Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 26 janvier 2008

Jérôme Kerviel : l'homme qui a fait perdre 5 milliards d'euros à la Société Générale

Jerome Kerviel

La Société Générale a annoncé jeudi 24 janvier qu'elle avait été victime d'une fraude massive d'un montant de 4,9 milliards d'euros. A l'origine de ce trou abyssal, un "trader fou", Jérôme Kerviel, 31 ans. Son cas rappelle celui de Nick Leeson qui avait fait perdre 1,4 milliards de dollars à la banque anglaise Barings Bank, fondée en 1762, et qui avait dû mettre la clef sous la porte en 1995 suite à cette hémorragie financière.

Jerome Kerviel


Jérôme Kerviel est entré à la Société Générale en 2000. Il a d'abord travaillé au "middle office", où se déroulent les procédures de contrôle, avant d'intégrer le "front office", où se déroulent les transactions. Il connaissait donc parfaitement les procédures de contrôle informatique des mouvement.

Alors, comment a-t-il fait ? Eh bien, tout semble indiquer qu'il a agit seul.

Daniel Bouton, le président de la Société Générale explique qu'il "a construit depuis son poste de travail une entreprise dissimulée à l'intérieur de nos salles de marché" et qu'il a réussi "à chaque fois à cacher ces positions par d'autres positions. Il y a deux livres : le livre Société Générale officiel dans lequel il passe des opérations pour des montants qui n'appellent pas l'attention particulièrement, parce que dans le même temps il passe (...) d'autres opérations qui annulent la première position. Les opérations passées pour dissimuler sont fictives et il a l'extraordinaire talent de les déplacer au fur et à mesure des contrôles, car il connaît le calendrier des contrôles."

Dans quel but s'est-il lancé dans des opération aussi dangereuses ? Modeste golden boy, Jérôme Kerviel ne gagnait pas plus de 100 000 euros par an, bonus compris, ce qui ne le mettait pas à l'abri des tentations. Peut-être que s'il avait gagné, il serait apparu comme un héros, et il aurait peut-être alors négocié un bonus kolossal ? Mais voilà, il a perdu. Et pas qu'un peu. Et tout seul, sans aucun contrôle.

Ca donne un peu le vertige, tout ça ...

A l'heure où j'écris ces lignes, Jérôme Kerviel est introuvable. Personne ne sait où il se trouve.

Pour en savoir plus :
1. Fraude colossale d'un trader de la Société Générale, des milliards perdus (AFP)
2. La Société Générale victime d'une fraude de 4,9 milliards d'euros (Libération)
3. Fraude à la Société générale : les premiers éléments sur l'identité du responsable (Le Monde)
4. Le CV de Jérôme Kerviel (The Telegraph)

Crédit photos : Jean-Christophe Marmara et Société Générale

20 Comments:

Blogger Jack said...

Hum ! J’ai peine à avaler une pilule aussi grosse, curieusement l’homme est introuvable et l’explication que nous avons est l’officielle.
Au même moment on annonce aussi les pertes réalisée par la banque dans les placements hasardeux des « subprimes ». Tout ça ressemble à un tour de magie du genre « regarder bien le foulard que j’ai dans la main gauche (et pas la droite qui fait la manip)... »
Je ne sais pas comment fonctionne une salle de marché, les décisions de vente et d’achat se prennent sans doute très vite ce qui exclut un travail d’équipe.
Seul possibilité de surveillance donc : le contrôle à postériori des flux d’ordres passés par chaque agent, et ce travail serait confié à des ordinateurs... !
Plus fort, le débutant contrôle les traders confirmés, çà c’est encore plus incroyable, ce trader ancien contrôleur avait eu le loisir d’imaginer le moyen de tourner les contrôles.

Décidément confier son argent à ces gens et comme faire garder le troupeau par les loups. Mais est-ce mieux dans d’autres banques ? La SG ayant la réputation d’une banque très sérieuse et parmi les plus vigilantes, on ose pas imaginer ce que font les autres ?

L’ennui est qu’il est désormais impossible de se passer des banques.

samedi, 26 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

En d'autres temps, M. Kerviel serait retrouvé suicidé de 12 balles dans le dos, et l'affaire serait classée.

Là, on va peut-être avoir droit à une explications ?

En tout cas, à Pont l'Abbé, là où est né Jérôme, c'est l'émoi ! Au moins, s'il avait détourné tout cet argent en faveur du pays Bigoudin, on lui accorderait volontiers les circonstances atténuantes !

samedi, 26 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

Jérôme Kerviel s'est présenté de lui-même à la police. Il est actuellement en garde à vue. (source : Le Monde)

dimanche, 27 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

Le lynchage en règle ne me plaît pas : et la présomption d'innocence ?

