Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 26 février 2005

Qui veut la peau de Roger Rabbit

Voici 10 jours que l’on nous pompe l’air avec cette histoire d'appart.
Moi ce qui m’intéresse c’est ce que fait le ministre, sa politique car là où il se trouve, je parle du ministre des finances en général, s’il ne fout rien, çà va nous coûter autrement plus cher qu’un très très grand appartement parisien…
Je suis pourtant de ceux qui pensent que l’exemple devrait venir d’en haut.
Mais personne ne trouve à redire au fait que son successeur gagna 900K€ par an contre 130 comme ministre (il va falloir qu’il s’accorde des facilités de paiement pour ses impôts 2004).
A force d’amuser le peuple avec des chiffons rouges, nos politiques vont bien finir par ridiculiser tout à fait la démocratie. Mais nos élus sont-ils des démocrates où des démagogues : ce n’est pas tout à fait la même chose.
NB : France Telecom est une entreprise publique.
Le Canard Enchaîné, journal satirique paraissant le Mercredi, comme chacun sait ne cite jamais ses sources, dommage : nous saurions qui voulait la peau du ministre.

12 Comments:

Blogger Patrick said...

Je suis tout à fait de l'avis de Jack. Qu'un ministre soit très bien logé ne me choque pas le moins du monde. En fait, je trouve que, de façon générale, nos dirigeants ne sont pas assez payés. En quoi leur charge est-elle moins lourde que celle des grands patrons d'industrie ? Résultat, il faut qu'ils magouillent et qu'ils pompent dans des caisses noires et qu'ils recoivent des "enveloppes" ou des pots-de-vin pour tenir le train de vie qui correspond à leur rang. Moi, je suis d'avis qu'il faut quadrupler leurs salaires - mais de ce moment, plus question de caisses noires, de pots-de-vin ou quoi que ce soit... Et ce que je dis tiens pour toutes les fonctions, depuis celle des maires - pensez que l'indemnité de fonction d'un maire de petit patelin est inféreure au SMIC, alors que ça demande un réel travail ? C'est tout simplement scandaleux. Donc, je voudrais des élus payés convenablement, et des ministres payés comme des patrons d'industrie. Je pense que ça assainirait le paysage politique...

samedi, 26 février, 2005  
Blogger Luc said...

Franchement, je ne sais pas quoi penser de cette affaire ...

Hervé Gaymard, vendredi soir au 20 heures de TF1, il avait l'air sympa d'un brave honnête homme à qui on avait fait des misères. Est-ce que le fait qui ait l'air d'un honnête homme signifie que (1) il est vraiment un honnête homme, et (2) il est un bon ministre des finances ? Je pense que non, bien que ce soit quand même un signe plutôt positif.

Alors ?

Eh bien, un grand patron qui gère une grande entreprise dont dépend des dizaine de millers d'emplois, il doit être super bon, et donc super bien payé. Pas de problème ici.

Un ministre des finances aussi. Mais là où le bât blesse, c'est quand l'homme politique vient nous servir un discours, et que son comportement perso ne colle plus avec le discours. Là, il perd instantannément toute crédibilité.

Un ministre des finances pas crédible, c'est un mauvais ministre des finances, je pense. Même si il est sympa.

Je pense que ce qui lui a fait le plus de mal, c'est pas l'article du Canard (hebdomaidaire satyrique paraissant le mercredi), c'est Paris Match, avec son "interview" d'Hervé Gaymard disant : "Evidemment, si je n'étais pas le fils d'un cordonnier-marchand de chaussures, si j'étais un grand bourgeois, je n'aurais pas de problème de logement. Je serais propriétaire de mon appart et il n'y aurait pas toute cette affaire".

Alors, quand ensuite on apprend que, en plus de ses maisons en Savoie et en Bretagne il possède un appartement de 250m2 dans Paris, et qu'il paye l'ISF, ça fait désordre....

Vendredi soir au 20h de TF1, il a démenti avoir dit ça. De son côté, Paris Match maintient qui'l a dit ça. Il l'a dit ? Il l'a pas dit ?

Ce qui est sûr, c'est que pour être homme politique, il faut avoir un vrai feeling que ce qui peut se faire ou pas (même en restant à 100% dans la légalité), et en plus, il faut savoir gérer une situation de crise quand elle se présente.

Hervé Gaymard, c'est peut être un bon, mais, faut reconnaître, sur ces deux critères, il a eu tout faux ! Dommage pour lui ...

dimanche, 27 février, 2005  
Blogger Jack said...

