Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 12 septembre 2005

Dix petits nègres

Dans un article du Nouvel Observateur du 8 septembre, Jacques Julliard explique que nous pourrions avoir, au premier tour de l'élection présidentielle de 2007, dix candidats sérieux dont aucun ne dépasserait les 15% des suffrages. Et il en dresse la liste, de l'extrême droite à l'extrême gauche :

- Jean-Marie Le Pen.
- Philippe de Villiers.
- Nicolas Sarkozy.
- Dominique de Villepin.
- François Bayrou.
- DSK? Jack? Martine? Ségolène? François? Lionel?
- Laurent Fabius.
- Dominique Voynet.
- Marie-George Buffet.
- Olivier Besancenot.

Le problème, et je sais que c'est une question que se pose Patrick, c'est que, si aucun de ceux-là ne dépasse 15% au premier tour, qui va être au second tour ? Le vote des français est actuellement protestataire, et ils rejettent en bloc les partis politiques traditionnels. Dans ce contexte, tout est possible. Le 21 avril 2002, on s'est retrouvés avec Chirac et Le Pen à la fin du 1er tour.

Et en 2007 ?

Quid si on se retrouve avec Besancenot et le Pen, hein ? C'est tout à fait possible, figurez-vous ! Alors là, au deuxième tour, vous élirez qui avec 82,21% des voix : Besancenot ou le Pen ?

Pour en savoir plus :
1. Dix petits nègres (Le Nouvel Observateur)
2. Election présidentielle Résultats 1er tour: 21 avril 2002

Libellés :

16 Comments:

Blogger Patrick said...

Oui, surtout que les dix petits nègres pourraient bien être douze ou treize...

Je reviendrai sur cette menace dans un prochain post...

lundi, 12 septembre, 2005  
Blogger Jack said...

Oui, je vois bien un amendement à la constitution, imposant aux candidats à la présidence l'investiture d'un parti receuillant plus de 10% ou 15% des voix au sénat ou à l'assemblée nationale.
Çà aurait aussi l’intérêt d’obliger les partis à mettre de l’ordre chez eux…

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger rachou said...

je rajouterais 2 noms qui ont autant de chance que besancenot.. noel mamere, et jose bovet.. qui d'un seul coup se met a la politique..
Mais ca ne change rien, tes pronostiques sont tout a fait valables, et on risque d'avoir un president elu a 80% avec les plein pouvoir, et quel qui soit (dans la liste proposé ... enfin il reste du temps..j'esperes que les choses d'arrangeront et que la lecon des dernieres elections sera comprise a droite comme a gauche

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Jack, ta proposition fonctionnerait sans doute. Mais ce serait quelque peu contraire à l'esprit de l'élection du Président au suffrage universel tel que prévu par la révision du mode d'élection de 1962 (approuvée par Référendum). Ce serait un peu un retour au régime des partis... Mais, bon, s'il n'y a pas de meilleure solution...

Rachou, n'imagine pas un seul instant que les hommes politiques apprendront les leçons du Référendum. Leur intérêt personnel et leur ambition prime sur l'intérêt public, et tous ceux qui le pourront se présenteront au premier tour, même s'il doit en résulter une catastrophe nationale.

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger genorb said...

C'est vrai que ca pourrait vraiment etre chaud en 2007. Je ne sais pas si cela a deja ete envisageable dans le passe (je suis encore assez jeune et pas francais de surcroit), mais ici on sent vraiment que dans la liste des personnes que tu donnes, personne, a part peut-etre Sarkozy (mais nous verrons d'ici la), ne sort vraiment du lot!

Ca pourrait etre vraiment la catastrophe...

(comme aurait pu le chanter Trenet)

Pauvre France
Pauv' pays de mon enfance
Berce de tendre insouciance
Je t'ai perdu de mon coeur...

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Reponse A ( sérieuse)

Et si on faisait confiance à la capacité d'apprentissage des français?

Supposons que , comme toi, les français anticipent que ce tu annonces est possible ( par exemple, Le-Pen Besancenot,..) ?

