Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 24 septembre 2005

L'Intelligent Design au tribunal



Katie et Britanny attendent le bus en face de leur école à Dover en Pennsylvanie.

Cette école a été la première à rendre obligatoire l'enseignement de l'intelligent design dans les cours de biologie en novembre 2004. L'intelligent design, c'est la théorie comme quoi l'univers a été créé par une entité supérieurement intelligente, Dieu, pour ne pas le nommer, théorie qu'on appelle aussi le créationisme. C'est par exemple ce qui est raconté dans le premier livre de la Bible, la Genèse, prise au pied de la lettre (vous savez, la Terre qui a été crée en 7 jours). D'ailleurs, on peut trouver sur le site de l'école de Dover la lettre que chaque parent a reçu à ce sujet. La lecture de cette lettre donne un peu le vertige ...

Eh bien, 11 parents ont porté plainte, et un procès va s'ouvrir lundi matin à Harrisburg, Pennsylvanie, pour tenter de maintenir le principe de la séparation de l'église et de l'état, qui interdit d'enseigner des concepts religieux dans les écoles publiques.

On se souvient que Bush, dans son infinie sagesse, avait déclaré quj'il était favorable à l'enseignement de l'intelligent design à l'école publique.

Cette fois-ci, pour la première fois, l'American Association for the Advancement of Science, la plus grande organisation scientifique du monde, se réveille et prend parti. Dans un communiqué officiel, l'AAAS déclare que la religion doit rester en dehors des cours de science, et qu'il est important que la cour fédérale de Pennsylvanie donne raison aux parents et annule la décision de l'école publique de Dover d'enseigner l'intelligent design.

Il faut saluer cette tardive prise de position contre l'obscurantisme Bushien dans lequel les USA s'enfoncent tout doucement, sans s'en rendre compte. Mieux vaux tard que jamais !

Peut-être, après tout, Katie et Britanny vont-elles bénéficier malgré tout d'un enseignement digne de ce nom.

Pour en savoir plus :
1. New evolution spat in schools goes to court (CNN)
2. Intelligent Design on Trial (AAAS)
3. ‘Intelligent design’ faces first big court test (MSNBC)
4. School board OKs challenges to evolution (MSNBC)
5. Letter--Biology Curriculum-- (Dover Area School Disctric)
6. Bush veut faire enseigner le créationisme à l'école dans les cours de science (Chez Luc)
7. Intellligent geography (Chez Luc)
8. The Flying Spaghetti Monster (Chez Luc)
9. Museum of Earth History (Chez Luc)

Crédit photo : Carolyn Kaster / AP

Libellés : ,

13 Comments:

Blogger Patrick said...

"Much ado for nothing", comme dirait Shakespeare...

Le Darwinissme et l'ID ne diffèrent que par la nature du "moteur" des mutations qui génèrent l'évolution. Hasard pour le premier, Intelligence externe pour le second. Il est tout aussi difficile de prouver le rôle du hazard que celui d'une intelligence supérieure. Alors, pourquoi privilégier l'un sur l'autre, sauf à faire preuve d'intolérance ?

Quand à la lettre du directeur de l'école, elle se présente en fait comme une dispense d'assister aux 3 minutes d'introduction au cours de biologie où il est question de l'ID...

"Much ado for nothing"...

Je suis néanmoins curieux de savoir le verdict. A mon avis, c'est pas gagné ni pour les uns ni pour les autres...

samedi, 24 septembre, 2005  
Blogger Jack said...

Je ne trouve pas qu'il s'agit de bruit pour rien. La constitution des EU n'est pas celle d'une répubique islamique et ce serait bien que le principe de laïcité continue d'être respecté dans ses écoles. Et je ne suis pas sûr du tout qu'il s'agisse seulement de remplacer le hasard par Dieu (à propos moi j'écris hasard avec un s, pas avec un z comme belzebul).
Je trouve curieux de devoir demander l'avis des parents sur le contenu de l'enseignement.
En suivant cette pente là, le métier d'enseignant vas devenir trés trés difficile.

dimanche, 25 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Au fait, voici une excellente occasion de préciser en quoi la théorie de l'évolution n'est qu'une théorie.

Très tôt, une objection a été faite à Darwin, à laquelle il n'a pas su répondre, ni personne après lui. Darwin a postulé que l'évolution naît de mutations engendrées par le hasard, et que la "sélection naturelle" sélectionne les mutations les plus favorables à la survie.