La plainte concerne les manoeuvres frauduleuses, mais pas la perte de fonds.

Curieux.

dimanche, 27 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

@ Audrey : Je suis d'accord avec toi sur la présomption d'innocence. Et c'est précisément pour ça que j'ai attendu d'avoir des informations plus précises confirmant ce qu'il avait fait et comment il s'y était pris avant de publier cet article.

dimanche, 27 janvier, 2008  
Blogger Philippe.Piriac said...

1. J'ai lu je ne sais où que ce garcon avait eu l'an dernier une prime de.....1500 €!( pour un salaire de 100K€). On est très très loin du golden boy avéré.

2. Ce qui est en cause n'est pas son (non)talent financier, ni meme son intégrité; ceci n'est que la surface des choses.

Le chapeau qu'on lui fait porter est trop large pour lui , me semble t il

ou alors il faut se préparer à d'autres catas car ce monsieur n'a rien d'unique et la SG est une banque parmi d'autre

Le théoricien économiste O. Williamson dit que l'opportunisme, la rationalité limitée et l'asysmétrie d'information sont les trois caractéristiques humaines clés à prendre en compte dans l'organisation des contrats: ce garçon n'est qu'hyper humain et le management de la SG n'a peut etre pas assez vu/regardé l'homme derrière le poste/ le pion

3. Si quelque chose doit être incriminé, ne sont-ce pas plutôt
-le manque de rigueur des services d'audit de son employeur?
-les indicateurs culturels "invisibles/ implicites" de mérite sur lequels ce salarié a été évalué/incentivé??
Quel est le modèle sous jacent du héros qui a été vraiment donné pat son entreprise à ce jeune? :
- le golden boy?
- ou le gestionnaire d'épargne maîtrisant son risque pour garantir la retraite du français moyen qui a déposé à sa banque son épargne( et qui, ne pouvant plus compter sur le système de répartition, a besoin de ses revenus actionnariaux pour vivre décemment après 65 ans...)?


Que faut il penser d'un système de management d'une entreprise qui permet de fait ( via sa non qualité) à un de ses salariés ( fut il trader..) lambda , d'engager plus que 5Md€ de risque pour la SG sur la seule motivation de sa prime personnelle de fin d'année?
(et encore je suis conservateur car, si je suis le raisonnement lu dans la presse, les montants mis sur la place par la SG sur la place financière ( par construction, largement plus que 5Md€ ) pour résorber son risque ont par ailleurss contribué à amplifier la crise sur le village mondial financier...)

4: Ceci dit, et si on croit à la vertu du marché, la spéculation étant un mécanisme de marché comme un autre et une façon de faire en sorte que les bons anticipateurs prévalent sur les moins bons et fassent les arbitrages qui rééquilibrent le marché, on peut considérer que la SG et ses actionnaires ont payé leur non qualité dans la gestion de risque au prix cash de 5Md€. Il n'y a donc rien de scandaleux à ce qui s'est passé

5. si ce n'est pour les salariés du Groupe, qui , mis dans le bain glacé du marché, devraient maintenant légitimement revendiquer plus d'administrateurs au conseil et/ou le droit de participer à l'évaluation des organes de gestion...)et/ou de revoir leur logique d'intéressement au devenir de l'entreprise.

6. Il n'y a pas de repas gratuit et c'est plutôt une bonne chose:

Si l'économie de la couverture de risque rapporte plus de valeur que le phénomène réel couvert, alors ce qui s'est passé n'est qu'une redistribution entre assureurs...

7. Soyons optimistes:

-demain la SG sera probablement demain l'endroit le plus performant en matière de gestion de risque...

- puisque , à l'évidence, l'effet papillon existe, la catastrophe( qui est un phénomène rare à fort impact) peut etre aussi bien positive que négative:
-si un homme peut tout dérégler , -- alors un autre peut aussi changer le monde dans le bon sens.

L'histoire est fait de ce genre de phénomènes.

8.Restons "centrés"
Cette "catastrophe" nous incite cependant à reconnaître qu'elles peuvent arriver à tout moment et à ré-interroger jour après jour
-la gestion de notre risque
-le tuning de nos finalités..

dimanche, 27 janvier, 2008  
Blogger Véronique S said...

Il paraît que l'Etat protègera la SG, cela veut-il dire qu'il l'aidera à se renflouer?
Donc, cela veut-il dire que, via l'Etat, les petits porteurs déjà floués vont encore casquer?
C'est quoi, ce binz?!!!

lundi, 28 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

Le cursus des traders et des contrôleur semble un standard dans le monde bancaire, à ce que j'entends. C'est bien le seul endroit au monde où les débutants contrôlent les chevronnés et c'est ainsi qu'un trader peut faire péter les sécurités mises en place pour contrôler ses interventions sur le marché.


