Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 22 octobre 2005

Tremblement de terre au Cachemire



Je suis un peu troublé par le traitement par les médias français des catastrophes du moment.

Aujourd’hui, 2 semaines après le tremblement de terre le plus dévastateur depuis des lustres, environ 1 500 villages n’ont pas reçu le moindre secours et n’ont même pas été visités, faute de moyens logistiques. Nul ne sait si ces villages existent encore. Plus de 3 millions de personnes sont sans abris à l’approche de l’hiver – la neige arrive là généralement début novembre… Il manque 500 000 tentes pour leur permettre de survivre.

Le fait est que ces malheureux n’ont pas le bonheur de vivre dans un endroit où il y a des touristes occidentaux, et notamment français, comme à Phuket lors du tsunami de l’année dernière. Résultat, on s’en bat l’œil et on préfère se faire peur avec une grippe de poulet (avec interviews de ménagères au marché du 16ème arrondissement de Paris), ou suivre les évolutions d’un cyclone qui, arrivant en Floride, dimanche soir, « pourrait peut-être endommager les plantations d'orangers » (sic)...

C’est la Turquie (qui elle-même vient tout juste d’être re-secouée à Izmir) qui a réagit le plus efficacement, en débloquant 150 millions de dollars - et qui s’étonne un peu d’être le plus important donateur.

Dans la plupart des médias français, cette catastrophe bien réelle avec plus de 80 000 vrais morts et avec des millions de rescapés en grave danger n’est même plus mentionnée (ex. : "Le Télégramme"), ou bien font l’objet d’une brève en page intérieure *. Les chiffres que j’ai cités plus haut, c’est bien entendu dans des médias étrangers que j’ai dû les glaner…

Ca m’écoeure un peu.

* Bon, pour être juste, « Le Monde » de ce samedi 22 octobre relate la promesse de l’OTAN d’envoyer 1 000 soldats et des hélicoptères au Pakistan.

Lire aussi : Catastrophes naturelles : deux poids, deux mesures ?

9 Comments:

Blogger Jack said...

Il faut reconnaitre que l'image du Pakistan est celle d'un Islam combattant et d’un nid du terroriste internationale, sans oublier l'abri de Ben Laden : c'est en tous cas l'image qu'en diffuse les médias.
Biensûr que tous ces gens dans le besoin méritent autant que les victimes du tsunami l'aide de la communauté internationale.
Mais cette situation souléve des questions : pourquoi les catastrophes naturelles font-elles toujours des victimes parmi les plus démunis? (y compris dans les pays riches)
Pourquoi habite-t-on des zones aussi inhospitalières ? Pourquoi y construit-on aussi peu solide ?
N'est-ce pas tout ce sous-développement la vrai cause ?
Les catastrophes naturelles sont "naturelles", (la terre tremble dans cette région du monde depuis bien avant l’arrivée de l’homme) ce qui l'est moins est le dénument de ces populations.

Que dire de la couverture médiatique des famines africaines?

Trop d’argent est dépensé contre la vie et pas assez pour la vie. Au lieu de se doter de l’arme atomique, le Pakistan ferait bien de travailler au développement de sa population… Mais dans ce pays ce n’est pas la population qui décide, elle souffre par contre.

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

On ne peut quand même pas libeller tous les Pakistanais comme de dangereux terroristes, sous prétexte qu'il y en a quelques-uns chez eux... Je suis un peu d'accord sur le fait que le développement de l'arme atomique n'était peut-être pas une priorité au Pakistan...

La remarque de Jack est pertinente : les gens riches ne s'installent pas dans des zones à risque naturel élevé... A moins que ce soit le contraire : les zones à risque naturel élevé ne permettent pas aux habitants de se développer convenablement... Pourtant, la civilisation grecque antique s'est développée sur une zone assez sismique...

Bon, enfin, ces gens-là souffrent, et je trouve que c'est indécent de les ignorer. J'ai remarqué que les Anglo-saxons se sentent plus concernés que les Français - les Anglais viennent d'envoyer une dizaine d'hélicoptères... (c'est vrai que nous avons envoyé des pompiers et maintenant des médecins - quand-même).

