Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 22 janvier 2008

Une croissance entre 2 et 2,25 %, affirme Mme Lagarde



Or donc, l’économie mondiale est en train de s’écrouler. Certes, on ne peut pas en blâmer notre gouvernement ni même notre modeste économie qui pèse bien peu à l'échelle du globe.

Ce qui me semble hallucinant, c’est la totale divergence entre la politique menée en France et la réalité économique. Le président Sarkozy a construit un budget qui tablait sur environ 3 % de croissance. C’est à dire 2 % « naturelle » plus 1 % grâce aux mesures énergiques qu’il allait prendre. « J’irai chercher le point de croissance qui nous manque », fanfaronnait-il… Il allait nous augmenter la croissance de 50 % à la force de ses propres poignets ? Même Hercule ou Superman renonceraient à tel challenge ! Mme Lagarde, Ministre de l’Economie, qui a récemment évoqué un plus réaliste 1,6 % de croissance pour 2008 a été vertement remise au pas par l’Elysée et le lendemain, c’était à nouveau 2 %. Et ce soir, la même Ministre expliquait d’un air embarrassé que la croissance serait entre 2 % et 2,25 %, sans doute plus près de 2 %.

A quoi on joue, là ? Ce ne sera évidemment ni 3 % ni 2 % ni même 1,6 %… La croissance ne se commande pas avec des imprécations et par l’application de la méthode Coué… Ni même avec des contrats bidon avec des dictateurs…

Des dépenses calées sur 3 % de croissance et une réalité à hauteur de 1,5 % (peut-être), ça va coûter bonbon aux français – et à nos enfants… Est-ce vraiment de la bonne politique, qu'on nous sert là ?

13 Comments:

Blogger Luc said...

@ Patrick : La croissance, la croissance pour la croissance, la croissance solution à tous les problèmes, je ne suis pas convaincu du tout du bien fondé de la chose.

"Croissez en multipliez", ça nous a amnené le désastre écologique planétaire dû à la présence de 6,5 milliards d'êtres humains à la surface de cette petite planète bleue. A part ça, je ne vois pas trop ...

Tu veux que je te dise, moi je serais plutôt adepte de la décroissance, ou plutôt de l’a-croissance.

Mais avant qu'un politique nous propose ça, on aura tous une barbe comme ça ...

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Aux dernières élections présidentielles, il y avait un candidat (orange) qui proposait un budget équilibré, et même une diminution de la dette. Il n'a pas été suivi. On a préféré celui qui prônait la fuite en avant, et qui, en l'occurrence, creuse encore le gouffre de la dette...

Ce que j'aimerais bien, c'est que le Président Sarkozy torche vite les réformes indispensables que ces prédécesseurs n'ont pas eu le courage de faire, nous lui en saurons gré, puis qu'il laisse la place à quelqu'un de plus raisonnable... Mais c'est un rêve !

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

Bush est vraiment pathétique. il annonce un plan de relance de 140 milliards de dollars, et hop ! C'est un krach planétaire.

ll est plus que temps qu'il se barre de la Maison Blanche, lui !

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Non, pourquoi pas ? C'est toujours un peu comme ça, d'ailleurs. La droite remet la France sur les rails. C'est forcément un peu douloureux. Du coup, c'est la gauche qui gagne la fois suivante, et qui se retrouve avec des finances florissantes, et une jolie cagnotte, comme celle que Jospin a trouvé en arrivant au pouvoir ...

Lequel Jospin a foutu en l'air l'économie de la France avec ses 35 heures coûteuses et démagogiques, et tout est à recommencer ...

C'est ça, le charme de la démocratie. :-)

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

Oui décidément vous planez tous les deux ce soir, mais je veux bien planer aussi avec vous.
Plus prosaïquement : ceux qui ont des actions et des envies de vendre doivent se sentir stressés.
Le marché financier mondial montre ses limites : tout joue sur tout, y compris sur ce qui n'a rien à voir. Que des banquiers malhonnêtes qui se lancent dans des prêts hasardeux ait une influence sur le cours des actions de sociétés ultra saines à l'autre bout du monde le démontre.
Quand par ailleurs le dollars, monnaie de singe, plombe artificiellement la compétitivité des entreprises européennes à l'export, il est temps à l'évidence que la banque mondiale, le FMI et toutes ces instances à la graisse de cabestan, montrent à quoi ils servent.
Et faisant en sorte que le marché cesse de tourner dans le seul intérêts des spéculateurs et des malhonnêtes.
La confiance est la clef de voûte du monde financier, la confiance c'est vite perdu et long à reconquèrir...

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Luc said...

@ Jack : Le FMI ....

Rappelle-moi qui c'est le patron du FMI ?

Ne me dis pas qu'il laisse faire juste pour que Patrick puisse écrire ce genre de billet assassin !

;-)

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Malheureusement, Strauss Kahn ou pas Strauss Kahn, la capacité d'intervention du FMI est bien limitée. Il prête au mieux quelques dizaines de milliards de dollars (ça fait des sous quand même !) à des "petits" pays en crise comme par exemple le Mexique en 1998 ou l'Argentine en 2001. Mais pour renflouer les USA, il faudrait au bas mot cent FMI !

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Greg2007 said...

Heureusement que Sarkozy a promis d'aller chercher la croissance avec ses dents...
C'est la petite souris qui va se retrouver sur la paille s'il continue à se les casser (les dents).

mercredi, 23 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

Euh ! et bien après l'annonce de la volatilisation de 5 milliards d'euros à la société générale, ont ne pouvait mieux illustré le propos de mon précédent commentaire...
Notre monnaie n'est plus convertible en or depuis ...c'est donc depuis cette date une monnaie fiduciaire, c'est à dire basée sur la confiance (fiduce = confiance) toutes les personnes qui font leur métier dans la banque devraient l'avoir écrit en lettre d'or d'un mètre de haut dans leur bureau...

jeudi, 24 janvier, 2008  
Blogger Jaio said...

Avec les 11.25% de croissance, la Chine a encore augmenté son taux de croissance.Il faudrait que l'Europe se reveille.

jeudi, 24 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

J'avoue que les 5 milliards d'euros qui partent en fumée du fait d'un seul tradeur, ça laisse un peu rêveur... Voilà 5 milliards que la France aurait pu mieux utiliser !

Et demain, que va-t-on nous annoncer ?

jeudi, 24 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

@Jiao : bravo la Chine, vue le niveau de vie moyen en terme de croissance il y a de quoi faire. Malheureusement, là-bas comme ici cette croissance laisse le plus grand nombre au bord de la route. Le différentiel campagne intérieure et megalopoles cotières augmente, jusqu'à quand?
Notez au passage que les chinois sont fort sages et se gardent bien de laisser la finance internationale gouverner leur économie...
Qu'au contraire, chaque jour que Dieu fait voit augmenter leur pouvoir, sur ce "petit" monde.

vendredi, 25 janvier, 2008  
Blogger dead lighter said...

@Jack: pour faire "en sorte que le marché cesse de tourner dans le seul intérêts des spéculateurs et des malhonnêtes", il faudrait que le système financier ne les récompense pas, malheureusement il en va autrement, cf cet article.
Celà me rappelle les golden parachutes versés aux dirigeants évincés d'entreprises en crise...


@Tous: une comparaison intéressante trouvée ce matin.

samedi, 26 janvier, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home