L'objection qui a été faite est qu'une seule mutation chez un seul individu avait toutes les chances d'être récessive, et de disparaître après quelques générations. A l'époque, l'exemple avait été pris de l'introduction d'un homme de couleur noire dans une communauté blanche. Au bout de quelques générations, le caractère noir se trouvait "effacé". La génétique moderne indique que les choses sont plus complexes qu'il n'y paraît, mais elle n'apporte néanmoins pas de réponse satisfaisante au problème posé.

Certains ont balayé l'objection d'un geste dédaigneux en disant qu'il suffisait que ladite mutation intervienne simultanément chez plusieurs individus qui, en se reproduisant entre eux, permettent au caractère de se perpétrer... Mais à l'analyse, ça n'est que repousser le problème d'une ou deux générations...

Donc, la théorie de Darwin est séduisante, mais elle comporte encore des zones d'ombre, ces "gaps in the theory" dont parle le directeur de l'école de Denver...

Présenter la théorie de Darwin comme une certitude scientifique est donc presque aussi critiquable que d'évoquer une possible force externe qui guide l'évolution...

P.S. : Merci, Jack, d'avoir corrigé mon anglicisme sur le mot HASARD ! En anglais, on écrit HAZARD, mais ça veut plutôt dire "danger, risque" que "hasard".

lundi, 26 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Une autre objection a été faite à Darwin, c'est qu’un processus de sélection ne crée pas de nouvelles espèces. Par exemple on peut certes créer de nouvelles races de chien par sélection (on obtient alors différentes races depuis le Chihuahua jusqu'au St Bernard), mais ça reste des chiens. Et si on laisse joyeusement se croiser toutes ces races, on retombe sur le chien originel, Canis Lupus...

La théorie de Darwin est plausible mais certainement incomplète... Ce qui n'implique pas la véracité de l'ID, bien entendu !

mardi, 27 septembre, 2005  
Blogger Luc said...

Cet article a été repris dans VoxDei.

Je suis pas sûs si j'aime ou j'aime pas ...

Croyez vous que je tombe dans la rubrique des informations ayant trait à l'oeuvre de l'ennemi, ou encore des prophéties ou messages ressortissant manifestement de l'apostasie religieuse, seront considérés comme des informations pouvant être utiles aux disciples de Jésus-Christ, afin de les mettre en garde contre la séduction spirituelle actuelle. ????

vendredi, 30 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Luc, tu es maintenant clairement identifié comme un suppôt de Satan ! Ne sens-tu pas déjà les flammes de l'enfer te lécher les orteils ?

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Luc said...

Ben oui : ça chatouille plutôt, ça ne sent pas encore le cochon grillé !

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Jack said...

Peux-t-on revenir sur la théorie de Darwin :
Je ne comprends pas l’exemple cité par Patrick (individu noir introduit dans une population blanche) Il faut bien entendu que les mutations donnent un avantage décisif à l’individu muté, dans l’environnement où il se trouve à ce moment là.
Supposons qu’une résistance à une maladie infectieuse soit associée au caractère peau-noire et que survienne une épidémie, le caractère peau-noire ne sera pas récessif.
C’est bien cela la théorie de Darwin ?
Si un caractère ne sert à rien, il n’est pas développé car il ne donne pas l’avantage à ce gène là !
Un autre détail, la théorie de Darwin ne parle pas de sélection, comme peuvent le faire des éleveurs de chiens, mais de mutations, favorables ou non favorables, de mutation en mutation de nouvelles espéces peuvent naitre.
Deux espèces, par definitions, ne peuvent se croiser, ou donne des croisements stériles.
Reste la question de savoir si les mutations sont guidée par Dieu ou par le Hazard.
Moi, je dis qu’il s’agit du hasard, un grand nombre d’individus anormaux non viables naissent, de l’autre côté et symétriquement naissent des individus subnormaux.
Les très beaux, très intelligents, très séduisants et sexuellement développés ont plus de chance que les très moches, très bêtes, très repoussants et sexuellement rikiki de se reproduire.
Non ?
Je reconnais que beau, intelligent séduisant sont des notions peu scientifiques et toutes relatives, mais c’est juste un exemple.

dimanche, 02 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

L'objection faite à la théorie de Darwin est que, même si un individu acquiert par mutation un avantage décisif, il va procréer avec un individu qui n'a pas ce caractère, et cet avantage va se "diluer" dès la première génération, au point qu'après plusieurs générations, il sera perdu... Pour que ce caractère se perpétue, il faudrait qu'il procrée avec sa propre descendance - mais ça a à terme les inconvénients que l'on sait, ou qu'il procrée avec un individu qui a développé exactement la même mutation génique au même moment - ce qui semble un peu tiré par les cheveux...

