Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 13 février 2008

Il y a 150 ans : la vision de Bernadette Soubirous

Bernadette Soubirous

Le 11 février 1858, Bernadette Soubirous, 14 ans, se rend le long du Gave de Pau pour ramasser du bois mort avec sa soeur Marie et Jeanne, une amie. Du fait de sa santé précaire, elle hésite à traverser le Gave, gelée, comme sa sœur et son amie. Elle est alors surprise par un bruit et lève la tête vers la grotte de Massabielle. Là, apparaît une dame vêtue de blanc. Bernadette récite une prière, et la Dame en Blanc disparaît.

Le 14 février, Bernadette retourne à la grotte et voit apparaître la dame. Elle lui jette de l'eau bénite. La dame sourit, incline la tête et disparaît. Et cela va continuer comme ça pendant des semaines. Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, la vierge apparaîtra 18 fois à Bernadette Soubirous, mais à elle seule.

Jamais personne d'autre ne verra quoi que ce soit ...

Le dimanche 21 février, une centaine de personnes accompagnent Bernadette pour assister à la sixième apparition :

Bernadette Soubirous

Personne ne voit rien, à part Bernadette Soubirous. Le commissaire de police Jacomet interroge Bernadette sur ce qu'elle a vu. Elle se contente de répéter : « aquerò » (celà)

Le jeudi 25 février 1858, neuvième apparition. Trois cents personnes sont présentes. Bernadette explique que la dame lui demande de boire à la source. La foule l'accuse d'être folle et elle répond : « C'est pour les pécheurs ».

Le dimanche 28 février 1858, onzième apparition. Deux mille personnes assistent à l'extase de Bernadette qui prie, baise la terre, rampe sur les genoux. Le juge Ribes la menace de prison.

Jeudi 4 mars 1858, quinzième apparition. Environ huit mille personnes attendent un miracle à la grotte. La vision que Bernadette est toujours seule à voir reste silencieuse.

Jeudi 16 juillet 1858. C'est la dernière apparition. Une palissade interdit l'accès à la grotte. Bernadette franchit le Gave et voit la vierge exactement comme si elle se trouvait devant la grotte.

Bernadette Soubirous


Le 18 janvier 1862, Mgr Laurence, évêque de Tarbes, rend son avis favorable : « Nous jugeons que l'Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et les jours suivants, au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle, près de la ville de Lourdes ; que cette apparition revêt tous les caractères de la vérité, et que les fidèles sont fondés à la croire certaine. Nous soumettons humblement notre jugement au Jugement du Souverain Pontife, qui est chargé de gouverner l'Église universelle ».

Voilà comment Lourdes est devenue la ville touristique la plus fréquentée de la région. A cause d'une vision qu'une fille de quatorze ans a eu, devant une grotte au bord du Gave de Pau, sans que personne d'autre n'ait pu voir quoi que ce soit.

Cela se passait le 11 février 1858, il y a cent cinquante ans.

Pour en savoir plus :
1. Bernadette Soubirous (Wikipédia)

Crédit photos : University of Notre Dame, Three Lions et Wikipédia

Libellés :

2 Comments:

Blogger Patrick said...

Pour du marketing, c'est du bon marketing. Bravo au syndicat d'initiatives de l'époque !

A moins, évidemment, que...

mercredi, 13 février, 2008  
Blogger Luc said...

Pour ceux qui se demandent d'où Bernadette Soubirous a pu sortir cette histoire de Saint Vierge qui apparaît dans une grotte, voici la réponse. Elle avait 14 ans, et pour la préparation à sa première communion, c'est le curé de Bétharram qui s'occupait d'elle.

Or, à Bétharram il y a des grottes très célèbres, et en plus la tradition rapporte que la Vierge y sauva une jeune fille de la noyade en lui tendant un rameau sous le pont (bétharram signifie beau rameau en béarnais) et plus de quatre-vingt miracles y auraient été recensés au XVII° siècle.

Notons d'ailleurs que le chapelet que Bernadette Soubirous détenait lors de l'apparition de la Vierge à Lourdes provenait de Lestelle-Bétharram.

dimanche, 17 février, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home