Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 20 septembre 2005

Total continue à nous raconter n'importe quoi

Je cite un extrait de l'interview de Thierry Desmarest, le président de Total, publiée ce matin dans Le Figaro économie :

Il y a près d'un an, interrogé par LeFigaro, vous prévoyiez que le cours du baril redescendrait autour de 30 dollars en 2005. Il est aujourd'hui proche de 65 dollars. Comment expliquer un tel écart ? Et quelle prévision formulez-vous aujourd'hui pour 2006 ?

Il est très difficile de donner un pronostic précis. Mais on commence à s'apercevoir que la hausse des prix a un effet sur la demande, qui tend un peu à se replier. Partant de là, à la lumière aussi des autres chocs pétroliers, la tension sur les prix du brut pourrait être amenée à se relâcher légèrement. Il n'est évidemment pas question d'envisager une chute du baril aux alentours de 20-25 dollars, mais la fourchette généralement souhaitée par l'Opep, entre 40 et 45 dollars, pourrait redevenir d'actualité.


Oui, vous avez bien lu : le président de Total nous annonce le retour vraisemblable du baril à 40 ou 45 dollars !!!

Vous y croyez une seconde, vous ? Pas moi !

Pour en savoir plus :
1. Thierry Desmarest : «Le débat sur la taxe exceptionnelle n'aurait jamais dû avoir lieu» (Le Figaro)
2. Le baril à 70 dollars (Gaïa)

2 Comments:

Blogger Jack said...

Faire des pronostics sur le cours du pétrole relève en effet de la pure spéculation intellectuelle.
Pour revenir à l’OPEP, il faut garder à l’esprit que les pétrodollars sont recyclés pour l’essentiel dans des valeurs de l’économie mondiale. Si le cours du pétrole venait à étouffer la même économie, nous sombrerions tous dans une profonde récession.
« Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » en quelque sorte.

Le problème est que nous sommes peut-être sortis de cette boucle de régulation très libérale…

Dailleurs, je ne comprends pas bien pourquoi, les transporteurs, les marins pêcheurs râlent : le fuel augmentant pour tout le monde, je ne vois pas où se trouve le risque d'augmenter ses prix.
Si un plus malin que moi veut bien m'expliquer....

mardi, 20 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Y'a pas que Total... J'ai entendu il y a quelques semaines un "expert" de BP interviewé à la BBC, qui tenait le même langage... Peut-être se sont-ils donné le mot...

On verra bien...

mercredi, 21 septembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home