Je cherche encore sur quelle logique repose ce mode de fonctionnement?

"La spéculation un mécanisme de marché comme un autre" dans un univers parfaitement amoral et cynique certainement.
Lorsque la spéculation sur les valeurs rapportent plus que les dividendes, moi je pense "qu'il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark"

Véronique : la banque de France se porte garant de toutes les banques françaises et c'est pour cette raison qu'elle a droit de regard sur leur gestion. S'il y a banqueroute, c'est donc la banque de France qui devra payer, je connaissait cette règle, mais je ne savais pas que la BdF limitait sont intervention à 70 000€ par compte.
Le but est donc de protéger les petites gens des banquiers véreux : c'est une bonne chose.
N'oublie pas que par ailleurs nous sommes pratiquement obligés d'avoir un compte en banque et tout naturellement de confier nos petites économies à une banque.
Heureusement la SG n'est pas en faillite, donc le mécanisme en question n'a pas à s'enclencher.
(sauf si on nous raconte des blagues : ce qui est généralement le cas, car la panique est bien ce qu'il est impératif d'éviter dans ce genre de crise)
Par contre les employés de la SG qui ont un PEE en action SG, les porteurs de PEA de la SG ont perdu gros (selon le type de risque choisi...c'est à la carte). Sauf s'ils ne vendent rien et que les actions SG et la bourse remontent aux niveaux d'avant la crise, avant qu'ils n'ai besoin de vendre bien sûr.
Comme toujours avec les actions, c'est au moment de la vente que l'on sait si l'on a gagné ou perdu.

lundi, 28 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

Il y a un point important que je me souviens avoir lu sous la plume d'un seul spécialiste (Je n'ai pas le temps de lire les commentaires précédents, pardon s'il y a redite) :

La motivation des gens chargés de vérifier les opés des traders peut être sujette à caution, quand on sait que leurs primes personnelles sont indexées sur les bonus réalisés par les traders !!!!!! Cherchez l'erreur...

Voir l'interview d'Olivier Godechot du Cnrs reprise dans "Courrier International" (Source : "Le Temps").

mardi, 29 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Et il y a encore des gens pour croire que la Bourse, c'est pour faire fructifier les entreprises ! Ca fait belle lurette que ça ne sert qu'à enrichir (ou ruiner) les spéculateurs - avec l'argent des petits porteurs !

A mon avis, la Société Générale aurait aussi bien (ou mal) fait de jouer au Poker ou au tiercé avec notre argent !

mardi, 29 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

PS, encore plus de détails sur son site.

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

A lire : Société Générale : Jérôme Kerviel assure que sa hiérarchie était au courant (Mediapart)

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

Ségolène Royal "choquée par le scandale de la Société générale", a demandé vendredi à Chartres "que les 7 milliards d'euros soient remboursés aux familles qui sont plongées dans l'endettement". (source : Désirs d'avenir, site officiel de Mademoiselle Royal)

Oui, vous avez bien lu : elle demande que les 7 milliards perdus par la Société Générale (5 + 2), "soient remboursés aux familles qui sont plongées dans l'endettement".

Il faudrait que quelqu'un lui explique de quoi il s'agit, là ...

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

Quand l'ignorance atteint ce niveau là, on peut commencer à croire que c'est juste pure démagogie...

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

Si Super Ségo montre peut-être un peu trop d'humanité en ce moment pour les endettés (Paix soit sur ces bonnes gens !), je crois que ces jours-ci c'est plutôt Madame Kerviel mère qui en aurait le plus besoin...

En effet, le frérot du trader a eu lui aussi des p'tits soucis par le passé ! Lire Le Fig' ici et puis .

Aucune mère n'a mérité ça. Pauvre maman...

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

ce sera plus clair. :)

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Moi, je suis d'accord avec Ségo, et j'accepte de recevoir disons 100 000 euros de la part de la S.G. ou de l'état peu m'importe.

Euh, non, j'ai pas de compte à la S.G. , pourquoi ?

mercredi, 30 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Ah Ha... Un frangin indélicat... La thèse du non-enrichissement personnel de Jérôme sera peut-être mise à mal, si on trouve des sommes mirobolantes versées sur le compte du frangin... L'affaire se complique !

jeudi, 31 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

Jérome Kerviel donne son point de vue dans une interview exclusive à l'AFP.

mercredi, 06 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Quoi qu'il en soit, la S.G. est totalement coupable d'avoir laissé passer de tels engagements. Leurs systèmes de contrôles étaient de toute évidence complètement inopérants.

jeudi, 07 février, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home