Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 31 janvier 2008

Travailler plus pour gagner plus...

Ou l'art de taper dans des caisses déjà vides

Il y a peu, tu t'en souviens Luc, nous discutions de l'effet des mesures d'allègement fiscale et de la dispense de charges sociales sur les heures supplémentaires. Le résultat ne se fait pas attendre le fameux trou de la sécurité sociale grandit.
Je suis de ceux qui pensent que la manière d'exercer la médecine aujourd'hui est aussi en cause, et que nos médecins sont scandaleusement sous payés et qu'à ce tarif il faudra aller cherchez nos toubibs dans le tiers-monde (cela a déjà commencé).
Il faut que les médecins comprennent et fassent comprendre à leurs patients que la sécu n'est pas une corne d'abondance et qu'elle ne pourra payer que dans la mesure de son budget.
Je suis également de ceux qui pensent qu'il faut réduire tous les frais annexes, qui sont des dépenses de confort, les massages et autres taxis bleus pullulent aujourd'hui. Tous cela n'existait pas autrefois et nous ne nous en portions pas plus mal, quand au transport des malades, la solidarité des voisins et parents faisaient l'affaire. De même les généralistes dispensaient des soins qui aujourd'hui incombent aux urgences.
Notre population vieillit, les dépenses augmentent donc mécaniquement, et c'est une bonne raison pour gérer la santé avec plus de rigueur. Il est temps d'interrompre l'hémorragie.
Certains signes indiquent clairement que le corps médical ne veux pas participer au redressement des comptes, alors que son avenir en dépend directement. Il se plaindra ensuite qu'on cherche à le "fliquer". Lorsqu'il fut question d'une carte vitale avec photo, pour éviter les fraudes, ce fut une levée de bouclier : " nous ne sommes pas là pour faire la police" pouvait-on entendre.
Et qui met la carte dans le lecteur, qui d'autre peut contrôler ?
Le médecin a une haute idée de sa mission et il a raison, cela ne le dispense pourtant pas de civisme au contraire. Le civisme c'est ce qui est nécessaire pour rétablir les comptes de la SS.
Il est plus productif que la "pénalité" sur chaque boite de médicament!
Regardez un peu du côté des pays du nord...

Mais pour revenir aux heures supplémentaires. Les gens qui en font sont très heureux de gagner plus pour le même nombre d'heures. Ce n'est pas pour cette raison que leur patron leur en demandera, mais bien parce qu'il a du travail.
Donc la différence entre les heures sup d'avant et celles de maintenant, c'est un transfert des caisses de l'état et des régimes sociaux dans la poche des seuls personnels qui ont le loisir de faire des heures supplémentaires.

La conséquence directe et immédiate est l'aggravation des déficits sociaux.
CQFD.

Pour en savoir plus :
1. L'avis de la CFE CGC
2. L'avis des Jeunes médecins
3. Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2008


Libellés : , ,

10 Comments:

Blogger Patrick said...

Bravo. J'approuve tout à 100 %. Rien à dire de plus ! Aussi bien la question de la Sécu que la question des heures sup (ce dernier point m'a toujours paru quelque peu hallucinant de bêtise)...

vendredi, 01 février, 2008  
Blogger Luc said...

Dans mon entreprise, la suppression des charges sur les heures sup ont fait gagner en moyenne un peu plus de 100 euros par mois à mes employés, vu que, évidemment, on ne travaille pas 35 heures mais 42 heures par semaine, et ce, sans que ça coûte un centime de plus à l'employeur. Quand à l'entreprise, elle paye en moyenne trois mille euros de moins de charges sociales tous les mois.

D'où la question d'un de mes employés : "C'est bien beau tout ça, mais qu'est-ce que ça va faire pour ma retraite ?". Renseignements pris, ça n'a pas d'incidence. Il touchera la même retraite qu'avant.

Résultat des courses : des employés contents et une entreprise qui peut un peu respirer, étant moins écrasée sous le poids des charges.

Comme je l'ai déjà dit maintes fois, taxer à mort le tabac, l'alcool, l'essence, c'est efficace. On fait gaffe et beaucoup de gens s'arrêtent ou freinent sur la consommation. Taxer à mort le travail ça marche aussi : on délocalise et on installe des machines. Arrêtons de taxer le travail et il n'y aura plus de chômage.

Super simple.

Quant à la sécu, regardons un peu du côté des dépenses où il y a des abus de quelque côté qu'on regarde. Je crois qu'il y a largement de quoi faire !

vendredi, 01 février, 2008  
Blogger Jack said...

