Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 18 septembre 2005

De la vie sur Titan ?



La photo ci-dessus est un rivage sur Titan. Elle a été prise par la sonde Cassini le 7 septembre 2005. La zone photographiée mesure 150 x 210 km.

Le 8 septembre, une équipe de scientifiques du Southwest Research Institute ont publié une étude démontrant que les conditions sont réunies sur Titan pour l'exitence de formes exotiques de vie. Certes, la température à la surface de Titan est de -178°C, mais il existe sur Titan des réservoirs liquides, des molécules organiques et beaucoup de sources d'énergie, c'est à dire tous les éléments clefs pour l'apparition de la vie. Le Dr Grinspoon pense qu'il faudrait recherhcer près des sources chaudes en contact avec des réservoirs d'hydrocarbone. En effect des hydrocarbones riches en énergie sont fabriqués constamment dans la haute atmosphère de Titan par l'action du Soleil sur le méthane et tombe en pluie sur la surface.

Evidemment, il s'agira là de formes extrêmes de vie, ce qu'on appelle les extremophiles, repoussent encore les limites que l’on avait établies au développement de la vie. Il faut dire que depuis la découverte en 1977 de communautés microbiennes sur les parois des fumeurs des fonds marins, les microorganismes n’ont de cesse de nous surprendre en battant des records d’adaptabilité. Les extremophiles regroupent plusieurs catégories d'organismes, dont les psychrophiles qui peuvent vivre dans des environnements très froids. Voici par exemple des vers de glace, découverts en 1997 et vivant dans des dépôts d'hydrate de méthane (combinaison de glace et de méthane) au fond du golfe du Mexique :



Outre la catégorie des psychrophiles, résistantes aux basses températures, on distingue les bactéries thermophiles (adaptées aux fortes températures), les acidophiles (adaptées aux milieux très acides), les alcalophiles (adaptées aux milieux très basiques), les halophiles (adaptées aux fortes salinités), les barophiles (adaptées aux hautes pressions). D’autres encore présentent une forte résistance aux radiations (UV, radioactivité…).

En juillet 2005, l'effondrement de la plateforme glaciaire Larsen-B en Antarctique a permi la découverte de formes de vie sans soleil et à des température glaciaires ignorées justque là.

Donc la vie existe peut-être sur Titan.

Certes, si elle existe, ce ne sera pas sous la forme de petits hommes verts avec qui on pourra dialoguer ... Mais en tous cas, cela fera vaciller un certains nombres de certitudes, du style "nous sommes seuls dans l'univers" ...

Pour en savoir plus :
1. Shoreline on Titan? (NASA/JPL)
2. Study suggests Titan may hold keys for exotic brand of life (Southwest Research Institute)
3. Terrestrial Life in Extreme Environments (UCL Astrophysics Group)
4. Laboratoire de Biologie Moleculaire du Gène chez les Extremophiles (Centre Universitaire d'Orsay)
5. Wild Things: The Most Extreme Creatures (Live Science)
6. Ice Shelf Collapse Reveals New Undersea World (Live Science)
7. Scientists Reconsider Habitability of Saturn's Moon (Space.com)

Crédit photos : NASA/JPL et UCL Astrophysics Group

Libellés : ,

8 Comments:

Blogger Patrick said...

D'ici qu'on aille vérifier ça sur Titan, je peux encore dire tranquillement : "Nous sommes seuls dans l'Univers" !

P.S. : Je suis néanmoins très désireux d'être contredit de façon certaine !

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger genorb said...

C'est effectivement crucial de savoir si une forme de vie, la plus elementaire soit-elle, a existe (ou existe toujours) ailleurs que sur Terre. Dans l'affirmative, cela laisserait penser que la vie est plus "banale" qu'on peut le penser. C'est mon opinion... Mais on a une chance sur deux :).

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

Je pense que cette histoire de systèmes vivants dans des éconiches maritimes va être très porteuse dans le futur (sur terre)

A titre d'info, IFREMER a créé à Brest récemment une société SEADEV chargé de commercialiser les NCE ( new chemical entities) issues des fonds marins et a déjà quelques contrats (extrémophiles)

La question: sera ce un travail titanesque ( oui je sais c'est facile comme jeu de mot) d'aller les chercher de façon compétitive et durable. ( du wyseawig en herbe pour les initiés)

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

@patrick

Si une planète est d'un ordre de grandeur 10^7 km
et sachant que la taille de l'univers est de l'ordre de 10^30 km
l'apparition de la vie a t'elle une probabilité de 10^-23

moi je dirais que oui. donc je crois que la vie existe ailleurs

mais le problème c'est qu'il se peut qu'il me faille 78 mds d'années lumières ( taille de l'univers en tenant compte de l'age et de son expansion depuis cette date) pour le contacter.

Finalement, le rat le plus hideux sur cette bonne vieille terre mérite toute notre admiration, au moins on peut le toucher et le caresser ( après s'etre vacciné et l'avoir lavé)

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

je parlais en metres. ( bon mais ce n'est qu'un factuer 3!

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Bien entendu, quand je dis "Nous sommes seuls dans l'Univers", c'est juste pour entretenir la conversation. Ceci étant, franchement, la vie, même la plus élémentaire, je ne pense vraiment pas que ce soit si banal que ça... L'ensemble des conditions nécessaire est peut-être si exclusif qu'il n'y a pas d'autre candidat - malgré l'immense immensité de l'univers...

dimanche, 18 septembre, 2005  
Blogger genorb said...

@philippe: ta facon de calculer la probabilite d'apparition de la vie est un peu cavaliere :) (ca depend ce qu'on veut calculer). En effet, suppose le theoreme suivant, "il y a de la vie (peu importe son degre d'evolution) sur toute planete tellurite". Il y a donc un probabilite 1 de trouver de la vie sur une planete tellurique. Si maintenant tu plonges toutes tes planetes telluriques dans un tres tres grand univers, avec ton calcul, tu fais tomber la probabilite. Ce que je veux dire, c'est que tu introduit la taille de l'univers alors que la vie on la cherche sur les planetes. Le fait qu'il y aie beaucoup de vide autour des planetes n'a pas beaucoup d'importance. On veut connaitre la probabilite de trouver de la vie sur une planete quelconque. Bon j'arrete mon cote trop serieux :).

lundi, 19 septembre, 2005  
Blogger Vicnent 31415 said...

Paradoxe de Fermi et Équation de Drake

mardi, 20 septembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home