Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 13 février 2005

Hundertwasser




Friedrich Stowasser, né à Vienne en Autriche en 1928, s'est fait appeler Hundertwasser Friedensreich Regentag Dunkelbunt, un nom à rallonge qui évoque ses activités multiples en tant que peintre, architecte, écologiste et "éveilleur d'identités".

L'image ci-dessus est celle d'une maquette d'un projet de village où les toits des maisons seraient constitués de prairies, un peu comme le village des hobbits. Ce village existe vraiment et a été inauguré en 1997. C'est le Hot Springs Village, à Blumau en Styrie.

Parmi ses autres réalisations, celles de Plochingen et de Vienne font irrésistiblement penser à Gaudi.

Moi, j'aime bien ce personnage non-conformiste et ses réalisations colorées et lumineuses qui nous changent un peu de la grisaille de béton et d'acier qui est de rigueur dans ce début de millénaire ...

Pour en savoir plus :
1. Hundertwasser

Libellés :

8 Comments:

Blogger Aurélie said...

C'est marrant on dirait des maisons de Hobbits qui auraient passé trop de temps dans Alice au pays de merveille

dimanche, 13 février, 2005  
Blogger Patrick said...

Ouais... Vu que je ne suis pas un Hobbit, je ne suis pas sûr que j'y serais très confortable (sols ondulants, murs courbes, toiture humide... ). Mais, bon, c'est amusant quand même !

dimanche, 13 février, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Ouais,also...

Je suis toujours très mitigé quand je vois des partis pris de style hypermarqués sur des ouvrages aussi collectifs qu'une ville

Autant je me dis qu'il doit être insupportable de vivre dans des villes pas pensées un minimum sur le plan aménagement et "harmonie minimale", autant je me dis que la "complétude ab initio" doit être à la longue difficile à vivre

Il me semble que très souvent les architectes d'urbanisme, quelque soit leur talent et leur générosité enferment ceux qu'ils veulent aider.
Cet architecte aurait-il accepté de vivre deux an au moins dans son oeuvre? ( cf les commentaires de Patrick)

A l'opposé, le parti pris architectural au niveau individuel ( la maison, l'immeuble)me paraissent porteurs, tout simplement parcequ'elles engagent l'individu beaucoup plus intimement.

Je sais tout le monde ne peut pas... et que de fil en aiguille on finit au pavillon paramétrable de chez X- construction...

Il doit bien avoir une solution intermédiaire, ne serait que de transférer de la valeur du constructeur à l'architecte et soutenir cette profession qui crève et qui, du coup, ne peut exister que par le geste fort (trop parfois , cf supra)

De façon générale, la valeur n'est elle pas dans la capacité à faire gris clair/gris foncé plutot que blanc/noir. ( le petit plus , la nuance)....

Un ancien élève des Jésuites...

dimanche, 13 février, 2005  
Blogger Jack said...

On remarque que l'on peut marcher sur les toits et que rien n'empêche de tomber dans le vide...et oui, de ce point de vue les vraies maisons de hobbit c'est mieux.
Esthétiquement, j'aime bien : c'est tout le problème avec l'archi, çà implique tellement de choses, qu'on en oublie toujours au moins une...

dimanche, 13 février, 2005  
Blogger Axel said...

Moi ça me fait surtout penser aux immeubles des stations de ski... et c'est pas super beau les immeubles des stations de ski en vrai, même quand ils se "fondent" dans la nature avec 2m de neige sur les toits...

lundi, 14 février, 2005  
Blogger RENATAANAYA said...

encore un fois les formes sont les chefs de tout calification correcte...ce quoi correcte?qui est correcte?la meyeure maison? la meyeure personne de la planete? la meyeure ideologie? la meyeur idée? nous sommes libres!!!...encore. surtout de faire, parce que la practique, on sais, ce plus réel que la teorie.

mercredi, 23 avril, 2008  
Blogger Hervé said...

Bonjour,
Je vais partir absolument à l'opposé de Mr Piriac. Je suis étudiant en urbanisme & aménagement, pas architecture.
Hundertwasser disait :"l'art pour l'art est une abberation ; l'architecture pour l'architecture est un crime".
Cela montre bien à quel point il ne créait pas pour l'esthétique, mais bien pour la vie quotidienne. Ainsi, l'unité résidentielle de la municipalité de Vienne ("dite maison Hundertwasser") n'est ni gorgée d'humidité ni invivable, elle n'a ni le sol ondulant ni des murs courbes impropres à l'habitation...
A l'heure de la sanctification du développement durable, on oublie que cela n'allait pas de soi auparavant et qu'il a fallu des Hundertwasser pour s'opposer au mouvement moderne destructeur de Le Corbusier : béton, acier et verre.
Halte Garderie, Département d'oncologie, musée pour enfants, centrale thermique, ses actions sont symboliques certes mais pour l'architecte / peintre viennois la maison est la troisième peau de l'homme (après l'épiderme et le vêtement).
Enfin lorsque vous regardez des photos des maisons-collines vallonnées du village thermal de Blumau, en Styrie (1997), quel autre bâtiment pourrait mieux s'intégrer au paysage ? Est-il nécessaire de rappeler que la notion de protection du paysage est désormais inscrite dans la loi européenne et nationale et qu'un tel aménagement est le seul à concilier le développement et la protection.
Peut-être a t on pu prendre F. Stowasser pour un fou ou un excentrique il y a 40 ans mais espérons que maintenant les réactions ne se situent plus sur ce champ là.

dimanche, 15 novembre, 2009  
Anonymous andira el khoury de montreal,quebec said...

ce cher Hunterwasser, a l'audace simple de marier son art,ses dessins,les contour,la peinture l'architecture. Il ose...voila c'est fantastique.

dimanche, 09 janvier, 2011  

Enregistrer un commentaire

<< Home