens bien mes lectures passées, on considère que le SIDA préexistait à l'épidémie sous une forme latente, notamment chez certaines populations de singes en Afrique. Des hommes africains en mouraient sporadiquement (sans doute par infection via la viande de singe), mais sans qu'on puisse parler d'épidémie. Les conditions démographiques changeant en Afrique (augmentation de la population, misère, malnutrition, manque d'hygiène, système d'éducation inadapté, perte des valeurs sociétales traditionnelles), la maladie latente s'est déclarée en pandémie.

Ce que le rapport de l'ONU suggère, c'est qu'il faut s'adresser aux causes sociétales pour contenir la pandémie. Ca me semble du très bon sens, même si la tâche est immense et coûteuse. Le préservatif n'est là qu'un moyen dérisoire. Dire qu'il aggrave le problème est mal dit car mal compris, mais il est clair qu'une politique qui encouragerait les comportements sexuels multiples et à risque (même "protégés") aurait des effets dévastateurs...

Autrement dit (on parle de l'Afrique, ici), le préservatif protège évidemment à titre individuel, mais il est peut-être inopérant à l'échelle d'une population...

lundi, 13 avril, 2009  

Enregistrer un commentaire

<< Home