Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 13 juin 2005

Le statut de l'Embryon italien

Quelles prospectives s'ouvraient en Italie et en Europe, pour la recherche, les couples, les femmes et le droit à l'avortement, si le 12 et 13 juin, les citoyens italiens arrivaient, par leur vote à abroger certains articles d'une loi qui, de fait, reconnaît à l'ovocyte fécondé le statut d'individu et empêche les couples ayant des problèmes de fertilité d'accéder à une assistance médicale efficace !

Le Parlement italien avait adopté en décembre 2003 une loi restrictive sur la fécondation assistée.
Les opposants à cette législation ont réuni quatre millions de signatures pour organiser une consultation populaire.
Deux prix Nobel de médecine, Rita Levi Montalcini et Renato Dulbecco, ainsi que des centaines de scientifiques italiens ont appelé leurs compatriotes à voter "oui" (les 12 et 13 juin) lors d'un référendum proposant l'abrogation des quatre articles particulièrement restrictifs ci-dessous:

1. En limitant à 3 le nombre d'ovocytes fécondables et en interdisant la congélation des embryons, cette loi augmente les risques sanitaires pour la mère (l'obligeant à des traitements répétés dangereux pour sa santé) et diminue, selon les scientifiques, les probabilités de succès.

2. Tout diagnostic pré-implantatoire y est proscrit, ce qui empêche les couples souffrant de maladies héréditaires de choisir parmi les embryons fécondés in vitro celui ou ceux qui sont sains.

3. La loi reconnaît le statut juridique de l'embryon (probablement un « cheval de Troie » pour une prochaine remise en cause du droit à l'avortement...) et limite la recherche scientifique dans ce domaine.

4. La loi interdit le recours à tout donneur extérieur, ce qui empêche beaucoup de couples stériles d'avoir des enfants, et ce même si l'un des deux partenaires peut être parent biologique.

Cette législation ne fait que respecter le bon vouloir de la hiérarchie vaticane, et non les droits les plus élémentaires de l'être humain !

La participation n'a pas atteint les 50% le référendum est considéré comme nul.

= Larges Extraits de revoltes.free


Tout cela parce qu’un génycologue fit faire des enfants à des dames en âge d’être arrière grand mère, quel scandale… personne ne se scandalise quand des vieillards bien plus âgés encore continuent de procréer, « naturellement ».
C’est sans doute pour les mêmes raisons obscures, que l’église continue de tenir la femme comme fidèle de seconde zone et refuse tout changement.

4 Comments:

Blogger lyssy said...

Pour être italienne et connaître un peu les opinions de certains de mes compatriotes, je ne pense pas qu'ils accepteront autant de restrictions même si l'opinion du Vatican est très présente dans les mentalités italiennes.
Espérons le en tout cas

mardi, 14 juin, 2005  
Blogger Luc said...

Effectivement, ce référendum populaire a été foutu par terre par la volonté du "panzer pope", j'ai nommé Benoît XVI, qui a prôné l'abstention, et donc invalidé le référendum.

En effet, suite aux consignes du Vatican, le taux de participation n'a été que de 25,9% !

mardi, 14 juin, 2005  
Blogger Jack said...

@ Lyssy,
Sicuro que les Italiens ne vont pas se laisser em... par des lois rétrogrades. Il n'empêche qu'ils devront fuir à l'étranger pour pratiquer ce que la loi italienne leur interdit en Italie. Les moins nantis devant subir la loi italienne. Tout comme dans les années 60 certaines françaises allaient se faire faire des IVG en Angleterre. (les nanties)
@Luc.
En effet Luc la question pour l'église reste la même, se situe-t-elle au-dessus de la mêlée énonçant de Saints principes ou bien s'intègre-t-elle pour de bon dans la société pour agir et l'améliorer?
Si c'est la cas N°1 elle n'intervient pas dans le débat politique.
Si c'est le cas N°2 elle commence par s'appliquer à elle-même quelques notions de base en réformant sa propre organisation misogyne et rétro.
Bref de quoi je me mèle…

mardi, 14 juin, 2005  
Blogger Patrick said...

Encore le genre de sujet sur lequel il vaut mieux ne pas poser la question au peuple... A-t-on fait un referendum sur l`avortement ? Certainement pas : la loi Veil est passée devant le parlement, et puis voila. C`est par la voie Parlememtaire que la loi pourra etre modifiee...

Pourtant, dans le cas présent, on peut quand même s`étonner du point 4 relatif a un diagnostic pre-implantatoire : si un diagnostic est autorise, ça ouvre toute grande la voie a l`eugénisme positif (choix des caractères de l`enfant a venir - style je ne veux qu`un grand blond male avec QI>130). Ou alors il faut préciser les cas autorises (fort risque héréditaire avere).

Quant a l`intrusion de l`église dans ce genre de débat, elle ne me choque pas. Sa voix apporte un éclairage contradictoire qui n`est pas malsain - libre a chacun de se déterminer ensuite...

vendredi, 17 juin, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home