Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 24 novembre 2007

Un barrage éolien pour le lac Lagoda

Wind Dam.jpg

Chetwood Associates a présenté un projet de "barrage éolien" à installer dans une gorge près du lac Lagoda, en Russie.

Cette centrale éolienne a la forme d'un spinnaker de 25 mètres de haut et de 75 mètres de large qui canalise le vent dans une turbine située au milieu en bas de la voile.

Je ne sais pas si l'esthétique de la chose va arriver à convertir Patrick à l'énergie éolienne ...

Pour en savoir plus :
1. Chetwood Associates’ sail-like ‘wind dam’ lands on Lake Lagoda (Building Design)
2. Wind dam by Chetwood Associates (dezeen)

Crédit photo : Building Design via neatorama

10 Comments:

Blogger Alexandréa said...

Cela me fait penser à la BD Yoko Tsuno, tome 6 "Les 3 soleils de Vinéa", où les vinéens utilisent ce genre de procédé pour récupérer de l'énergie. La réalité rejoint la fiction ?
Bien à vous,
Alexandréa
http://www.alexandrea.fr/

samedi, 24 novembre, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, voilà qui est novateur. Le lac Lagoda, je connais pour y avoir vogué l'été dernier. Il n'y a pas vraiment grand monde par là - enfin, c'est pas très loin de St Petersbourg, quand même. Si je vois bien l'image, ce projet serait implanté dans une sorte de canyon où on peut penser que le vent souffle plus fort qu'ailleurs. Parfait. Mais, encore une fois, le vent ne souffle pas tous les jours.

Ceci étant, le schéma énergétique de la Russie est très orienté thermique (malgré leurs 31 centrales nucléaires), grâce à une très grande production locale de gaz. Donc, dans ce cas, un apport d'éolien soulage le thermique, et ça a un sens.

Merci de cette opportunité que tu me donnes de répéter que EN FRANCE METROPOLITAINE, on a un schéma énergétique essentiellement basé sur le nucléaire peu modulable et que, paradoxalement, plus on installe d'éoliennes, plus il faut construire de thermique à faible temps de mise en route pour suppléer aux périodes non venteuses - ainsi, l'électricité éolienne coûte davantage et induit de la pollution... C'est tout simplement une ineptie !

En revanche, bien entendu, EN FRANCE D'OUTRE MER OU EN CORSE, l'éolien a toute sa pertinence économique et écologique - d'autant plus que le combustible thermique doit être acheminé à grands frais, ce qui l'enchérit encore... Après, on peut trouver ça beau ou laid, c'est selon...

Il y a deux ou trois ans, j'ai passé quelques jours sur l'île de Madère (au large de l'Afrique, mais dépendant du Portugal). Là, un champ d'éoliennes produit 30% des besoins en électricité. Le reste est produit par une centrale au fioul (importé du Portugal par tanker). Parfait, rien à dire. D'autant plus que les vents alizés soufflent presque tout le temps. Et quand ça ne souffle pas, on force un peu la centrale thermique, et le tour est joué. Bravo ! Je suis même étonné qu'ils n'installent pas davantage d'éoliennes !

samedi, 24 novembre, 2007  
Blogger Gilles Desforges said...

Logoda, Ladoga ; les deux appellations nommeraient le même lieux. Comment voulez-vous qu'on devienne bon en géographie ? ;) :)

Olivier SC passant par Gilles puisque (etc) ...

samedi, 24 novembre, 2007  
Blogger Patrick said...

Olivier (Gilles) a raison, c'est plutôt Ladoga (en russe Ладожское озеро)... Et en finnois, c'est Laatokka... C'est un très grand lac (18 000 km2, le plus grand lac d'Europe, comparable à un des grands lacs américains), sur lequel il y a quelquefois de belles petites tempêtes catabatiques* qui stoppent toute navigation... J'en sais quelque chose pour avoir été temporairement immobilisé par une telle tempête l'été dernier...

Catabatique : type de vent à composante verticale descendante.

samedi, 24 novembre, 2007  
Blogger Patrick said...

