Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 17 avril 2006

L'évangile de Judas



National Geographic vient de publier l'évangile de Judas qu'on pensait avoir été perdu à jamais. Il a été retrouvé sur un codex en papyrus vieux de 1700 ans. Ce codex a dû etre écrit dans un monastère Gnostique en Egypte. Cette copie unique a survécu parce qu'elle a été cachée dans une tombe de la moyenne Egypte, peut-etre pendant la campagne menée par Saint Anasthase au quatrième siècle pour détruire tous les textes "hérétiques".

Le texte en anglais de l'Evangile de Judas est disponible sous la forme d'un fichier pdf.

En le lisant, on s'aperçoit que Judas a dénoncé Jésus "sur ordre" pour que le destin de Jésus puisse s'accomplir. Le baiser de Judas était donc en fait un vrai baiser d'amour, et non pas un baiser de trahison. Cela donne évidemment une toute autre perpective à la Passion du Christ.

En plus, dans ce texte, Jésus a révélé à Judas des choses qu'il n'avait révélé à personne d'autre.

Par exemple, sur la création du monde. Au départ de anges sont apparus pour régner sur le Chaos. Le premier s'appelait Nébro (ce qui veut dire "rebelle"), et d'autres l'appelaient Yaldabaoth. Le deuxième s'appelait Saklas. Nébro et Saklas créèrent chacun six anges pour etre leurs assistants, et chacun recurent une partie des cieux.

Et les cinq anges qui règnèrent sur le chaos, puis sur les enfers sont les suivants :
- Le premier est Seth, qu'on appelle Christ.
- Le deuxième est Harmathoth.
- Le troisème est Galila.
- Le quatrième est Yobel.
- Le cinquième est Adonaios.

Et Saklas a créé Adam et Eve, qui est appelée dans les cieux Zoé.

Je ne savais pas que le deuxième nom d'Eve, c'était Zoé. Vous le saviez, vous ?

Pour en savoir plus :
1. The Lost Gospel of Judas (National Geographic)
2. Gospel of Judas (le texte complet en angais - format pdf)

Crédit peinture : Fra Angelico (1422)

Libellés :

3 Comments:

Blogger Patrick said...

Il m'était apparu depuis longtemps que Judas était un personnage - clé du Christianisme, sans qui rien n'existerait. Sans Judas, pas de Christ, pas de résurection, pas de Chrétienté, et sans doute pas de "civilisation occidentale" !

Les manuscrits de la Mer Morte nous enseignent qu'il y a eu avant Jésus des prédicateurs de la même veine et sans doute aussi actifs que Jésus (comme le "Maître de Justice"). Mais eux n'ont pas eu leur Judas, et ils sont donc tombés dans l'oubli.

En un sens, le personnage de Judas est "presque" plus important que celui de Jésus !

Et puis, quel scénario sublime : la trahison par un baiser ! Il a fallu un scénariste de génie pour inventer ça - à moins que ce ne se soit réellement passé comme ça !

mardi, 18 avril, 2006  
Blogger Luc said...

Le texte en français se trouve ici : Evangile de Judas.

vendredi, 12 mai, 2006  
Blogger Jack said...

Voici qui me fait rebondir sur les propos d’un défenseur de la foi sur l’antenne d’une radio cette semaine à propos du « Da Vinci Code ».
Une enquête récente montrerait que 30% des personnes interrogées déclarent croire que cette histoire révèle la véritable histoire de Jésus !
Et l’homme de s’insurger sur la réalité historique de Jésus : et ce qui m’a le plus amusé, de l’existence de preuves « scientifiques » de sont histoire.
Cela prouve surtout que la grande masse de la population n’a plus aucune culture religieuse...
Le roman n’est bien sûr qu’un roman et ne prétend aucunement révéler de vérité sur Jésus. Ce qui trouble les esprits est le mélange de fable et de vérité.
On lit par exemple dans le roman que les évangiles furent rédigés bien longtemps après la mort (et sa résurrection) du Christ et que la sélection des 4 évangiles officiels fut décidée par l’Eglise encore bien plus tard : faits parfaitement exacts.
Ce qui nous autorise à penser que les évangiles sont elles aussi un mélange de vrais témoignages et de roman.
Je trouve toujours fort drôle que les défenseurs de la foi parlent de preuves scientifiques, deux domaines qui, s’ils ne s’opposent pas toujours, n’ont que peu de choses en commun.
Ce que je trouve intéressant dans le roman est le soulignement du caractère archaïque de la position de la femme dans la hiérarchie religieuse catholique.
Position subalterne que nous reprochons très souvent à une autre religion monothéiste plus récente...
Alors qu’en fait, le célibat des prêtres et l’interdiction de prêtrise faite aux femmes sont 2 singularités archaïques rarement pratiquées simultanément dans les autres religions.

vendredi, 12 mai, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home