Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 9 avril 2006

Le coton équitable



Je suis très content de vous présenter ce superbe polo Rugby double manches Active Wear en vente à La Redoute pour la modique somme de 10,35 €.

En effet, ce polo est fabriqué avec du coton équitable labelisé Max Havelaar. Le commerce équitable – aussi appelé Fair Trade – vise à offrir des meilleures conditions économiques et sociales aux producteurs du Sud tout en respectant l’environnement. Les paysans reçoivent en effet le prix minimum garanti qui couvre leurs coûts de production et leur permet de vivre correctement. Cette action concerne le coton produit dans les pays suivants : Sénégal, Mali, Cameroun et Burkina Faso. Pour l'instant ce projet est suivi par 9 marques : Kindy, Celio, La Redoute, Amor Lux, Cora, Hacot et Colombier, Eider, Hydra et TDV Industries.

Max Havelaar est le héros fictif d'un roman publié en 1860 à Amsterdam qui raconte l'histoire d'un fonctionnaire néerlandais qui se révolte contre l'oppression que subit le peuple javanais alors colonie des Pays-Bas. C'est le nom de ce personnage qui a été choisi pour symboliser l'action en faveur du commerce équitable.

Si nous, les occidentaux, on achète de préférence ces produits-là, alors ça permettra aux peuples du sud de s'en sortir. Pensons-y. Et il faut faire vite, parce que les OGM passent à l'attaque !

Pour en savoir plus :
1. Le coton équitable (Max Havelaar)
2. Les produits coton équitable à La Redoute
3. Max Havelaar labellise le coton équitable (novethic)

Crédit photo : La Redoute

8 Comments:

Blogger Patrick said...

Oui... Néanmoins, j'aimerai comprendre la question du modèle "équitable" dans son ensemble : par rapport au schéma "standard", qui perd, qui gagne, où sont les emplois gagnés, où sont les emplois perdus, où va la richesse, etc. Car on pourrait penser que le plus gros bénéficiaire de la combine, c'est la marque Max Havelaar, ce qui ne me choquerait pas plus que ça - mais au détriment de qui sont-ils bénéficiaires ? Ces populations du tiers monde ne sont-elles pas juste un prétexte à de gros profits ?

dimanche, 09 avril, 2006  
Blogger Luc said...

Les paysans du Burkina Faso sont bénéficiaires au détriment du consommateur européen qui accepte de payer son tee-shirt en coton un tout petit peu plus cher.

Voilà.

C'est tout simple.

dimanche, 09 avril, 2006  
Blogger Patrick said...

Justement, ça ne me paraît pas si simple. Dans le cas du café, par exemple, il me semble que le processus court-circuite les autres sociétés de l'alimentaire, par exemple Nestlé. Donc Nestlé perd en marché ce que Max Havelaar gagne. Le profit sur le café est donc simplement transféré de Nestlé à Max Havelaard, entraînant à terme des fermetures d'usines chez Nestlé et générant des chômeurs (par exemple à l'usine Nescafé de Dieppe) - je rapelle au passage que Nestlé en France, c'est 18 500 emplois...

Bien sûr, tant que la chose reste "confidentielle", ça n'aura pas d'impact important. Mais le modèle est-il généralisable ?

Et je ne peux réprimer un doute lorsque je vois des reportages sur des villages soutenus par le commerce équitable : n'est-ce pas un prétexte, un gadget marketing pour faire encore plus de profits ? L'impact positif sur les producteurs est-il vraiment là ? N'entretien-t-on pas quelques vitrines du concept qui dissimulent une réalité moins avouable ?

Bon, d'accord, il y a des gens honnêtes dans ce monde - enfin, il y en a quelques uns, non ? Alors, après tout, le commerce équitable est peut-être ce qu'il prétend être...

dimanche, 09 avril, 2006  
Blogger Betty said...

@ Patrick : le commerce équitable n'est pas responsable de la fermeture d'usine. Il garantit simplement que le produit est acheté à un prix "normal" qui permet au PRODUCTEUR de vivre. en France on ne produit pas de café on le transforme, et le conditionne. Personne n'interdit à Nestlé d'acheter du café équitable et de le revendre. Et je ne pense pas que dans le commerce équitable il soit question de marge pour le fournisseur, chacun est libre de fixer sa marge et de s'en "mettre plein les poches" si bon lui semble, c'est juste une question de marché.
De mon point de vue, je ne vois aucun risque de fermeture pour les usines de transformation.
Et j'imagine même que l'on pourrait étendre l'idée du commerce équitable aux producteurs locaux, je pense aux éleveurs de porc, par exemple, qui vendent sous le prix de revient.

lundi, 10 avril, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Betty a raison : si ça se généralise et que Nestlé se sent menacé, tout ce qu'ils ont à faire, c'est de payer au producteur de café le prix qui lui permet de survivre, et cela permettra à Nestlé d'arborer fièrement le label Max Havelaar.

Comme tu le vois, c'est tout simple ...

lundi, 10 avril, 2006  
Blogger Patrick said...

Pour Nestlé, c'est fait, ils ont senti le vent. Ils viennent de lancer leur marque "Partner's Blend". Pas Max Havelaar, évidemment !

Tout simple, en effet. Mais encore une fois, j'ai des doutes...

lundi, 10 avril, 2006  
Blogger Patrick said...

Pour un éclairage sur le commerce équitable, on pourra parcourir cette présentation Economics of fair trade dont une des conclusions est : "Fair-trade is an inefficient means of transferring income to poor
people". Ce papier (anglais) indique que la Politique Agricole Commune est la première des choses à réformer pour rétablir une équité mondiale en matière agricole. Evidemment, ce ne serait pas du goût des agriculteurs français qui sont largement subventionnés...

lundi, 10 avril, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Je suis bien d'accord sur le fait que l'agriculture subventionnée de spays riche asphyksie les pays pauvres. Mais il y a une action encore plus perverse, c'est l'aide humanitaire : comment un paysan africain peut-il rivaliser sur le marché face à des sacs de riz gratuits "made in USA" ???

mardi, 11 avril, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home