Deux solutions:
1. ils l'acceptent que ce risque soit avéré et on a rien à dire c'es l'esprit de la démocratie et du vote pour un homme aux présidentielles

2. Au souvenir de ce qui s'est passé aux précédentes élections ils refusent que ce risque s'avère, et dans le potentiomètre protestation-construction>, ils mettent chacun un peu plus de sauce dans le registre "construction" et ca se stabilise sur des choses plus sérieuses.

Réponse B 'Esprit "Brèves de comptoir"): Le vrai problème n'est il pas " A qui pensent ils quand ils pensent à un homme politique sérieux?".

Servez m'en un autre , patron, ca me démoralise.... ( je parle de verre, pas de candidat)

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Vicnent 31415 said...

wep, j'attends avec impatience le muppet politique chaud show de second semestre 2006, début 2007.

On va avoir un joli gateau, avec à ma droite, fracture net de la tête entre sarko et villepin (et Chirac alors ?), à gauche, ça va être un peu mieux avec DSK qui va gagner la primaire face aux autres (qui se seront entre tués avant). puis, aux extremes, entre le FN et de villiers (partis verrouillés) et LCRrouge/coco et Compagnies, il y aura du sport également. On n'oublie pas non plus les verts, où on va gentiment aussi se déchirer la gueule...
Voila pour le gateau.
La cerise sera effectivement le résultat du premier tour...
miam !!!
Je parie sur Sarko Président.

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Vicnet, tu paries sur Sarko Président... Encore faut-il qu'il soit au second tour des élections ! En 2002, tout le monde attendait Lionel au second tour - ce fut Jean-Marie !

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Philippe, je t'admire ! Faire confiance aux français, en voilà une idée qu'elle est bonne !

Mais rappelons-nous que, lors du dernier Référendum, la majorité des électeurs a suivi les recommandations des extrêmes et des has-been. Et ils ont gagné - pourquoi diable changeraient-ils ?

P.S. : Tu dis que c'est l'esprit de la démocratie, etc. Mais ce sont les électeurs qui s'évertuent à fausser le jeu démocratique, en ne votant pas au premier tour pour leur favori, par pur esprit de contradiction. S'il n'y avait qu'un tour aux présidentielles, l'affaire serait entendue : Sarko gagnerait haut la main - malgré ses cornes ;-)

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Jack said...

Finalement, la solution est là sous notre nez : un seul tour et on arrête de déconner, avec le tour pour "rire".
Voilà qui remettrait un peu de sérieux dans le srcutin, et dans les partis aussi (c'est une obsession...)

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Luc said...

Hé hé ... Jack : un seul tour et on arrête de déconner ?

Le référendum pour la constitution Européeenne, ça s'est fait en un seul tour. Bon, et t'as vu ? Tu trouves qu'on n'a pas déconné sur ce coup là, toi ?

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Jack said...

Un referendum, c'est différent, seulement 2 réponses possibles : insupportable pour les Français.

mardi, 13 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Ah , en vous lisant tous, j'ai une idée "jecroisquelle est bonne"

On reste çà une élection à deux tours mais on fait la chose suivante

au 1er tour on demande aux français:

"Confirmez vous que vous êtes mécontents et qu'il faut un président sérieux?" ( un pseudo referendum):

Ils répondent oui ( forcément)

Au deuxième tour, on fait choisir un président sur une liste à n candidats ouverte ( du meme type que celle qu'on a actuellement au premier tour actuel des présidentielles
et les français élisent un président, à la majorité relative qu'ils veulent

avantage
1. Au premier tour, tout le monde gagne: les électeurs qui se sont défoulés, les partis d'opposition qui confirment que les francais sont d'accord avec eux, les francais de la majorité du moment qui confirment que les autres pensent comme eux, etc...) ( de toute facon au soir du premier tour c'est déjà le cas.. tout le monde a officiellement gagné. et au moins on pourrait se faire un film correct par chaine plutot que une soirée eléctorale par chaine...)

