Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 28 mai 2005

OUI ? NON ? Comment se déterminer ?



Je vous propose une manière originale de vous déterminer pour le OUI ou pour le NON.

Votons pour ou contre les hommes politiques qui soutiennent l’une ou l’autre option. On vote pour ce qu’ils prônent si on les aime bien, et contre ce qu’ils prônent si on ne leur fait pas confiance.

Pour ce qui me concerne :

o Je n’ai jamais aimé Chirac, je voterai donc contre ce qu’il propose, c’est à dire que je voterai NON.
o Je n’aime pas, mais alors pas du tout, cet opportuniste de Fabius. Donc je voterai OUI.
o Je n’aime pas non plus Emmanuelli. Ca nous fait un OUI.
o Hollande, ma foi, il me semble s’être amélioré. Il dit OUI, je voterai OUI.
o Jospin dit OUI, je le trouve honnête. C’est OUI
o Le Pen dit NON, pas d’hésitation, je voterai OUI.
o Pareil pour De Villiers. C’est OUI.
o Ce dinosaure de Pasqua dit NON, donc je voterai OUI.
o Strauss Kahn dit OUI, je l’aime bien, ce sera OUI.
o Raffarin (le lampiste) est viré, alors ça ne compte pas.
o Le beau parleur de salon De Villepin dit OUI, alors ce sera NON pour moi.
o Sarkosi dit OUI, mais il me fait peur, ça sera NON.
o Giscard dit OUI. Il n’est pas toujours habile, mais je le trouve censé, ce sera OUI.
o Besancenot dit NON, ce sera OUI.
o Buffet du Parti Communiste Français (ça existe encore, ça ? Ils voudraient sans doute une Europe soviétisée ?) dit NON, ce sera OUI pour moi.
o Delors dit OUI, Il est maladroit mais raisonnable, ce sera OUI.
o En joker, Dany Le Vert dit OUI, et je l’aime bien. Ca fait un OUI de plus.
o Et en deuxième Joker, l’Abbé Pierre dit que quand on ne sait pas, il faut se référer à quelqu’un en qui on a confiance sur la question, style Delors – je suis d’accord avec ce point de vue, ça fait un OUI de plus.

Alors, voyons voir, faisons les comptes. Je pose mon 6 et je retiens 3… Il y a trois NON, et quatorze OUI. Bon, c’est clair, pas d’hésitation, mon choix est fait. Je sais quoi voter demain.

Et vous ?

3 Comments:

Blogger Luc said...

C'est un peu la démarche que j'avais décrite dans ma note A quoi servent les politiques ?. Nos députés, que nous avons élus en 2002, qui sont censés parler en notre nom, se sont déclarés pour le "oui" à 91,3%

Donc, quelque soit notre appartenance politique, si on les suit, on arrive irréfutablement au "oui".

Mais c'est vrai que ton approche est quand même un peu différente. Donc, allons-y :

- Ceux que j'aime bien et qui sont pour le "oui" : Chirac, Hollande, Kouchner, Cohn-Bendit, Sarkozy, Voynet, Abbé Pierre, Simone Weil. => 8 "oui"
- Ceux que j'aime bien et qui sont pour le "non" : personne.
- Ceux que j'aime pas et qui sont pour le "oui" : Jospin, de Villepin, Giscard, Delors, Mamère, Bayrou, Raffarin. => 7 "non".
- Ceux que j'aime pas et qui sont pour le "non" : Le Pen, Fabius, de Villiers, Pasqua, Maigret, Emmanuelli, Buffet, Besancenot. => 8 "oui"

Donc, je vote "oui" à 16 voix contre 7.

(je n'ai pas listé DSK et Delors, parceque je n'ai pas pu les caser dans "j'aime" ou "j'aime pas".)

samedi, 28 mai, 2005  
Blogger JR said...

J'ai répondu (en gros) sur mon blog

samedi, 28 mai, 2005  
Blogger Jack said...

Curieux, dans le Fig Mag, ils ont fait tout une collection de célébrité qui disent oui ou non, toi tu n'as mis que des politiques (;>), eux n'ont pas eu peur de mettre à peu prés n'importe qui...
Tu sais ce que je pense de cette manière de former son opinion, c'est sans doute pas idiot, mais çà reste du suivisme.
Pour ceux qui n'ont pas le temps, c'est une solution et comme du temps il n'en reste plus beaucoup... finalement.

samedi, 28 mai, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home