Luc, bien malin qui peut promettre des montants de retraite aujourd'hui surtout si tes employés sont jeunes.
Aujourd'hui les caissières des grandes surfaces sont en grève, elles ont en général un contrat de moins de 35 heures, ce qui évite aux grandes surface de payer des majorations, lorsqu'il faut faire des heures en plus (jusqu'à 35h).
Elles ne sont pas concernées par cette divine mesure.
Pour revenir à tes 42 heures, c'est bien le carnet de commande qui les demande, non ?. Indirectement les 100 euros de plus par mois contribuent sans doute à augmenter la demande...si on est optimiste.
Quant aux 3000 € de charge en moins, ils permettent le développement de l'entreprise où les bénéfices, c'est selon.
Il reste que Sarkozy, fait comme tant d'autres avant lui, il prends des mesures sans ce soucier de leur financement.
Même si l'on est d'accord sur les charges excessives qui pèsent sur le travail, ce n'est pas forcément en faisant exploser l'assurance maladie qu'on les baissera.
Et tu remarqueras que tout comme toi, je pense qu'il faut mettre de l'ordre dans notre système de santé, pour que l'argent aille là où il est nécessaire.
Malheureusement la loi de finance ne montre pas que nous en prenons le chemin, puisqu'elle prévoit de monstrueux déficits, mais le rétablissement des équilibres est pour la fin de mandat peut-être?
On ne parvient donc pas à tout faire en même temps.

vendredi, 01 février, 2008  
Blogger Patrick said...

La démonstration de Luc est intéressante. En l'occurrence, les employés cités ne travaillent pas plus (ils étaient déjà à 42 heures), mais gagnent plus. Et l'entreprise gagne 3 000 euros tous les mois. Donc, si on regarde bien le bilan, c'est bien le système social qui fait les frais de l'opération, tant pour le gain des employés que pour le gain des employeurs.

On pourrait presque dire que la combine pille la Sécu (pour le moins, elle prive la Sécu des cotisations sur les heures sup) !

Ceci étant, c'est évident, les charges des entreprises sont trop lourdes, et les dépenses de santé ont atteint des sommets hallucinants. Là-dessus il y a certainement consensus. Quant à ramener les choses dans le droit chemin, est-ce que vraiment la combine Sarko le fait durablement ? J'ai un doute...

Là, le fameux "travailler plus pour gagner plus" devient "travailler pareil pour gagner plus sur le dos de la Sécu"...

samedi, 02 février, 2008  
Blogger Luc said...

On est tous d'accord pour dire qu'il y a trop de charges sur le travail. Donc, là Sarkozy a tenu ses promesses (comme d'habitude), il baisse les charges, et donc, forcément ça fait plus d'argent disponible pour l'entreprise et pour les employés, ce qui va évidemment dans le bon sens.

Mais Sarkozy a eu l'excellente idée de ne baisser les charges que sur les heures sup. Donc ceux qui se levaient tôt (comme nous) "travaillent pareil pour gagner plus", comme dit Patrick, mais quoi de plus normal ? Quand à ceux qui se lèvent un peu plus tard et qui se bornent à ne faire que 35 heures, ils peuvent envisager de bosser un peu plus, si ils en ont envie, bien sûr ...

Donc, tout baigne, et le pouvoir d'achat de ceux qui bossent augmente, et pas qu'un peu !

Alors, une remarque au passage, le financement "trou de la sécu" est moins alimenté par ceux qui se lèvent tôt. Peut-être. Mais je peux vous dire un truc : c'est pas ceux-là qui le creusent, le trou de la sécu !

samedi, 02 février, 2008  
Blogger terratik said...

quelques remarques à chaud :
- "les médecins sont scandaleusement mal payé"... Je connais pas mal de professions bien plus à plaindre.
- " Arrêtons de taxer le travail et il n'y aura plus de chômage. Super simple". Super caricatural surtout.
- "Alors, une remarque au passage, le financement "trou de la sécu" est moins alimenté par ceux qui se lèvent tôt. Peut-être. Mais je peux vous dire un truc : c'est pas ceux-là qui le creusent, le trou de la sécu !". Des statistiques a présenter ou un ressenti particulièrement stigmatisant ?

J'ai connu le bar de chez Luc plus argumenté et moins dogmatique !

samedi, 02 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Terratik : Tu as raison. Bien sûr que je simplifie très fort et que tout n'est pas si simple.

