Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 20 novembre 2011

Nouvelle mesure de neutrinos transluminiques



Le mois dernier, je vous avais annoncé qu'on avait mesuré des neutrinos qui dépassaient la vitesse lumière.

Eh bien, une nouvelle série de mesures a été effectuée, et ils retombent sur le même résultat, publié le 17 novembre 2011 : les neutrinos sont arrivés 58 nanosecondes plus vite que la vitesse lumière.

Alors, certes, ils ont affiné la technique en procédant cette fois-ci par courtes rafales de neutrinos. Mais quand même, ce résultat, même confirmé pose beaucoup de questions.

La première concerne la supernova SN 1987A située à 168 000 années-lumières dans le Grand Nuage de Magellan. Elle est apparue visible depuis la Terre en février 1987, et les neutrinos provenant de cette supernova sont arrivés 3 heures avant la lumière. Ceci s'explique aisément du fait que les neutrinos ont étés éjectés directement dans toutes les directions, alors que la lumière, intéragissant avec la matière de l'étoile, a mis plus de temps à partir. Ceci dit, si les neutrinos avaient été plus rapides que la lumière dans les proportions mesurées dans l'expérience Opera, ils auraient dû arriver plus de 4 ans avant la lumière !!!

Conclusion, dans la réalité, les neutrinos ne dépassent pas la vitesse de la lumière.

Alors, l'explication ? En voici une, parmi d'autres : le satellite qui a servi pour synchroniser l'expérience entre le CERN et Gran Sasso n'est pas géostationnaire. Il tourne en orbite autour de la Terre, et avec une vitesse non négligeable. Si l'on applique les lois de la relativité restreinte à l'expérience en prenant en compte la vitesse de déplacement de l'observateur, on obtient un décalage de ... 60 nanosecondes. ( lire "Time-of-flight between a Source and a Detector observed from a Satellite" - Cornell University )

Cherchez l'erreur !

Pour en savoir plus :
1. Measurement of the neutrino velocity with the OPERA detector in the CNGS beam - version 2 (Cornell University)
2. Scientists Report Second Sighting of Faster-Than-Light Neutrinos (The New York Times)
3. Des neutrinos dépassent la vitesse lumière (Chez Luc)
4. Physicists Offer Mundane Explanations for Faster-Than-Light Neutrinos (Wired Science)
5. Faster-than-light travel discovered? Slow down, folks (Bad Astronomy)

Crédit photo : acidmods

9 Comments:

Blogger Padraig said...

En bon français, "special relativity", ça se dit "relativité restreinte" - qui est le prélude à la "relativité générale".

Bah, si c'est un bête problème de satellite, c'est un peu décevant : il faudra encore attendre pour repousser un peu les limites de la Science... Comme les théories de Newton, celles d'Einstein sont faites pour expliquer le monde à une certaine échelle et à un certain moment, et pour expliquer le monde à d'autres échelles, et à d'autres moments, il faudra des théories complémentaires... La relativité générale n'est pas un dogme, on le sait, puisque c'est très loin d'être une "théorie du tout" qui concilierait en particulier la mécanique quantique et la gravitation. Pour ça, on attend toujours le prochain "super-Einstein"...

Ceci étant, la constance des "constantes universelles" (comme la vitesse de la lumière) m'est toujours apparue comme un phénomène "local". "Ailleurs" (certes, très loin d'ici), ça m'étonnerait bien que les "constantes" soient exactement les mêmes... Mais ça sera difficile d'y aller voir...

dimanche, 20 novembre, 2011  
Blogger Luc said...

Merci ! Heureusement que tu es là ! J'ai rectifié la boulette.

Bon, j'ai mentionné l'hypothèse du satellite évoquée dans wired science. Mais je pense quand même qu'ils ont dû vérifier ça de très près.

En tous cas, les mesures effectuées sur les supernovae semblent contredire ce résultat plutôt surprenant ...

dimanche, 20 novembre, 2011  
Blogger Jack said...

Enfin une bonne nouvelle, tout rentre dans l'ordre depuis que les lois fondamentales de la physique tremblaient sur leur bases, je dormais mal, toutes ces neutrinos supraluminiques me donnaient des cauchemars...ouf, je suis bien content.
Mais je suis encore plus content que nous ayons pas eu besoin de construire un tunnel entre Genève et Grand Sasso: car ça finit par couter cette chasse aux particules, que personne ne comprend (à part quelques génies)

dimanche, 20 novembre, 2011  
Blogger Jack said...

Un petit détail que tu as omis de mentionner les neutrinos de l'expérience n'ont pas la même "saveur" que ceux émis par la supernova...ce "détail" en est-il un?
(encore faudrait-il comprendre ce concept)

dimanche, 20 novembre, 2011  
Blogger Jack said...

Je viens de recevoir le dernier N° de S&A, le titre est "Premiers échos des mondes cachés".
On va encore en apprendre de belles!

jeudi, 24 novembre, 2011  
Anonymous MadCluster said...

Est-ce que quelqu'un ici connaît Michel Cassé? C'est un de mes maître à penser depuis plus de 25 ans...

lundi, 05 décembre, 2011  
Anonymous MadCluster said...

Ok, j'ai ma réponse : personne ne le connaît. Et c'est bien dommage.

dimanche, 12 février, 2012  
Blogger Luc said...

Apparemment, l'erreur de mesure serait dûe à un câble optique mal fixé, entre autres : Faster-than-light neutrino result reportedly a mistake caused by loose cable (ars technica)

dimanche, 04 mars, 2012  
Blogger Luc said...

L’expérience OPERA annonce une anomalie dans le temps de vol des neutrinos allant du CERN au Gran Sasso (CERN)

dimanche, 04 mars, 2012  

Publier un commentaire

<< Home