Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 6 novembre 2006

Le Norwegian Pearl plonge l'Europe dans le noir

norwegian pearl

Le Norwegian Pearl est un bateau de croisière de luxe, flambant neuf, le dernier né de la flotte des Norwegian Cruise Line. Il a été construit dans les chantiers navals de Meyer Werft, à Papenburg en Allemagne. Une fois le bateau terminé, le problème, c'est de l'amener en mer ! Car, sur ce point, c'est nettement moins pratique qu'à Saint Nazaire. En effet, pour rejoindre la mer du Nord, il faut descendre la rivière Ems, et, à un moment donné, on passe sous une ligne à très haute tension (380 000 volts) qui traverse la rivière.

Bon. Donc, tout le monde était très pressé, et, samedi soir à 22 heures, quand le Norwegian Pearl arrive en pleine nuit près de la ligne à très haute tension, on se pose des questions ...

Norwegian Pearl.jpg


En effet, à cet endroit-là, les bateaux de plus de soixante mètres de haut risquent de faire des étincelles en passant sous la ligne à 380 000 volts.

Bon, alors que faire ?

Eh bien le patron du réseau de transport d'électricité allemand E.on Netz ne fait ni une ni deux : il dit "Pas de problème, on coupe la ligne et vous pouvez passer !"

Et patatras ! Vu la demande très forte en cette nuit d'hiver sur l'Allemagne, les vaillantes petites éoliennes ayant beau faire ce qu'elles peuvent, tout le réseau Allemand s'écroule.

Mais l'EDF veille au grain, fort de ses 58 centrales nucléaires que le monde entier nous envient ! Et hop, pas de problème, la France vole au secours de l'Allemagne !

Hélas ! L'Allemagne entraîne la France dans sa chute, et c'est le château de cartes qui s'effondre. L'Espagne, l'Italie, le Portugal, et même une partie du Maghreb plongent tour à tour dans le noir !

Tout ça parce que un paquebot de luxe était trop impatient et ne pouvait pas attendre ... Du coup, le paquebot a fait demi tour et n'a pas pu passer.

Mais, cramponnez-vous, les Allemands vont remettre ça ce soir à 19 heures !

C'est vrai que c'est plus marrant de faire ça de nuit que de jour, vous ne trouvez pas ?

Pour en savoir plus :
1. New Cruise Ship Norwegian Pearl Being Readied for Sea Trials (Cruise Ship Report)
2. New Cruise Ship Norwegian Pearl Indirectly Causes European Blackout (Cruise Ship Report)
3. Note eca044 (The Raw Story)
4. German Power Firm to Risk Another Switch-off (Der Spiegel)

Crédit photos : Cruise Ship Report et Nigel Treblin

-------------
Mise à jour du 7 novembre

La cerise sur le gâteau ...

Donc, samedi soir à 22 heures, le Norwegian Pearl est là, arrêté devant la ligne à 380 000 volts. Il patiente, patiente, et puis finit par faire demi-tour, au lieu de passer dessous. Pourquoi ? Eh bien parce que le commandant du navire attendait par téléphone la confirmation que le courant était coupé et qu'il pouvait passer. Et alors, tenez-vous bien, comme le black-out était total, le patron du réseau de transport d'électricité allemand E.on Netz n'ayant plus de courant, il n'a pas pu téléphoner au commandant que c'était bon et qu'il pouvait passer !!!!!!

Donc, on se résume : les Allemands ont plongé toute l'Europe dans le noir pour faire passer un bateau de luxe sous une ligne à haute tension, et tout ça pour rien puisque le bateau a finalement fait demi-tour !

C'est-y pas beau, ça ?

4 Comments:

Blogger Jack said...

Rigolo que le passage d'un navire de croisière pour retraités fortunés et désœuvrés sous une ligne THT soit la cause de cette gigantesque panne.
Faudrait penser à remonter cette foutue ligne de quelques dizaines de mètres, le chantier naval pourrait être mis à contribution et répercuter çà sur le prix de vente de ses paquebots, indolore...

Encore un mythe qui s’effondre : l’organisation allemande n’est plus ce qu’elle était !

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Cette histoire de bateau n'est que le déclencheur d'une catastrophe due à deux facteurs :
- la fragilité du réseau de transport électrique allemand, notamment à l'est, qui peine à se renforcer en raison des freins écologiques (et des investissemets nécessaires),
- une production privatisée (quatre "majors" et une cinquantaine de sociétés régionales) basée sur le thermique, l'éolien, un peu sur le nucléaire, et sur l'importation de France. Mais la "base" allemande (nucléaire + thermique) est maintenant incapable de suppléer à la défaillance de l'éolien "variable" (il faudrait normalement que tout kWh éolien dispose d'un back-up thermique, ce qui n'est pas le cas en allemagne).

Si le réseau allemand était "robuste" et la production bien dimensionnée, la coupure d'une ligne n'aurait jamais eu cet effet catastrophique...

En France, je pense qu'on est à l'abris d'un tel problème, sauf lorsque l'un de nos voisins défaille...

mardi, 07 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

L'absurdité de la situation est un véritable gag : le mec qui coupe la ligne à haute tension n'a plus l'electricité lui-même... même pas un groupe de secours, même pas un téléphone portable ?
ça ressemble à une farce... presque trop gros pour être vrais !

mercredi, 08 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Betty : Je te rappelle que :

(1) Le gars qui a coupé le jus ne pensait pas que toute l'Allemagne et toute l'Europe allait se trouver sans électricité. Il voulait couper juste le courant dans la ligne à Haute Tension, et c'est tout ...

(2) Les téléphones portables, pour que ça marche, il faut des antennes-relais qui marchent à quoi ? A l'électricité ! Et pour que ça marche, il faut que le réseau marche, pas juste l'émetteur le proche de celui qui téléphone ... Je te raconte pas le nombre de groupes électrogènes, juste pour passer un coup de fil !

Et hop !

mercredi, 08 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home