Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 3 juin 2006

Corridas : arrêtons le massacre !



La photo que vous voyez ci dessus a été prise dans les arènes de Chateaurenard (Bouches du Rhône) le 2 août 2004.

En ce moment a lieu la feria de Nîmes et ses corridas. Le supplice des taureaux sous les "Olé" de la foule est parfaitement insupportable. Comment une telle barbarie peut-elle être encore tolérée de nos jours ?

Le 2 juillet 1850, le comte de Grammont a fait voter une loi interdisant tous les actes de cruauté envers les animaux. Mais la loi n°51-461 a complété la loi Grammont en ces termes : «La présente loi n'est pas applicable aux courses de Taureaux lorsqu'une tradition ininterrompue peut être invoquée». Cette loi légalise donc les corridas. Et le carnage continue tous les étés dans le sud de la France ... Et ce au nom de la "Tradition". Il faut savoir que cette "Tradition" ne remonte pas à la nuit des temps. Les corridas sont arrivées en France sous Napoléon III, et son mariage avec l’impératrice Eugénie de Montijo, aristocrate espagnole et aficionada convaincue va être la conséquence d’une autorisation temporaire de dix ans. La première corrida a eu lieu en août 1853 à Pont Saint-Esprit.

La France partage la honte de de la torture tauromachique avec l'Espagne et le Portugal.

Muriel Marland-Militello, députée UMP des Alpes-Maritimes, a déposé le 8 juin 2004, la proposition de loi n° 1652 pour demander l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 521-1 du code pénal qui dispose que : « les articles du code pénal qui punissent d’amende ou de prison les auteurs de sévices graves et d’actes de cruauté envers un animal domestique ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». C'est tout à son honneur.

En Espagne, un mouvement anti-corrida a commencé à se développer. Tossa Del Mar s'est déclarée "Ciudad Antitaurina" en 1989, suivie par deux autres villes en 1991 et un autre ville en 1997. En 2004, ce sont 10 villes espagnoles qui se sont déclarées anti-corrida, dont Barcelone, la plus emblématique. Une proposition de loi est déposée au Parlement de Catalogne pour abolir la corrida. La Catalogne, région très dynamique, nous montre encore une fois le bon exemple ...

En France, des organisation de battent aussi pour abolir la corrida. Le crac - comité radicalement anti corrida a obtenu le soutien de Renaud, Yann Arthus-Bertrand, Albert Jacquard, Nicolas Hulot, Michel Rocard, Mylène Demongeot, Hubert Reeves, Robert Hossein, Raymond Barre, etc ...

Eh bien, je les soutiens aussi. Arrêtons le massacre !

Pour en savoir plus :
1. crac - comité radicalement anti corrida
2. Alliance pour la suppression des corridas
3. Pétition anti-corrida (agir ici et maintenant)
4. Collectif anti-corrida Fréjus
5. La corrida : quelles origines ? (Les dossiers du Net)
6. Corridas en France (International Movement Against Bullfights)
7. Bullfighting (Wikipedia)
8. Photos de corridas en France en 2004 (Jérôme Lescure)

Crédit photo : Jérôme Lescure

6 Comments:

Blogger Patrick said...

Que dit Ségolène à ce sujet ;-)

samedi, 03 juin, 2006  
Blogger Erwan said...

Qu'on soit d'accord ou pas, il y au moins un argument que je ne retiens pas dans ton message :
Que de nombreuses personnalités se sont prononcés (pour ou contre).

N'oublions pas que nous sommes des singes, que les personnalités aussi sont donc des singes, et que c'est pas parcequ'un singe dit quelquechose que les autres singes doivent le suivre.

Garde ton esprit critique, s'il te plait, tu nous as habitué à des articles autrement mieux argumentés que par la caution de Renaud.

Erwan

samedi, 03 juin, 2006  
Blogger Luc said...

@ Erwan : Tu te doutes bien que, si j'ai écrit ce billet, ce n'est pas à l'instigation de Renaud ! ;-)

Si j'ai écrit ce billet, c'est par indignation toute personnelle.

Maintenant, comment faire bouger les choses ? Eh bien, nous sommes dans un monde de grands singes nus téléphages. Dans ce monde, les "people" sont des influenceurs, que ça nous plaise ou non.

Donc, ce n'est pas un argument en soi, on est bien d'accord. Mais, si on veut faire avancer le schmilblick, c'est une bonne chose que Yann Arthus-Bertrand se prononce contre la corrida. De même que c'est une bonne chose que Lambert Wilson, Leonardo DiCaprio et Al Gore se soient engagés pour la protection de notre planète.

C'est mon avis, et je le partage.

samedi, 03 juin, 2006  
Blogger Jack said...

Bien, moi je regrette que canal + ne diffuse plus de corrida : cette diffusion m’avais permis de juger sur pièce le niveau de barbarie d’une corrida, mieux encore qu’en m’essayant sur les gradins. Les gros plans donnaient à voir, ce qui se passe vraiment.
Le taureau est blessé à mort par les picadors et il faut, en fait se dépêcher de le tuer, avant qu’il ne tombe vidé de son sang.
Les blessures qu’ils lui sont infligées laissent jaillir des flots de sang bien visibles.
J’ai regardé plusieurs corridas pour m’en convaincre, il s’agit bien d’un massacre et le torero, se trouve rapidement devant un animal complètement désemparé, l’ombre du fauve qu’il est censé être.

La corrida n’est qu’une farce sanguinaire.

L’assemblée qui abrogera l'alinéa 3 de l'article 521-1, sera-t-elle un jour élue ?

mercredi, 07 juin, 2006  
Blogger Patrick said...

Les ricains nous suggèrent aussi de reconsidérer le gavage des oies...

dimanche, 11 juin, 2006  
Blogger Jack said...

C'est vai que nous sommes aussi un peuple cruel, mais c'est pour la bonne cause : la gastronomie.
Et puis, les scéances de gavage ne sont pas données en spectacle.

dimanche, 11 juin, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home