Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 29 octobre 2006

Plastique, écologie, business et sincérité.

Je vous avais déjà parlé de ce délicieux journal au quel je suis abonné, Julien Perrot son créateur (à l’âge de 13 ans) et rédacteur en chef est, je crois, un authentique écolo doublé d’un homme sincère, je vous laisse lire l’éditorial du dernier n° qui fait une large part à l’emballage du journal.

«ÉDITORIAL par Julien Perrot, rédacteur en chef

Adieu plastique!

La montagne, c’est bien trop grand pour tenir dans un dossier de 24 pages ! Après des mois de préparation, nous avons pris la liberté de consacrer une «Salamandre» entière aux animaux et aux plantes qui vivent à haute altitude. En prolongement de celte lecture, bouquetins, lièvres et chocards vous donnent rendez-vous au Festival Salamandre organisé tout prochainement à Morges sur le thème de la montagne*.

La parution de ce numéro spécial est aussi l’occasion de vous annoncer une réjouissante nouvelle. «La Salamandre» que vous tenez entre vos mains est à notre connaissance la première revue de Suisse comme de France qui abandonne son emballage en plastique pour un film 100% végétal. Amidon et papier recyclé: exception faite d’une poussière d’encre,
nous sommes enfin entièrement biodégradables !

Voici donc l’aboutissement d’un long processus auquel s’est étroitement associé notre imprimeur, les IRL à Renens. Cette innovation techniquement délicate à mettre en place entraîne par ailleurs un surcoût que nous avons choisi d’assumer. Tout simplement parce que nous voulons croire en la fin du plastique, ce pétrole transformé qui se dégrade si mal et salit la nature aux quatre coins de la planète.

Bien que prometteuse la solution trouvée n’est pas encore idéale, car l’emballage compostable que vous venez d’ouvrir est fait d’amidon de maïs, produit d’une culture intensive très peu respectueuse de l’environnement. Ce maïs, européen et garanti sans OGM, nous l’avons tout de même adopté avec l’espoir que notre exemple stimulera le débat sur les emballages. L’emploi de matériaux biodégradables doit continuer à se développer pour que l’on puisse
bientôt - pourquoi pas ? - fabriquer des films résistants à base de patates ou de chanvre bio.

Et maintenant, bouclez votre sac à dos et suivez-moi !
* Programme complet du Festival Salamandre’06 encarté dans ce numéro.
Si vous souhaitez vous associer d’encore plus près à cette fête, vous pouvez nous épauler comme bénévole le samedi 21 ou le dimanche 22 octobre. Toute aide sera la bienvenue ! Renseignements au 032 7100825 ou sur La salamandre »


La superette que nous fréquentons met à disposition aux caisses ces sacs là.



Comme on peut le lire il s’agit de polyéthylène, dérivé du pétrole, donc spécialement traité pour permettre sa dégradation, sans doute pas si bio que le nom veut bien le dire.

Je garde le meilleur pour la fin, lors d’une de mes récentes ballades aux confins des bouches du Rhône, là où le fleuve mythique de Giono se jette dans le plus grand fleuve de France : j’ai vu ça :



L’agriculture n’est pas des plus bios, elle utilise massivement le plastique sans égard pour la nature, ce qui donne cette monstrueuse pollution. Les légumes que nous mangeons ont-il réellement besoin de toute cette cochonnerie ? A quoi servent les efforts de certains tant que subsistent de tels abus.

Il faut que cela change vraiment, il ne faut pas que le bio soit un truc de plus pour vendre, pas plus que l’écologie ne doit être juste un truc pour se faire élire. Chacun de nous doit changer sa manière d’être, sincèrement, et devenir authentiquement respectueux de la planète et amoureux de la nature comme Julien Perrot.

Il y a du boulot pour chacun de nous !

9 Comments:

Blogger Paul said...

Absolument d'accord sur le fond. Une remarque au passage : si l'écologie était réllement un truc pour se faire élire, les candidats en parleraient peut-être un peu plus.

En ce qui concerne les sachets plastique : fabriquer des sachets "biodégradables" est en effet un progrès très discutable ! Il serait temps d'arrêter pour de bon de distribuer des sachets plastiques à tout va plutôt que de se donner bonne conscience en les labellisant (très abusivement) "bio".
Le pire est atteint par certains supermarchés qui estampillent leurs sachets "recyclables" en expliquant qu'ils ont "3 vies" :
1- Pour rapporter vos courses (là, OK)
2- chez vous, ils peuvent servir de sac poubelle (super, personne n'y aurait pensé !)
3- à la décharge, en les incinérant, on produit de l'énergie (génial ! la solution à la crise énergéntique, c'est d'incinérer encore plus de plastique !)

lundi, 30 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

Le coup du sac plastique au supermarché, j'avais déjà abordé le sujet en février 2005. Et, depuis, j'ai vu une très nette évolution au niveau des supermarchés que je fréquente. Il y en a de plus en plus où ils ne fournissent plus aucun sac plastique. Et ça fait plaisir de voir des jeunes femmes arriver avec des cabas avec des slogans écologiques dessus, et des grand-mères ressortir leurs cabas en tissus et leurs paniers.

Je refuse aussi les emballages inutiles de toute nature.

