Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 22 février 2005

Le prix des transports absurdes



Une association suisse, "l'initiatives des alpes", décerne chaque année un prix à une entreprise qui génère des transports absurdes provoquant un trafic inutile.

Pour 2004, le prix est allé à la société française Délifrance, géant de la boulangerie. Ils fabriquent en particulier des pains précuits aux Pays-Bas et leur font parcourir ensuite 700 kilomètres par la route pour être vendus en Suisse.

Mais les autres nominés ne sont pas mal non plus, comme cette société norvégienne de pêche à la crevette qui embarque des crevettes fraîches en camion frigorifique, leur fait traverser l'Europe du Nord au Sud, s'embarquer sur un Ferry pour rejoindre le Maroc, où les crevettes sont décortiquées par une main d'oeuvre chichement payée. Ces mêmes crevettes font alors le chemin inverse pour se retrouver sur les marchés d'Oslo ! L'histoire ne dit pas si lesdites crevettes décortiquées sont qualifiées de "pêche du jour" ! Si ça se trouve, d'ailleurs, un mareyeur espagnol va alors en acheter un lot et le faire retransporter vers l'Espagne !

Décidément, il y a quelque chose qui ne va pas avec le coût des transports, pour que de telles inepties puissent exister !

Pour en savoir plus : site de "l'initiatives des alpes" : Les transports absurdes

4 Comments:

Blogger Patrick said...

Pour compléter mon propos, j'ai été surpris de voir sur le port du Guilvinec dans le Finistère des camions frigorifiques espagnols... Les mareyeurs espagnols font leurs emplettes à la criée vers 17 heures, et tout ça part gentiment en Espagne par la route le soir même... Les Espagnols manquent-ils si cruellement de façade maritime pour devoir venir acheter du poisson en Bretagne ? Bien sûr, je suis content pour les pêcheurs bretons, mais enfin, il y a un peu d'absurdité là aussi !

mercredi, 23 février, 2005  
Blogger Luc said...

Effectivement, tout ça est fort absurde, et il y en aurait beaucoup à dire sur les aberrations où nous entraînent la course effrenée à la main d'oeuvre pas chère !

Mais tout cela n'aura qu'un temps, comme je le faisait remarquer à Jack à propos de son post "Faut-il tout fabriquer en Chine ?" ...

mercredi, 23 février, 2005  
Blogger Jack said...

Voici un sujet qui me branche bien…
Des histoires de transports idiots, il y en a des milliers, c’est juste parce que à l’évidence le carburant et le réseau routier n’est pas facturé à son juste prix, et ce n’est pas le juste prix, parce c’est la loi de l’offre et de la demande à l’instant t qui gouverne les prix, prix qui ne prennent absolument pas en compte la rareté de l’énergie consommée à moyen terme, car la loi qui règne aujourd’hui est celle du hold-up : « je prends le fric et je me casse ».
Mais là je déconne encore en confondant morale et économie : 2 domaines sans aucun point commun : sais pas pourquoi, j’y arrive pas.

mercredi, 23 février, 2005  
Blogger Nicole C said...

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

jeudi, 17 juin, 2010  

Enregistrer un commentaire

<< Home