Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 18 avril 2006

Le grand tremblement de terre de San Francisco


Crédit photo : Bancroft Library

Le 18 avril 1906 à 5 heures du matin, il y a 100 ans aujourd'hui, la ville de San Francisco était détruite par un tremblement de terre de 7.9 sur l'échelle de Richter.


Crédit photo : AP

Les incendies qui ont suivi le tremblement de terre ont presque complètement détruit la ville.

San Francisco est située le long de la faille de San Andreas. La Californie remonte le long de cette faille, et celle-ci de déplace par à-coups.

Le dernier gros à-coup a eu lieu le 17 octobre 1989 : c'est le Loma Prieta earthquake, de force 7.1 sur l'échelle de Richter. Je me souviens, c'était un mardi, j'étais à Tokyo dans un taxi. Je me rendais à la gare centrale de Tokyo pour prendre un train pour Osaka, et le chauffeur de taxi a soudain parlé de San Francisco, parce que la nouvelle venait d'être donnée à la radio du taxi. J'étais à San Francisco le samedi précédent, quatre jours avant, donc. Le soir, à l'hôtel à Osaka, j'ai regardé les images sur CNN. Je n'ai pas pu appeler mes amis de San Francisco avant quelques jours. Mais, à part de fort dégats matériels, rien à déplorer.

La seule fois où j'ai été pour de vrai dans un tremblement de terre, c'était à Los Angeles. J'étais à l'hôtel, je venais juste de m'endormir, et je rêvais que j'étais en avion, et qu'il y avait des trous d'air. Puis je me suis réveillé dans le noir. Je faisais des bonds sur mon lit. Il y avait bien des trous d'air, mais je n'étais pas en avion ! J'ai eu la peur de ma vie. Ca a duré 25 secondes. Je peux vous dire, 25 secondes dans le noir dans une chambre d'hôtel qui fait des bonds, c'est super long !

Depuis, 1989, il n'y a pas eu de tremblements de terre significatifs à San Francisco. Si un tremblement de terre de 7.9 frappait la ville à nouveau, les effets pourrait être dévastateurs.

Pour en savoir plus :
1. 1906 San Francisco earthquake (Wikipedia)
2. 1906 earthquake centennial alliance
3. Loma Prieta earthquake (Wikipedia)
4. Study: Bay Area Quake Would Be Staggering

7 Comments:

Blogger Patrick said...

Tremblements de terre : en France aussi. La cuvette de Grenoble a un effet amplificateur sur les ondes sysmiques (genre entonnoir). J'en ai ressenti un petit (genre le lustre qui se met à se balancer tout seul), et un plus curieux, car j'ai vu (ou j'ai cru voir) par la fenêtre de mon bureau le terrain avoisinnant onduler alors qu'il était normalement plat. Je me suis souvent demandé si j'avais vraiment vu ça ou si c'était une impression. Mais ça m'a fait tout drôle...

mardi, 18 avril, 2006  
Blogger Jack said...

Je confirme, dans un tremblement de terre en pleine nature on peut voir passer l'onde comme une vague sur la mer. Le phénomène est plus visible si le terrain est planté d'arbres.

mardi, 18 avril, 2006  
Blogger Vicnent 31415 said...

y'aurait-il un endroit où tu n'aies pas encore mis les pieds ?

mercredi, 19 avril, 2006  
Blogger Luc said...

Oui : Tahiti. Mais c'est pour bientôt !!! (vous aurez les photos ...)

mercredi, 19 avril, 2006  
Blogger Luc said...

En fait, dans des vies précédentes, j'ai effectivement beaucoup voyagé ! C'est ce qui fait que j'apprécie particulièrement ma vie provençale sédentaire actuelle !

;-)

mercredi, 19 avril, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Pour ceux que les éléments en furie intéressent, je vous conseille de lire le dossier de Avril/juin 2006 de "Pour la Science (pas le mensuel, le dossier publié à part.
Super interessant et tout y passe:
Astéoides, volcans, seîsmes, tsunamis, tornades et cyclones, crues rapides, incendies, foudres,avalanches,...
un plaisir de 120 pages pour voir et comprendre cette terre nous exprimer son courroux

mercredi, 19 avril, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

ah j'oubliais :
les volcans cracheurs de boues et les vagues ( vraiment scélérates ,

et un bel article sur la vulnérabilité, comme conséquence de trois facteurs: l'héritage historico culturel ( accès à la terre, conflits armés, religion,..) la démographie (pressions sur les ressources, inégalités des sexes, ...) et l'économie politique ( elitisme, pauvreté, corruption, protection sociale, dette,..)
avec une conclusion forte : "dans les sociétés contemporaines, les risques semblent principalement dépendre des vulnérabilités. Les phénomènes naturels ne font que révéler , de manière souvent assez brutales, l'ensemble des vulnérabilités d'une collectivité, voire d'une collectivité"

En substance, le risque est souvent une conséquence de nos modes de développement.Il nait d'un aléa, mais ce n'est pas l'aléa qui dimensionne l'impact/la lourdeur des conséquences. c'est l'homme ("les composantes anthropiques")
----------------
Sans jeu de mot, et pour revenir à l'hypothèse Gaia, c'est vrai que les hommes sont plutot générateurs d'entropie sur cette belle planète :)
-------------
A lire également un article de mardi dans les "Echos" dans laquel un prof d'économie ( le successeur de la chaire de Strauss Kahn et de Denis Kessler) racontait l'évolution de l'économie de l'assurance en liaison avec l'histoire des catastrophes naturelles ( et me semble t il de celle de San Francisco )
Il rappelait également un fait en soi évident mais bien cruel : S'assurer contre les effets d'un séisme ou d'un cyclone pour nombre d'habitants d'Asie du Sud Est leur couterait plus que leur revenu annuel. Ce qui nous ramène au point du paragraphe précédent.

mercredi, 19 avril, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home