A la réflexion, je me demande s'ils ont étudié le côté sonore de ce projet. J'ai comme l'idée que ça serait un sacré sifflet qui s'entendrait à des dizaines de kilomètres à la ronde ! Mais, bon, s'il n'y a personne aux alentours... Ce serait aussi un excellent hachoir à oiseaux - ont-ils prévu un récupérateur de pâté en dessous de la turbine ?

dimanche, 25 novembre, 2007  
Blogger Gi said...

Quand les posts "chez Luc" sont "scientifiques", de fois j´ai envie de poser milles questions à mon beau-frère, un ingénieur électronique - pour en savoir plus c´est mieux que Google. hehe

Quand même c´est belle l´image.. On dirait la "Pedra Bonita" (version glacée) à Rio où ils sautent en parachute, deltaplane, etc. ;-)))

dimanche, 25 novembre, 2007  
Blogger Gilles Desforges said...

Merci, Patrick, pour ces précisions !

Mais je reviens surtout pour ce côté "club fermé" chez Luc qui n'a pas coché l'option permettant à des blogueurs autre que "de" Blogger de commenter. Il n'y a pas que des anonymes : il y a aussi les "autres" pouvant déclarer leurs pseudos (nom pour moi) et url de blogs autres que ceux de Google.

Luc, tu peux venir voir chez Gilles, justement.

Donc : c'est toujours Olivier SC de Bloguer ou ne pas bloguer au Monde qui intervient en ce commentaire.

dimanche, 25 novembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Gilles : Explique-moi un peu le coup de "Luc qui n'a pas coché l'option permettant à des blogueurs autre que "de" Blogger de commenter".

A ma connaissance, sur Blogger, il y a juste 3 choix possibles :
(1) - Utilisateurs enregistrés uniquement.
(2) - Toute personnes.
(3) - Membres de ce blog uniquement.

Bon. Moi je n'ai pas choisi le (3) qui se limiterait aux 4 auteurs visibles en haut de la page. Je n'ai pas choisi non plus l'option (2) qui autorise tout et n'importe quoi, y compris les anonymes. J'ai choisi le (1), qui oblige, certes, le commentateur à s'enregistrer sous "blogger", mais pas plus.

Y a-t-il une quatrième option que je ne connais pas ? Et si oui, comment y a-t-on accès ???

dimanche, 25 novembre, 2007  
Blogger Gilles Desforges said...

Non non, ce sont bien, en effet les 3 options.

Passer par une inscription à Blogger lorsque l'on a ses blogs sous d'autres plateformes, ça servirait à quoi, si non à augmenter les stats de Google ? ;)

Votre blog polyphonique (comme dirait JLH) doit recevoir + de visiteurs que celui de Gilles et, donc, votre choix peut se comprendre. Mais je pense, tout de même, que ça peut décourager des participants. Car : commenter, c'est participer, mais aussi, c'est pouvoir faire connaitre son blog ...

Olivier SC de Bloguer ou ne pas bloguer ; l'em......., quoi ;)

lundi, 26 novembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Olivier SC :

D'abord merci, ça me rassure, il n'y avait pas une option de Blogger qui m'avait échappé ...

Et puis un autre point : si j'ai choisi Blogger plutôt qu'une autre plateforme, c'est pour un certain nombre de raison. Mais, effectivement, le fait que Blogger fasse partie de Google me "favorise" un peu dans les recherches faites sous Google. Je confesse donc que mon choix n'était pas totalement innoncent sur ce critère là.

Enfin, le "traffic", en soi, ça m'intéresse très moyennement. J'anime ce petit troquet convivial et les discussions sont agréables. En un mot : small is beautiful.

Voici un peu la motivation des choix que j'ai fait au sujet de ce "bar des copains" (et des copines). Ca me plaît bien comme ça.

Un dernier mot : qu'est-ce qui t'empêches d'ouvrir un compte Blogger au nom d'Olivier SC, de façon à ce que toutes tes contributions sous Blogger apparaissent au nom d'Olivier SC ?????

Et enfin, tu ne l'as apparemment pas remarqué, mais "Bloguer ou ne pas Bloguer?" se trouve dans la liste des "liens sympas" depuis quelque temps déjà ...

:-)

lundi, 26 novembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home