Il semble que ce soit un peu "à chacun ses pauvres". Les Pakistanais, c'est un peu les pauvres de l'angleterre. Nos pauvres à nous, on les trouve davantage en Afrique. Décidément, les traces de l'époque coloniale sont encore bien marquées !

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Luc said...

Les habitants du Cachemire ont tout faux sur plein de raisons :
- Ils n'ont pas de pétrole.
- Il n'y a pas de stations touristiques pour occidentaux fortunés.
- Ce n'est pas l'époque de Noël.
- Ils sont musulmans.
- C'est une zone de guerre.
- Leur gouvernement est corrompu.
- Etc, etc, etc ...

Plus sérieusement, on ne parle pas assez du tremblement de terre du Cachemire ? Certainement.

Maintenant, si vous voulez avoir une idée des peuples qui souffrent en ce moment et dont on ne parle pas du tout, cliquez ici : activités du Comité international de la Croix-Rouge par pays, et explorez le menu à gauche, continent par continent, pays par pays ...

P.S. : Bien, la photo. Au premier coup d'oeil j'avais pas compris. :-)

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Luc said...

En tous cas, pour Katrina, les Américains avaient peut-être laissé tomber les plus démunis, mais ils se sont bien occupés de leurs toutous. Très Anglo Saxon, comme réaction.

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Luc j'ai un problème pour me connecter

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Ce que tu dis est vrai

Pour ceux qui voyagent dans le métro, avez vous remarqué que face aux dix personnes qui sollicitent dns le métro, on est attentifs pour les quatre premiers, indifférents pour les quatre suivants et agécés pour les deux derniers qui sont pourtant autant dans le besoin que les premiers
Il y a peut etre un peu de cela dans cette différence de traitement entre Tsunami et Cachemire

La solution est peut etre de passer régulièrement par des organisations ONG généralistes (Crox rouge, Médecins du Monde, ATD) qui peuvent nous aider à artbitrer au mieux de ce que nous voulons ou pouvons donner

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

Aux infos ce soir à la télé, il y a eu un gros reportage en début de journal sur la mort de sept alpinistes Français dans l'himalaya. Très triste en effet. Les millions de Pakistanais sans abris ont dû attendre la fin du journal pour qu'il soit question d'eux (quelques instants seulement, bien entendu, pas question de troubler la quiétude de la ménagère attablée en famille, et qui attend le film du dimanche soir)...

dimanche, 23 octobre, 2005  
Blogger Aman said...

Salut,

Je suis un pakistanais ayant fait des études à Grenoble.
Alors...
Pourquoi habite-t-on n'importe quel village alpin ? Par l'inertie peut-être, par l'amour de la nature, par manque de moyens de mobilité, par l'amour de la terre (même si elle tremble)... je ne prétends pas savoir la réponse... mais il peut y avoir tant de raisons.
peu solide : car pauvre, misérable.
Au moins Musharraf a décider de ne pas acheter les F-16....
corromption : il y a des blagues pour dire que les deux leaders politiques (Benazir Bhutto et Nawaz Sharif) envient ceux en pouvoir en ce moment vu toute cette aide qui arrive.
Pour la première fois de mon vivant (et j'ai que 26 ans), les pakistanais se sont mobilisés pour s'entre-aider à une telle échelle... on ne croit plus au gouvernement et on va faire face à ce disastre en groupe d'amis, de collègues de bureau, de voisins, de cousins, mais on se méfie souvent du gouv.
lien, si ça vous intéresse toujours : http://www.insanityworks.org/earthquake_relief.html
(initiative individuelle des amis à Islamabad)

Amitié et que la paix revienne chez-vous,
Aman

mardi, 08 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Aman, c'est très touchant de lire ton intervention. Cela l'est d'autant plus que deux des intervenants réguliers sur ce blog ont aussi fait des études à Grenoble - ça nous rapproche donc un peu. Il est vrai qu'il y a quelque fois des bonnes choses qui sortent du malheur et des épreuves. La solidarité qui s'organise au Pakistan (j'ai lu le site que tu nous a signalé) aura peut-être des effets bénéfiques à long terme sur la société Pakistanaise. En tous cas, j'espère que vous arriverez à éviter que ces millions de malheureux ne souffrent pas trop du froid de l'hiver.

Peut-être à bientôt dans ce blog !

mardi, 08 novembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home