Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 29 septembre 2007

Grenelle Environnement Phase 2 : vous avez la parole

Grenelle Environnement

Jean-Louis Borloo, N°2 du gouvernement et ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables a présenté hier les résultats de la phase 1 du Grenelle Environnement.

Cette première phase était consacrée au dialogue et à l’élaboration des propositions au sein de 6 groupes de travail, et deux ateliers intergroupes. Chaque groupe était constitués d'ONGs (Greenpeace, WWF, Fondation Nicolas Hulot, les Amis de la Terre, la LPO, etc ...), de représentants de l'état, de salariés, d'employeurs, de représentants de collectivités locales et de personnalités morales associées. Une consultation très démocratique dans l'esprit des Accords de Grenelle, négociés en pleine crise de mai 68.

ONGs.jpg


Voici la synthèse de la synthèse de chacun des groupes. Pour plus de détails, cliquez sur les liens.

1. Lutter contre les changements climatiques et maîtriser l’énergie.
Le groupe 1 rappelle la réalité incontestable du changement climatique et de ses impacts ainsi que l’épuisement à venir des ressources fossiles. Le GIEC (groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) estime ainsi entre 1 et 6°C l'élévation de la température moyenne terrestre associée à ce changement climatique d'ici la fin du siècle. L’objectif est de permettre aux générations futures de disposer des ressources dont elles auront besoin pour leur développement. Le groupe de travail estime que dans ce contexte, la France doit se placer dès maintenant sur la trajectoire d’une division par quatre de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, ce qui suppose d’imaginer un modèle de développement totalement différent de celui que nous connaissions jusqu’à présent.

2. Préserver la biodiversité et les ressources naturelles.
Si la crise de la biodiversité est moins connue que celle du climat, les dégâts n’en sont pas moins graves, ni davantage réversibles. Le groupe 2 a adopté un référentiel de 119 mesures en faveur de la biodiversité et des ressources naturelles.

3. Instaurer un environnement respectueux de la santé.
Les impacts sur la santé humaine des dégradations de l’environnement sont pour certains scientifiquement validés, pour d’autres suffisamment documentés pour mériter une action visant à en réduire les risques, pour les derniers enfin soupçonnés, voire encore inconnus, mais potentiellement suffisamment graves pour exiger une vigilance soutenue. Sur la base de ce constat le Groupe 3 propose des actions pour rechercher des convergences scientifiques, une meilleure gouvernance, et un appui aux décisions publiques.

4. Adopter des modes de production et de consommation durables : agriculture, pêche, agroalimentaire, distribution, forêts et usages durables des territoires.
De tous temps l’agriculture a été le fruit d’une interaction forte de l’homme avec son environnement. Depuis le premier humain qui, abandonnant la cueillette, a choisi des espèces alimentaires, des milliers d’années d’apprentissage, de climats et sols différents, de cultures et organisations sociales variées ont construit les agricultures d’aujourd’hui. Plus récemment génétique, agronomie, chimie, et mécanisation ont accéléré cette évolution de façon impressionnante, et provoqué des conséquences importantes sur l’environnement. Il est indispensable d’engager un mouvement de transformation en profondeur de l’ensemble de l’agriculture et de revisiter les bases de l’agriculture conventionnelle, pour concilier les impératifs d’efficacité économique, de robustesse au changement climatique et de réalisme écologique.

5. Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance.
Refonder la politique de l’environnement, placer les préoccupations de long terme et des générations futures au cœur du projet pour notre pays, inventer un nouveau mode de développement fondé sur les opportunités associées aux changements de modes de production et de consommation, nécessitent des politiques appropriées et cohérentes dans tous les domaines : énergie, transports, logement, agriculture, santé ... Ceci requiert des cadres nouveaux d’action et d’élaboration pour ces politiques.

6. Promouvoir des modes de développement écologiques favorables à la compétitivité et à l’emploi.
Construire un nouvel équilibre vertueux du point de vue économique, environnemental, et social entre les activités de production, de consommation, de recherche-développement, d’innovation et de services en France et en Europe.

7. Atelier intergroupe OGM.
Gros débat sur ce sujet. Le mieux est de lire la synthèse.

8. Atelier intergroupe Déchets.
Qu’il s’agisse des déchets produits par les ménages, les artisans, les commerçants, les entreprises, les agriculteurs ou les collectivités, et qu’ils soient dangereux ou non dangereux, la gestion de nos déchets présente des enjeux majeurs tant au regard d’une limitation à venir des ressources en matières premières et en énergie, que de l’impact environnemental et sanitaire de cette gestion qui doit être réduite.

La phase 1 est donc terminée, et on passe à présent à la phase 2. Vous avez la parole. Pour cela, vous avez jusqu'au 12 octobre pour participer au Forum du Grenelle Environnement

Si l'avenir de notre planète vous intéresse, exprimez-vous !

Pour en savoir plus :
1. Le Grenelle Environnement (site officiel)
2. Le Grenelle de l'environnement (Le Monde)
3. Grenelle phase 1, mise à feu réussie (Libération)
4. Les Français appelés à enrichir le "Grenelle de l'environnement" (L'Express)
5. M. Sarkozy, n'ayez pas peur !, par Nicolas Hulot (Le Monde)

Crédit photo : Reuters

Libellés :

2 Comments:

Blogger Véronique S said...

j'ai une petite suggestion à faire pour agir individuellement mais en étant concertés avec les voisins:faire une pétition à la poste ou au facteur pour que les pubs de tous ordres arrêtent de s'entasser dans nos boîtes aux lettres. Pitié pour les arbres!!!
et une aute suggestion pour les pharmaciens: qu'ils nous délivrent les médocs en petites bouteilles plastiques transparentes avec le nombre exact de cachets suivant notre ordonnance et une étiquette à notre nom avec la posologie inscrite et c'es tout. Comme ça, plus de boites pas finie plus depackaging insensé avec logo, pub etc. ça couterait moins chère et on aurait dans son armoire à pharmacie le stric traitement prévu. Donc, plus de médoc en trop et plus de packaging aussi coûteux qu'inutile. Au states, il font comme ça et c'es beaucoup plus intelligent comme économie.

vendredi, 05 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

J'approuve ce que dit Véronique au sujet des médicaments. Au Royaume Uni, ça a toujours été comme ça : le "Chemist" (pharmacien) vous délivre juste la quantité prescrite, pas plus. Il puise les pilules dans un grand bocal, et vous délivre les votres dans un petit flacon avec une étiquette à votre nom et avec la posologie.

C'est d'ailleurs une illustration du fait qu'en France, trop souvent, devant un problème, on sort la solution miracle : la taxe. Alors que dans bien des cas, un peu de réflexion et de travail permettraient de mieux traiter le sujet. Là, on s'apprête en France a mettre une franchise sur les médicaments (une taxe, en termes clairs), mais il y aura toujours autant de gâchis...

C'est un peu comme l'EcoTaxe. Un problème d'écologie ? Solution miracle, on va mettre une taxe - "visible", ça sera encore plus efficace ! Mais derrière, le problème est-il réglé pour autant ?

C'est déprimant...

vendredi, 05 octobre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home