Luc,
D'abord tu te méprends sur mes intentions, je ne trouve pas ce ministre là plus sympa qu'un autre.Et je ne regarde pas TF1...en général.
Mon propos est ailleurs, il s'agit de l'abrutissement des masses avec la démagogie qui à mes yeux est le contraire de la démocratie, et remplace de plus en plus la véritable action politique, celle qui agit sur la société et la fait bouger dans le bon sens.
Démagogie qui fait que plus nombreux chaque jour sont ceux qui se désintéressent de la politique, nos médias portent ici une lourde responsabilité en régalant les lecteurs de faits divers faciles.
Tout cela caresse le bon peuple dans le sens de l'illusion égalitaire...
Les hommes ne sont pas égaux, l'égalité révolutionnaire écrite sur nos pièces de monnaie est l'égalité des chances au sens de l'abolition des privilèges qui comme chacun sait étaient exorbitants et transmis de père en fils.
Le fait qu'on paye un bel apart à un ministre pour la durée de son mandat n'a rien d'un privilège exorbitant, et n'aurait même pas choqué un révolutionnaire de la première heure.
T'es tu demandé combien on pourrait louer l'Élysée, ou bien l'apart de Raffarin à Matignon ? Allons, distinguons l'accessoire du principal.
Ils pourraient aussi habiter Cergy et venir bosser en RER...?

Ceci étant dit : c'est vrai, il s'est très mal défendu.

dimanche, 27 février, 2005  
Blogger Aurélie said...

Le plus nul dans cette histoire à mon sens, ce sont les kilomètres de langues de vipère qui ont sauté sur l'occas pour bien l'enfoncer alors qu'ils habitent tous..dans le 93? Ah non dans les beaux quartiers de Paris Si y'a un truc vraiment infect (plus que les mensonges à 2 sous contredits le lendemain dans la presse) c'est la démagogie

dimanche, 27 février, 2005  
Blogger Patrick said...

Dans les pays anglo-saxons, c'est les affaires de cul qui font tomber les ministres. Ici, d'avoir une ou deux maîtresses, c'est plutôt bien vu. En France, les ministres tombent surtout pour des questions d'argent... L'argent serait-il plus tabou que le sexe ? Vieux résidu de notre culture Catholique ! (Isn't that true, Allison ?)

dimanche, 27 février, 2005  
Blogger Patrick said...

Le journal breton "Le Télégramme" de samedi dernier a publié une photo de l'objet du délit. Je ne résiste pas à la partager avec vous. Voyez donc ici : http://transatlantic.free.fr/Maison%20Gaymard.jpg

Il est clair que ce palais ostentatoire était une injure aux classes laborieuses qui triment durement pour acquérir leur petit "chez-moi". La démission du ministre était donc parfaitement justifiée. On aurait même dû le mener à la guillotine.

Très de plaisanterie, de qui se moque-t-on, ici... La vocation de la presse est-elle de pousser les ministres dehors, en les menant dans des pièges d'où seuls les plus retords peuvent s'échapper ? Non, décidément, cette histoire ne me semble pas à l'honneur de la presse. Et ce Gaymard dont je ne connaissais même pas l'existence auparavant me semble tout à coup plus sympathique !

lundi, 28 février, 2005  
Blogger Luc said...

Hé hé ... Quand on voit son palais breton (effectivement j'avais déjà vu la photo) le Gaymard parait tout de suite plus sympa !

En ce qui concerne ton post précédent sur le sexe et les maîtresses des hommes de pouvoir, qu'est-ce qui se passe ? C'est l'annonce des fiançailles de Charles et Camilla qui te met dans cet état ? :-)

lundi, 28 février, 2005  
Blogger Jack said...

Je suis content, je vois que vous étes maintenant convertis à l'idée que cette pantalonnade, ne met pas notre presse à l'honneur.
Quand on ne recherche que l'audience on tombe forcémént dans la fange.
Mais certains, moins médiocres que d'autres réussissent à faire de l'audience sans forcément flatter les vilains sentiments que sont l'envie et la convoitise.
Maintenant qu'ils ont bien mis le bazard, avec cette histoire (nos journalistes), ne devrait-ils pas tenter de se racheter en s'interessant au titre de ce post : mais qui voulais la peau du ministre ?
Voici une question plus digne de notre intérêt, même si l'on sait déjà qu'en politique tous les moyens sont bons pour se faire une place.

mardi, 01 mars, 2005  
Blogger Patrick said...

Le "Canard" de ce mercredi s'en prend maintenant à J.F. Copé, sous prétexte que l'appartement qu'il vient d'acquérir fait 184 m2 et non pas 160 m2...

La liberté de la presse, c'est bien. La connerie, c'est pas bien...

Je trouve.

mercredi, 02 mars, 2005  
Blogger Jack said...

T'en as combien des m² à Audierne, çà pourrait peut-être interesser le canard.
Je te trouve très mignon ce soir...

mercredi, 02 mars, 2005  
Blogger Jack said...

Je trouve qu'il y a une phrase particuliérement irrésistible dans la lettre que l'ex ministre nous adresse avec la déclaration d'impôt.
A bien y réfléchir, le fait que ces millions de formulaires étaient imprimés et sur le point d'être expédiés a effectivement rendu la situation du ministre intenable.
Pas un Euro...qui dit.
A force de dire n'importe quoi on se fait piéger!

samedi, 05 mars, 2005  
Blogger Luc said...

A propos de cette affaire, trois liens rigolos à aller voir de toute urgence :
1. Article complet: Alluciné (bien lire le résumé)
2. Vite! un Riad pour M. Gaymard3. Vite! Un riad pour Gaymard - II

mardi, 08 mars, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home