Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 2 octobre 2005

Yahoo! envoie Shi Tao en prison pour dix ans



Shi Tao, journaliste chinois au « Dangdai Shang Bao » (« Les Nouvelles financières contemporaines »), a été condamné en avril 2005 à 10 ans de prison par un tribunal de Changsha pour avoir « divulgué à l'étranger des secrets d'État ».

Selon les autorités, le journaliste a diffusé, sur des sites basés à l’étranger, une note interne transmise à sa rédaction par les autorités qui mettait en garde les journalistes contre les dangers d’une déstabilisation sociale et les risques liés au retour de certains dissidents à l’occasion du quinzième anniversaire du massacre de la place Tiananmen. Lors du procès, la Sécurité d’Etat a confirmé qu’il s’agissait d’un document « Jue Mi » (top secret). Shi Tao a reconnu avoir envoyé ce document par e-mail mais a contesté son caractère secret.

On vient seulement d’apprendre que l’arrestation de Shi Tao a été rendue possible par sa dénonciation par la filiale de Yahoo! basée à Hong Kong. "Déjà collaborateur zélé de la censure, Yahoo! devient auxiliaire de la police chinoise", estime « Reporters sans frontières ». En Chine, les mots tels que "Liberté" ou "Démocratie" sont en effet bannis du Net et les auteurs subversifs dûment traqués…

Le Président de Yahoo! se justifie en déclarant qu’ils se conforment aux lois des pays où ils opèrent.

Bon, bien… Il faut le savoir…

Pour en savoir plus : Reporters sans frontières .

8 Comments:

Blogger Luc said...

Je ne sais pas ce qui est le plus écoeurant : le régime totalitaire Chinois ou l'attitude de collabo de Yahoo Hong Kong ...

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

1. La liberté d'expression et la sécurité sont des droits fondamentaux des individus.le fameux article 11 inscrit au bas de notre blog ( respect de la loi)en rappelle les limites.
Les systèmes démocratiques ont cette vertu de les faire progresser non pas l'une contre l'autre, mais l'une avec l'autre.

Seulement voila,... les gouvernances humaines étant géographiques ( les états, les régions,..), cette démocratie ne parvient pas au meme rythme partout et et en attendant les règles locales s'appliquent avec parfois des déséquilibres securité/libertés difficilement compréhensibles pour nous, veinards de la démocratie
Au delà des acccérateurs que sont Internet, l'entrée des pays concernés dans les institutions internationales type ONU, OMC, etc..,le développement d'économie de marchés et l'apparition de classes moyennes n'est elle pas le facteur déclenchant de l'intérieur? Ils sont plus longs mais inéluctables, me semble-t-il.


2. Pour ce qui concerne les pratiques de Yahoo,et ses droits et devoirs à l'égard des droits régionaux,; j'ai essayé de regarder ce que disait les discussions sur la gouvernance d'Internet.
L'ONU est en effet en train de réfléchir à tout cela en ce moment et vient de publier un texte
( cf http://www.wgig.org/docs/WGIGReport-French.doc)
http://smsi.francophonie.org/IMG/pdf/icann-klein.pdf
http://www.comunica-ch.net/article.php3?id_article=220

En fait, on y comprend
-qu'il est bien difficile de définir une notion de gouvernance global d'une part
-que l'enjeu prioritaire du moment est la migration d'une gouverance INCANN ( USA ) vers une gouvernance multilatérale.( ONU) et que ca bataille ferme
- que meme dans cette éventualité, les questions de sécurité et de liberté d'expression étant du ressort des nations , elles ne sont pas peu traités par cette gouvernance. ( 4/ 5 lignes au plus)
L'ONU ne peut que proposer des scénarios et renvoyer les parties prenantes à leur responsabilités. Les questions de développement des libertés individuelles étant laissé à la responsabilité des sociétés civiles. ( les entreprises privées n'étant responsables que de développer les bonnes pratiques.). C'est frustrant, mais c'est le prix, visiblement élevé, de la confiance en la susbsidiarité et en la responsabilité..

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Luc said...

Remarque, la liberté d'expression dans l'amérique de Bush c'est pas mieux : Judith Miller, journaliste au New York Times vient de passer cet été en prison pour avoir refusé de citer ses sources dans le scandale de la Maison Blanche qui a donné le nom d'un agent secret de la CIA.

Comme tu dis, ça dépend des pays. Vaut mieux pas être journaliste en Chine ou aux USA par les temps qui courent ...

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Luc said...

Et en Italie, c'est encore autre chose : Berlusconi possède les trois plus grandes chaines de TV privées et contrôle la TV publique.

Pour te faire une idée, imagine, juste un instant que Chirac possède personnellement TF1, M6 et Canal +. Tu crois un instant que les guignols de l'info existeraient toujours ?

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

A la lecture des articles en question, je me garderai bien de considérer Judith Miller comme une martyr.C'est loin d'être aussi clair en tous cas pour l'instant, si j'en crois le ping pong entre Independant et New York times..

Pour ce qui concerne nos amis italiens, il faut comprendre, Luc!: plus les effets d'échelle jouent dans la télé, plus on peut voir ( a cout moindre) du foot, de talk show et de belles italiennes. Tu ferais quoi toi à leur place.? :)

Nous c'est la grogne au comptoir; eux c'est Du cirque et des jeux, n a tous notre atavisme culturel!

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Jack said...

Mes chers amis,
Je vous trouve assez « tendres », tout le monde regarde ailleurs quand il s’agit de voir la vérité crue et nue à propos de la Chine, car c’est « le plus grand marché du monde » (tu parles !)
Yaoo veut faire des affaires avec la Chine, à partir de là, il doit oublier tous les beaux principes qui règnent dans une bonne démocratie : vous savez tous que le business et la morale sont des domaines disjoints.
Lorsque je fais du transfert de technologie en détruisant des emplois dans mon pays d’origine suis-je moins cynique ?
Seuls les hommes ont une conscience (et encore pas tous), pas les businessmen, çà se saurait.

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

C'est vrai, Philippe, le cas de Judith Miller est moins limpide qu'on pourrait le penser de prime abord...

Elle semble avoir activement fait en 2003 de la désinformation à travers son journal au sujet des armes de Saddam - ce qui a pour le moins facilité l'entrée en guerre de Bush. Etait-elle manipulée ? Etait-ce ses convictions qui l'ont poussé à raconter des choses qui n'étaient pas vraies ? A-t-elle été "légère" dans la vérification de ses sources ? La liberté de la presse implique quand même, je pense, le respect d'une éthique qui interdit de raconter n'importe quoi, surtout quand une guerre est en jeu...

Quoi qu'il en soit, elle est en prison pour autre chose - non-dénonciation de source - ce qui met en effet en cause l'indépendance de la presse...

lundi, 03 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

On a évoqué à propos de l'emprisonnement du journaliste chinois Shi Tao le cas de Judith Miller, journaliste du New York Times, qui avait passé 85 jours sous les verrous...

Son journal vient de la traiter de "femme de destruction massive" à la une de son édition de samedi dernier...

Un peu tard pour s'apercevoir qu'on a imprimé des mensonges qui ont favorisé une entrée en guerre...

lundi, 24 octobre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home