Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 21 janvier 2008

Francis Joyon entre dans la légende

Francis Joyon

Dimanche à 00h39, Francis Joyon a franchi la ligne d'arrivée dans le goulet de Brest, battant ainsi le record du tour du monde en solitaire d'Ellen MacArthur.

Francis Joyon a bouclé le tour du monde à la voile en solitaire en 57 jours, 13 heures, 34 minutes et 6 secondes, 14 jours de moins que l'Anglaise.

57 jours ! Phileas Fogg doit ne pas en revenir !

Son fabuleux record planétaire en solo, le deuxième meilleur chrono de l'histoire derrière les 50 jours et 16 heures de Bruno Peyron et de ses 13 hommes d'équipage, a été salué à sa juste valeur par plus de deux mille personnes, dont bon nombre de marins bluffés par sa performance et sa personnalité. Ellen MacArthur, la première, l'a félicité : «Tu le mérites, ce record», a-t-elle lancé sur le podium de foire installé pour l'occasion, avant d'ajouter plus tard : «J'ai un énorme respect pour le marin et pour l'homme. Francis, c'est un bon…»

En conclusion, Francis Joyon a déclaré : «La mer a décidé de me laisser passer. Parfois il faut laisser les éléments décider.»

Belle humilité.

Pour en savoir plus :
1. Joyon pulvérise le record du tour du monde en solitaire (Le Monde)
2. L'incroyable record en solitaire de Francis Joyon (Ouest France)

Crédit photo : Marcel Mochet

7 Comments:

Blogger Jack said...

18 nœuds de moyenne pendant 57 jours, c'est une vitesse simplement incroyable, vous avez vu ces coques taillées comme des couteaux de table.
Le fait qu'il soit allé faire un petit dodo avant d'entrer au port, en dit long sur l'état de fatigue dans lequel vous laisse une telle épreuve.
Je l'aime bien ce Joyon : c'est un vrai marin taiseux, ne parle pas pour ne rien dire.
Ellen est venue l'accueillir, ça j'aime bien aussi. Il n'y a pas à dire la mer produit des gens de qualité, souvent.

lundi, 21 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

En toute honnêteté et sans rien enlever à l'exploit, l'expression tour de l'Antarctique serait géographiquement plus exacte.

lundi, 21 janvier, 2008  
Blogger Audrey said...

J'aurais adoré être là ! Patrick, toi qui vis le plus près, tu y étais ?

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Patrick said...

Oui, oui, Audrey, j'ai suivi ça de très près le nez collé à mon écran de télé ;-)

Non, même avec des jumelles puissantes, je ne l'aurais pas vu passer devant chez moi !

mardi, 22 janvier, 2008  
Blogger Philippe.Piriac said...

tout simplement incroyable
Ce type est tout simplement hors de l'ordinaire.et avec un style qui lui est bien particulier.depuis longtemps

mercredi, 23 janvier, 2008  
Blogger Betty said...

Ah tu n'as pas de chance Patrick ! j'ai la chance de l'avoir vu passer : bon d'accord pas en course ! il quittait juste le port ! j'ai vu partir Cammas aussi, hier !
l'avantage c'est qu'ils passent tout doucement mais déjà leur doucement à eux ça laisse sur place les autres... bon j'attends le retour d'IDEC, il rentre bien à Lorient pour remettre le bateau en état ?

jeudi, 24 janvier, 2008  
Blogger Jack said...

Oui, je me souviens du prao de Guy Delage (années 80), sans voile, rien qu'avec son mat-aile il allait plus vite que moi...

jeudi, 24 janvier, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home