Si j'ai écrit ça c'est pour animer le débat en rappelant quelques données de base, sur un mode plutôt provoc, j'en conviens ...

Mais le problème de la Sécu est tellement complexe qu'on ne peut en débattre qu'en simplifiant quelque peu. Sinon, il faudrait écrire à ce sujet un pavé de 300 pages ...

samedi, 02 février, 2008  
Blogger Jack said...

@ Terratik : les généralistes qui font honnètement leur travail et gardent leur patient une vingtaine de minutes gagnent moins qu'un plombier.
Il me semble que leurs études sont plus longues, plus exigeantes et leurs responsabilités incomparables. (et j'ai le travail des plombiers en estime...)
Si nous payons nos médecins le même prix qu'un OS, nous aurons une médecine d'OS à la fin.

Pareil pour nos enseignants d'ailleurs.

N'oublions pas qu'on discute ici autour d'un comptoir et qu'il arrive que les habitués soit un peu éméchés...et tiennent des raisonnements simplistes, voire simplets.

@Luc: "c'est pas ceux-là qui le creusent, le trou de la sécu !"
Tous les malades ne sont pas des tire-au-flan.
Je te souhaites de garder longtemps ta bonne santé qui te permet et de te lever tôt et de payer pour ceux dont la santé est moins bonne.
C'est une assurance, cela veux dire que ceux qui vont bien payent pour ceux qui vont moins bien.
Dans ce système ceux qui on payé toute leur vie sans voir un médecin, espère bien pouvoir compter sur la solidarité nationale quand ça ira un peu moins bien...
Pour cela, il faut que les comptes de la sécu soient en équilibre, en combattant les dépenses superflues et en évitant de perdre des ressources. Mais peut-être es-tu de ceux qui pensent préférable d'augmenter la TVA pour cela ?
Une dernière question : dans ton entreprise, tu es le patron : c'est bien toi qui décide si oui ou non on fait des heures sup?
Et bien pour les caissières des grandes surfaces c'est pareil, ce ne sont pas elles qui ont fixé la durée du travail de leur contrat et ce ne sont pas elles non plus qui décident des heures sup à faire. Je suis sûr qu'une grosse majorité aimerait bien avoir le "loisir" de faire plus d'heures, surtout depuis que le président répète chaque matin que pour gagner plus il faut travailler plus. Moi ça m'énerverais à la fin...

samedi, 02 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Une remarque au sujet des dépenses de santé. Le gouvernement vient de mettre une franchise de 50 cts sur les médicaments. Soit. Mais cette franchise, à l'inverse de l'éco taxe, est invisible. Quand on va à la pharmacie, on n'a pas à mettre la main à la poche et payer 50 cts comme il serait normal, je pense. En fait, les 50 cts sont juste soustraits du remboursement ultérieur par la Sécu (on ne le remarque que si on regarde à la loupe sa feuille de remboursement). On a donc soigneusement rompu le lien psychologique entre l'achat de médicament et la franchise. Cette dernière n'aura ainsi aucun effet modérateur sur la consommation de médicaments.

Bravo au lobby pharmaceutique qui a très bien joué ce coup-là !

Et un mauvais point au gouvernement pour s'être laissé avoir !

jeudi, 07 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Ce qui est bien avec les blogs, c'est qu'on peut y revenir un ou deux ans après pour évaluer les choses. Alors voilà. Nous sommes en décembre 2008, le chômage grimpe au rythme de 40 000 par mois, et on a déjà traversé la barre des 2 millions de chômeurs.

La dramatique faute de diagnostic du candidat Sarkozy sur l'économie du monde, qui a tout misé sur une impossible croissance forte à 3%, conduit à un désastre sur le plan de l'emploi. Sur ce plan, le "travailler plus pour gagner plus" est un fiasco total, qui a précipité intérimaires et CDD au chômage, et qui maintenant amène les CDI au chômage partiel.

Et que lis-je dans la presse ce 5 décembre ? Une mesure de relance du Président Sarkozy qui consiste à exonérer de charges patronales les nouveaux emplois dans les entreprises de moins de dix salariés. Mais voyons voir, ça me dit quelque chose, ça... Ah ! J'y suis. C'est exactement les emplois francs du candidat Bayrou. C'est très bien, mais c'est un peu tard...

Bayrou avait fait un bien meilleur diagnostic que Sarkozy, et les mesures qu'ils prônait auraient été bien mieux adaptées à la situation actuelle. Ca n'aurait pas empêché la crise - mais ça l'aurait adoucie un peu...

samedi, 06 décembre, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home