Quand à la sélection, tu as raison, Darwin ne prétend pas qu'elle crée de nouvelles espèces. Mais la sélection crée de nouvelles races (des animaux plus petits ou plus grands sur certaines îles par exemple), et ce phénomène n'a pas besoin de mutations pour exister : l'évolution des conditions alimentaires suffisent.

En fait, je pense qu'une difficulté pour nous est de mettre en perspective temporelle le phénomène de l'évolution. L'unité de temps de l'évolution "à la" Darwin est plutôt le million d'années - quelque chose qui est intellectuellement inaccessible au commun des mortels.

Ce que j'écris plus haut se rapporte au cas des espèces évoluées, à reproduction sexuée (auto-correctrice). Apparemment, l'évolution est beaucoup plus rapide pour les espèces "élémentaires" du style virus (mais ils n'ont pas un mode de reproduction sexué auto-correcteur)...

Tout ça est bien compliqué !

Finalement, l'ID, ça explique tout, ça doit donc être vrai ;-)

lundi, 03 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

Il faut également prendre en considération à ce sujet les fameuses lois de Mendel, qui montrent comment se transmettent les gènes. On remarquera que les expériences de Mendel sur les petits pois utilisent l'autofécondation, ce qui évidemment favorise la transmission de gènes mutants. Il en a déduit l'existence de caractères dominants et récessifs, etc. Mais, encore une fois, si on exclut l'autofécondation, la transmission à long terme d'un gène mutant pose problème - sauf à ce que le gros de la population initiale s'éteigne TRES rapidement sous pression de l'environnement (en une ou deux générations), ne laissant plus que les mutants pour se reproduire entre eux. Scénario catastrophique peu satisfaisant pour l'esprit...

On lira avec intérêt cet article de l'Encyclopédie de l'Agora, très documenté me semble-t-il, qui conclut à "la vraisemblance" de la théorie Darwinienne, mais qui pourtant exprime un doute sur sa capacité à expliquer l'apparition d'espèces nouvelles...

lundi, 03 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

On a parlé en septembre du procès de l'"Intelligent Design" à Dover. Ce procès se déroule en ce moment-même, et un site lui est consacré ici : Kitzmiller versus Dover Area School District


L'accusation a fait valoir que le livre de référence "Des Pandas et des Hommes" parlait initialement de "creation", vocable remplacé dans les livres publiés à partir de 1993 par le vocable "Intelligent Design". Voir ici : Versions de travail du livre

En revanche, le livre ne semble pas faire référence à la création au sens biblique (Genèse)...

A suivre...

samedi, 22 octobre, 2005  
Blogger Patrick said...

Au sujet du procès de l'ID à Dover USA, vous savez peut-être que les audiences du procès ont eu lieu pendant 22 jours, se sont terminées le 7 novembre, et que le jugement est prévu pour janvier 2006 (chaques partie étant bien décidée à faire appel en cas de jugement contraire à sa thèse).

Ceci étant, celà m'a encouragé à me replonger dans plusieurs ouvrages sur le sujet, dont il ressort que la théorie de Darwin est considérée comme assez solide pour expliquer toutes les évolutions intra-espèces, mais qu'elle est très faible à expliquer l'apparition d'espèces nouvelles. Des théories complémentaires, plus ou moins alambiquées *, sont nécessaires, dont aucune n'est unanimement acceptée... C'est précisément cette faille qu'exploite l'ID...

* du genre : nécessité qu'une sous-population se trouve isolée de la population d'origine par exemple par un obstacle naturel infranchisssable, et qui subit alors un "développement séparé" qui conduit à terme à une nouvelle espèce (mais certains opposent alors que dans le cas des poissons, on ne voit pas bien quel obstacle surgirait pour isoler une certaine sous-population).

Nota : Espèce = ensemble de population dont les membres peuvent se croiser et se reproduire.

mercredi, 23 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Ce qu'il ne faut jamais oublier dans tout ça, c'est les immenses échelles de temps. Ne pas oublier qu'il se passe entre 100 et 200 millions d'années entre deux extinctions de masse et qu'alors, il faut tout réinventer. Une extinction de masse, c'est un sacré "mur" à franchir pour une espèce.

Même pour les poissons.

Evidemment, les créationismes, avec une échelle de 5000 ans, ils ont un peu de mal avec la théorie de Darwin !

mercredi, 23 novembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home