Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 15 octobre 2006

Les russes se lancent dans les centrales nucléaires flottantes

floating NPP

A Severodvinsk, près d'Arkhangelsk, se trouve le plus grand chantier naval du monde. Le chantier naval Sevmash, en liaison avec le constructeur nucléaire Rosenergoatom a décidé de se lancer dans la fabrication de centrales nucléaires flottantes ! Le contrat a été signé en juin 2006, pour un montant de 336 millions de dollars pour une première centrale flottante qui devrait rentrer en service en 2010.

L'idée, c'est que cette centrale flottante va pouvoir fournir de l'électricité pour 200000 personnes. Et donc, il vont pouvoir en envoyer dans des ports de la Mer Blanche, au nord de la Sibérie, où les conditions climatiques rendent les livraisons de fuel et de charbon très chères et très aléatoires.

Maintenant, la question qu'on peut se poser, c'est : Est-ce qu'on a envie de voir des centrales nucléaires se promener sur les océans un peu partout comme ça ...

Pour en savoir plus :
1. Floating atomic plant for Russia (BBC news)
2. A Floating Chernobyl? (Popular Science)
3. Russia to Build World’s First Floating Nuclear Power Station for $200,000 (mosnews.com)
4. Russia to Create World's First Floating Nuclear Power Plant (Pravda)
5. Floating nuclear power plant to emerge in Russia (Bellona)

Crédit image : www.narod.ru

10 Comments:

Blogger Patrick said...

Le pro-nucléaire acharné que je suis ne trouve pourtant pas que c'est une très bonne idée, ça... Soumettre une centrale nucléaire aux aléas climatiques me semble aller complètement à l'encontre d'une maîtrise complète de l'engin. Passe encore pour une centrale thermique (charbon ou fioul), si elle coule c'est pas trop grave, mais pas une centrale nucléaire ! Décidément, il y a vraiment des gens capables d'imaginer n'importe quoi... Si ça continue, je vais finir par virer ma cutie et devenir un anti-nucléaire acharné...

Non, c'est un gag, c'est sûr ! Ou une énorme arnaque pour soutirer de l'argent à des investisseurs crédules...

dimanche, 15 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Du calme les amis, une centrale nucléaire flottante, il y a déjà longtemps que çà existe, çà s'appelle soit un porte avions (Le Charles De Gaule), soit un sous marin nucléaire, soit un brise glace à propulsion nucléaire. (Comme ont a pu en voir sur Thalassa).
Et en plus çà navigue avec tous les risques que çà comporte, alors que, si j’ai bien compris ces centrale ne naviguerons pas beaucoup...
C’est un joli recyclage d’une industrie militaire.
Le problème est que les soviétiques ne passent pas pour des experts en sécurité nucléaire...
Et que les crevettes au plutonium, çà n'est pas très...sain.

dimanche, 15 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack a un peu raison, mais les chaudières des navires à propulsion "atomique" ne dépassent guère 100 MW - c'est le cas du Charles De Gaulle (et 80 % de cette puissance est consacrée à la propulsion à vapeur sans conversion en électricité), alors qu'une centrale atteint couramment 1 300 MW par tranche et produit 100 % d'électricité. Ca fait une "petite" différence quand même...

Non, franchement, j'espère que cette idée ne sera jamais concrétisée. Elle relève d'ailleurs d'une "banalisation" du nucléaire que je redoute. Plus on banalise, plus le risque de type Tchernobyl grandit...

dimanche, 15 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Jack a complètement raison. Je ne l'ai pas précisé dans larticle, mais je cite un des articles cités en lien : "Sergey Obozov, acting director for Rosenergoatom, says that reactors at sea have a proven safety record: The facility would be powered by two 60-megawatt KLT-40S reactors adapted from those already in use on three Russian nuclear-powered icebreakers."

Deux réacteurs de 60 MW : on est loin des 1300 MW par tranche que tu évoques.

lundi, 16 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Ah, oui, pour 60 MW, ça pourrait marcher. Mais alors l'image est très trompeuse, car une chaudière de 60 MW, c'est tout petit (ça tiens dans un sous-marin). Pas besoin de la grosse structure de l'illustration ! Mais avec 60 MW, on ne va pas très loin... Autant mettre quelques dizaines d'éoliennes et le tour est joué...

Au fait, je remarque un marteau et une faucille sur l'usine de l'image. Un peu démodé, non ?

lundi, 16 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

On parle de l'energie necessaire à 200 000 habitants 120 Mega c'est assez je crois, 0,6 KW par habitant, on est pas en Amérique, hein, on est bien d'accord...
Mais effectivement cette image est trompeuse.

lundi, 16 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Ah, oui, un des articles en référence dis que la puissance envisagée serait 150 fois moindre que celle d'une centrale "normale"...

Mais ce même article titre "Russia to Build World’s First Floating Nuclear Power Station for $200,000".

Alors, voyons voir, 200 000 dollars, ou 180 000 Euros, c'est le prix d'un petit studio de 30 m² à Paris... Ou d'une maisonnette en province. Décidément, les journalistes n'ont aucun sens commun, et n'hésitent pas à imprimer n'importe quoi...

Enfin, quand même, 600 W par habitant en pleine Sibérie, ça fait peu pour se chauffer en hiver... Le moindre radiateur tire 1 kW... Ils ont intérêt à conserver leurs vêtements chauds !

mardi, 17 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Les journalistes écrivent effectivement n'importe quoi, c'est pourquoi je vérifie toujours différentes sources contradictoires avant de reprendre une information.

Si tu lis bien mon article, tu verras que je parle d'un contrat de 336 millions de dollars (et non pas de 336 000 dollars). Et si tu lis l'article très documenté de Popular Science joint en lien dans mon article, tu verras qu'il parle d'un coût de 200 millions de dollars l'unité.

Le journaliste russe s'est simplement trompé de trois zéros (une paille !). Et en plus, son article est apparu à la rubrique "money" de Mosnews.com ... Il devait avoir bu un bon coup de vodka pour se réchauffer avant d'écrire l'article ... :-)

mardi, 17 octobre, 2006  
Blogger Lointaine said...

Avez vous vu cette emission il y a quelques semaines sur Arté je crois ? L'avion américain à propulsion nucléaire ? Je me suis demandé si ce n'étais pas un canular. Mais apparement il a vraiment existé et fait quelques vols d'essai dans les années 50 ou 60. Les russes en avaient un aussi. Un réacteur d'environ 2 m cubes et des tonnes de plomb pour protéger les pilotes. Du délire.

Le problème me semble-t-il est que l'idée n'est pas encore complètement tombée à l'eau, mais comme il est tard, je n'ai pas le courage de vérifier la pertinence des sites que je viens d'entre-apercevoir.

mardi, 17 octobre, 2006  
Blogger Lointaine said...

mais on fait on peut être rassuré puisqu'on nous explique ici que ce n'est pas dangereux du tout.

http://www.newscientist.com/article.ns?id=dn3406

Ca a l'air sérieux 'the new scientist' non ?

Je m'inquiétais pour rien pfff.

mardi, 17 octobre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home