Ce qui est sympa, c'est de mesurer le chemin parcouru en même pas un an et demi. Ca rend optimiste !

lundi, 30 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Luc, tu as raison. Mais ça ne règle pas l'énorme débauche d'emballages et de sur-emballages que nous impose l'industrie alimentaire. Certains biscuits sont proposés dans des écrins dignes de joyaux - tout ça partant directement à la poubelle, après avoir "justifié" un prix très élevé...

J'ai une dent contre l'industrie alimentaire qui nous pollue (emballages), et nous empoisonne (principale responsable de la malbouffe qui crée le fléau grandissant du surpoids et de l'obésité).

Après nous avoir empoisonné avec le tabac, les grandes firmes telles que Philip Morris se sont recyclées dans l'alimentaire - sous le nom d'ALTRIA (Kraft Foods) pour Philip Morris), et utilisent les mêmes recettes pour adicter leurs clients à leurs produits. C'est un sujet sur lequel je reviendrai.

lundi, 30 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Les candidats parlent tous d'écologie, surtout depuis qu'il y a des candidats écologistes : une fois élus ils s'empressent de s'occuper d'autre chose, à commencer par faire plaisir aux chasseurs...

Personne n'a commenté la photo du tas de plastiques, sans doute parce que beaucoup ignorent que des hectares de salades et autres légumes sont cultivés sous blistère, pour diverses raisons que je devine :
Pas de mauvaises herbes.
Gain d’arrosage.
Chauffage naturel (le plastique est noir).

Et peut-être qu’au final ce pétrole là économise du pétrole, mais avec le mistral on retrouve ce plastique dans toutes les haies de Provence c’est très laid, et çà met des années à disparaître.
Luc tu dois en connaître un rayon sur ce sujet...

lundi, 30 octobre, 2006  
Blogger Betty said...

Oui la question de l'emballage m'a longtemps posé probléme. Comment consommer sans tomber dans le "gachis" de sacs plastiques et autres ? Et bien depuis qq années j'ai trouvé la parade : moins de grande surface... et mon porte-monnaie me dit merci ! D'abord je fait mes yaourts maison (ils sont meilleurs ça me prends 3mn par semaine et chez moi on ne peux plus manger un yaourt du commerce on les trouvent infammes) pour les légumes et les fruits (de saison), c'est le marché ou le commerce de proximité = sac en papier (mieux je garde mes sacs en papiers et m'en ressert à l'achat suivant !) idem pour la viande et le poisson - Ca semble archaïque et super compliqué ? et bien non je me suis simplifiée la vie et je fais des économies !! Autant je déteste faire les courses autant j'adore le marché. Il faut dire que j'y vais à pied, que c'est un petit marché de village super sympathique (la mer à deux pas..)- De plus, je travaille à coté d'un regroupement de producteurs qui vendent en directe LEUR PRODUCTION.
Bref je ne vais dans les grandes surface qu'une à 2 fois par mois et j'ai ainsi réduit ma production d'emballage de moitié !
Evidement tout ça est lié au lieu de vie. Quand j'habitait plus loin en campagne, dans un lieu plus isolé, il était plus simple pour moi de m'arrêter en grande surface (c'était sur la route)..je vivais dans une maison à la campagne mais il fallait rouler et pas de marché de proximité.. aujourd'hui je suis en HLM mais je vais au marché et à la plage à pied... Mais là on entre dans un autre sujet...

PS : faudrait faire l'éloge des marchés un jours j'ai un roman à vous faire sur le plaisir du marché le dimanche matin ... :-)

mardi, 31 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Betty, il faut que tu viennes plus souvent au bar, car tu es la voix de la sagesse. Se resservir des sacs en papier ? Tu es une sainte ! Des yaourts maison... une bonne idée, ça... Ma maman faisait ça, pourquoi ne pas essayer ? Il faut une yaourtière ?

mardi, 31 octobre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Patrick : bon la je suis rouge de confusion entre tes déclarations d'amour et tes louanges je ne sais plus quoi te dire... - alors pour relativiser je dirais que je ne suis pas un cas isolé bon nombre de mes amis(es)font leur yaourts maison et le coup du sac en papier réutilisable c'est sur ma meilleure amie que j'ai copié -
Sinon oui pour faire des yaourts il faut une yaourtiére ! (sauf si tu as un four ultra-moderne comme celui de ma maman..)
Faire des Yaourts c'est simple,rapide, économique et délicieux. Au choix tu utilises du lait cru, du lait entier ou du demi-écrémé, et tu parfumes ou pas (parfum bio de préférence pour le gout)Dès que tu as ta yaourtière je te donne la recette.
Et puis dès que tu "descends" par chez moi viens donc gouter les yaourts maison...

NB : En plus en ce moment je tente de maitriser le yaourt au chocolat... pas facile ! mais je vais trouver la solution !

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Betty et Patrick : c'est ça aussi qui est sympa dans un bar, c'est qu'on peut y faire des rencontres ...

;-)

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Luc : oui c'est sympa... bon mais pas de méprise hein ? Patrick tu viens manger des yaourts à la maison quand tu veux et avec qui tu veux (y'a aussi l'apéro rassure toi) Mais ce n'est pas une proposition malhonnête !!.. y'a mon cher et tendre qui surveille quand même
;-)

vendredi, 03 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home