Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 16 septembre 2005

Nostalgie ?

Nos amis Anglais ont trouvé le remède définitif contre la nostalgie : il suffit de ne rien changer à rien – et il n’y a alors rien à regretter.



Une illustration de ce principe est le feuilleton radiophonique « The Archers » diffusé par la BBC. Il s’agit de la chronique journalière (environ 10 minutes chaque jour) d’une famille de fermiers anglais dans le petit village imaginaire d’Ambridge. Quand j’étais petit, mes grands-parents ne manquaient jamais d’écouter leur épisode journalier (tous les jours à 14 heures sauf le samedi, et récapitulation de la semaine le dimanche à 10 heures). C’était dans les années ’50. Le premier épisode fut diffusé en 1951. Aujourd’hui, « The Archers » continuent, ils ont dépassé le 14 000 ème épisode ! Je serais étonné qu’il existe au monde un feuilleton qui dure depuis si longtemps – en connaissez-vous un ? Et c’est la même joyeuse musiquette qui ouvre et qui ferme l’épisode depuis 54 ans…

Ma maman m’avait raconté que la fille Archer, qui était tombée enceinte (sans être mariée) en 1953, n’avait finalement accouché qu’en 1959 : sans doute la plus longue gestation au monde ! Bien entendu, le scénario a évolué au gré des décès réels des acteurs ! Et les bébés ont eu le temps de grandir – ils sont presque à l’âge de la retraite, maintenant !

Ce feuilleton est très suivi en Angleterre, et dans le monde – jusqu’aux îles Malouines : un site Internet lui est dédié, où on peut écouter l’épisode qu’on aurait manqué, lire les synopsis des quatre dernières années, et où on trouve l’arbre généalogique de la famille qui s’est enrichi au fil des ans, aussi le plan du village, etc. Et il y a aussi de nombreux sites de fans…

Moi, j’ai la nostalgie des bonnes émissions radiophoniques de ma jeunesse, style « Les maîtres du mystère »… Les Anglais, eux, n’ont rien à regretter : leur émission préférée se poursuit jour après jour – sans doute jusqu’à la fin des temps !

6 Comments:

Blogger Luc said...

Oui, c'est vraiment génial. J'ai été écouter le dernier épisode, je dois avouer que je n'ai pas compris grand chose (je comprends assez mal l'américain avec l'accent anglais), mais l'ambiance de l'émission me faisait penser à un village virtuel où l'on écoute de vieux amis familiers. Ca doit être sympa pour les gens qui vivent dans la solitude.

C'est vrai que ça fait longtemps que je n'ai pas écouté les Maitres du Mystère. J'avais acheté quelques cassettes il y a une dizaine d'année, dans l'espoir de retrouver un épisode fascinant où il était question d'un type qui s'appelait "Eliott", et qui était illustré musicalement par l'adagio d'Albinoni ... Mais je n'ai jamais retrouvé cet épisode.

Mais, bon. Nous jeunes lecteurs doivent commencer à nous prendre pour les deux pépés du Muppet Show, là ! :-)

samedi, 17 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

En fait, ce que je trouve sympatique, c'est le côté "point fixe" de cette émission. Dans notre monde mouvant et en constante accélération, 10 minutes de repos intellectuel journalier me semblent très bénéfiques pour mieux affronter les turbulences... Rien de passionnant dans le feuilleton, c'est juste qu'on va retrouver les mêmes personnages, les lieux qu'on connaît, les voix familières - et faire un petit "ouf !" avant de repartir à l'assaut de la vraie vie...

Ce besoin de "point fixe" est un peu servi par nos "infos de 20 heures" à la télé avec les présentateurs familiers qui changent le moins possible (PPDA dure depuis près de 30 ans) - on parle du rendez-vous de 20 heures - mais c'est nettement moins reposant, je trouve...

samedi, 17 septembre, 2005  
Blogger Luc said...

Marrant : le vingt heures de TF1, c'est un truc que je ne regarde jamais. Je ne me souviens même plus quand c'était la dernière fois que j'ai regardé cette "grand messe" ...

samedi, 17 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

en gros, qu'on choississe entre Euler ou Lagrange peut importe,on veut tous à la fois explorer (voyager) et être en terrain familiers ( être fixe)

Etre le pêcheur assis au bord de la rive et voir la rivière couler et passer les bateaux et les poissons auprès de vous

Etre assis confortablement dans son bateau sur la rivière et voir défiler les pêcheurs.


IL y a bien une troisème solution: Etre au pied de la montagne et la regarder éternellement le même sommet : mon sentiment est que ces contemplatifs-là sont probablement les plus grands voyageurs dans leurs têtes...
Le seul risque est peut etre se perdre ou que les autres vous croient perdus. mais bon c'est peut etre bien le summum du voyage immobile

samedi, 17 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Luc ne regarde pas le vingt heures... Evidemment, vu qu'il est scotché sur Melissa Theuriau sur LCI...

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger Luc said...

Exact ! Un détail quand même, Melissa Theuriot passe à 6h30 le matin les jours de semaine ... Pas vraiment en concurrence avec le 20 heures sur le plan des horaires !

dimanche, 18 septembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home