2. au deuxième tour, la partie de protestation étant faite au 1er tour, ils votent "sérieux" et on a le présidnet "sérieux" qu'on mérite.

deux solutions
2.1 ou bien ils votent pour un président réellement sérieux et le nouveau mode de scrutin et les francais ont tous gagné;
on a gueulé au premier tour un bon coup , mais cétait pour de rire...

2.2 Si c'est une cata, car personne ne change son vote et qu'on hérite d'une burne on a la preuve que le problème, c'est pas les candidat, c'est les Francais. Un an après , le dit président est viré par les francais aussi fondus dans la rue
et on revote: cette fois ci, apprentissage oblige, on vote pour un bon président au deuxième tour selon la meme logique

Voila, En plus on a inventé un truc génial
1. Un référendum ou tout le monde gagne,et peut geuler
2. Un système de vote ou on sépare la protestation de la décision

les francais vont adorer...

Bon,
c'est pas le tout il parait qu'ils cherchent des conseillers politiques au Canada. Il va être le temps d'émigrer.
il y a bien un solution ca serait de faire séparer la Breagne/pays de Loire et la Provence de la France par un vote à deux tours,et on serait définivement tranquilles, mais bon il faut en core inventer la question gagnante

Ouah, c'est vrai que faire confiance aux Francais c'est pas gagné....

mercredi, 14 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Philippe, je pense que tu es dans le vrai.

Aujourd'hui, les Français saisissent l'occasion d'un scrutin pour "s'exprimer" (en général pour exprimer un mécontentement), tout à fait indépendamment de l'objet du scrutin. C'est tellement vrai que lors du dernier référendum, la classe politique s'est interrogée sur la "signification du vote" - ce qui a conduit au limogeage de Raffarin (qui n'avait aucun lien avec la question européenne). Personne n'a imaginé un seul instant que les Français avaient vraiment répondu à la question posée !

L'idée de séparer le scrutin Présidentiel en deux phases distinctes (phase 1 : je m'exprime en me défoulant - phase 2 : je vote pour mon candidat favori) est excellente. Il faudrait par exemple soumettre quinze jours avant le scrutin un questionnaire style sondage à tous les Français - en laissant bien entendu des cases libres pour les insultes en tous genre. Ensuite viendrait le vote Présidentiel à un seul tour (l'heureux élu bénéficierait alors des enseignements du questionnaire pour mieux orienter sa politique)...

Le mode de scrutin actuel est un système pré-1968. Aujourd'hui, les Français souhaitent s'exprimer - pas juste mettre un nom dans une urne. Peut-être faut-il réformer profondément notre système de scrutin Présidentiel pour tenir compte de cette importante évolution sociétale...

jeudi, 15 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Depuis ce post du 12 septembre (Dix petits nègres), nous avons maintenant de nouveaux candidats en puissance tels que Michèle Alliot-Marie, Ségolène Royal, Dominique Strauss Kahn, et aujourd'hui même on apprend la candidature de l'UMP Nicolas Dupont-Aignan (qui entend "sauver la France"). Et, après son succès judiciaire qui l'enrichit de 135 millions d'Euros, on entend même Bernard Tapie parler de présidentielles...

Quand à Jean-Marie Le Pen, il s'autoproclame "favori" - et il ne croit peut-être pas si bien dire...

"Le Monde" a publié un excellent papier sur ce thème, que je vous encourage à consulter...

Je reviendrai sur ce thème bientôt...

samedi, 15 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

Je reviens sur ce post vieux de 6 mois, pour vous signaler que la machine diabolique est en route.

Le Pen fait des offres à De Villers (coalition des Patriotes), qui les rejette pudiquement - pour l'instant. Mais les thèses de De Villiers se rapprochent de celles de Le Pen...

Et Olivier Besancenot invite Marie Georges Buffet, Arlette Laguiller et José Bové à faire cause commune...

Plus on se rapprochera des élections Présidentielles, plus les extrêmes comprendront qu'une union - même boiteuse - peut les placer au second tour...

vendredi, 28 avril, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home