Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 24 mai 2006

L'architecture des fourmis



Dans le sol, il y a un trou, et il y a des fourmis qui rentrent et sortent de ce trou. Vous avez tous, à un moment ou à un autre, contemplé un orifice de fourmilière en vous demandant comment c'était organisé là dessous ...

Eh bien, pour le savoir, Walter R. Tschinkel de l'Université de Floride à Tallahassee n'y est pas allé par quatre chemins. Il a tout simplement versé dans l'entrée de la fourmilière du platre orthodontal très liquide, il a attendu que ça prenne, et hop ! Avec soin, il est arrivé à déterrer un moule de la fourmilière complète.

Celle que vous voyez sur la photo ci-dessus est constituée de 135 chambres et de 12 mètres de galeries verticales. (cliquez sur l'image pour la voir en grand format)

Il y a d'autres photos toutes aussi extraordinaires sur le site de BioOne.

Pour en savoir plus :
1. The nest architecture of the Florida harvester ant, Pogonomyrmex badius (BioOne)
2. Orthodontal molds of the inside of ant-holes (BoingBoing)

Crédit photo : Charles Badland

3 Comments:

Blogger Patrick said...

J'espère que le savant a d'abord prié les fourmis de quitter leur "chez-moi" avant de verser le plâtre... Et qu'il les a relogé ailleurs. Sinon, c'est un véritable génocide !

Trève de plaisanterie, ça illustre un peu la forme d'intelligence qu'on reconnaît volontiers aux fourmis : "l'intelligence sociale"...

mercredi, 24 mai, 2006  
Blogger JM said...

Patrick a été le plus rapide, je m'inquiétais également du sort des fourmis.

mercredi, 24 mai, 2006  
Blogger Jack said...

Votre bienveillance envers les fourmis montre que vous ne vivez pas, comme chez nous, une vraie guerre territoriale chaque été.
Une vrai guerre de tranchée, avec armes chimiques et toute la panoplie.
Ce Walter a fait un sacré travail.

Vous avez déjà gouté la tartine beurrée soupoudrée de fourmis.
Hum... c'est fameux!

jeudi, 25 mai, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home