Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 1 novembre 2006

Les Eoliennes améliorent parfois le paysage

Je suis passé par hasard derrière la zone industrielle de Fos, surprise sur ma gauche des usines fumantes



et sur ma droite une ligne de 25 éoliennes,



vous voulez mon avis : il n’y a pas photo !
Pourtant les usines tout le monde en veut.
Allez comprendre les français !

En regardant bien au fond vous verrez tout de même un chateau d'eau ...

26 Comments:

Blogger Patrick said...

Ca alors, c'est rigolo ! J'avais justement envie d'écrire dans un de mes commentaires précédents "qu'on mette ça à Fos sur Mer, ça ne pourra pas faire plus de mal" ! Et je suis d'accord, dans ce cas précis, ça a tendance à améliorer les choses, en détournant l'attention de ce qui se passe de l'autre côté de la route ! Donc, vive les éoliennes sur les grands sites industriels - et, au rythme où va la délocalisation, il va y avoir de la place ;-)

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Paul said...

Joli exemple en effet. Et pour prolonger un peu la polémique, j'ajouterais que les éoliennes vues d'en bas sont beaucoup plus belles que vues de haut comme sur la photo du précédent exemple.

J'ajouterais enfin (mais là je risque me retrouver assez seul) que je trouve les grands sites industriels (raffineries, complexes pétroliers, mines, chantiers navals) très beaux et émouvants.

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

Désolé mais tjs d'accord avec Patrick ! entre la photo de Patrick et la photo de Jack il y a quand même une grande différence. dans la 1ère : des éoliennes disséminées n'importe comment dans le bocage (Paul si t'aime pas je pleure... c'est magnifique comme région ! patrick on l'invite à venir visiter ?) et la deuxième : des éoliennes alignées le long d'un "openfield" -
En réalité on se trompe de débat, ce n'est pas l'utilité des éoliennes qui est en question (ça se discute aussi mais bon) mais plutot, comment gére t'on leur implantation. QUI décide. si il s'agit de récupérer de l'argent pour la commune tout les maires vont avoir envie de leur petit parc éolien, et ça sera n'importe quoi n'importe comment ! (il n'y a qu'à voir comment sont géré les autorisation de permis de construire) Il ne manquerait plus qu'un maire décide que la côte et son cordon dunaire est le lieu idéal pour l'implantation d'éolienne : zone sauvage battue par les vents... :-(

Alors que l'on plante une ligne d'éolienne en site industriel, en bordure de voie rapide, en zone peri-urbaine, d'accord ! mais je persiste pas n'importe ou ! On a quand même fait raser un petit hotel (même pas un bulding) à la pointe du Raz dans le cadre de la loi littoral pour préserver la cote ce n'est pas pour venir y planter des éoliennes à la place !

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Paul said...

Betty, pas grand chose à redire à ton commentaire, évidemment il ne s'agit de pas de faire (et laisser faire) n'importe quoi. Ceci dit il y a déjà des lois qui protègent certains sites, non ? Je doute qu'on puisse implanter des éoliennes n'importe où.
Au passage : je connais bien le coin de la pointe du Raz et j'adore ce site, je suis moi même une sorte de breton (expatrié du côté de la frontière Belge, soit).

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Spécial Jack : et sur ta photo, le côté hachoir à oiseaux migrateurs est assez net, non ?

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : je ne suis pas allé au pied des mas voir et compter les squelettes, mais il me semble bien que la vitesse de rotation doit permettre aux oiseaux de les éviter, « sauf les aveugles bien entendu... », on devine d’ailleurs sur la photo un vol d’étourneaux pas gêné du tout.
L’ensemble du réseau électrique aérien, haute et moyenne tension fait par contre un massacre, parmi les grands oiseaux volant à ces altitudes.
Blague dans le coin, il semble bien que les sites choisis en Camargue, soient les sites déjà défigurés par d’autres implantations industrielles ou portuaires : le même jour j’en ai observé au fond du golf de Fos entre mer et usines.
Autour de la papèterie de Tarascon, celle qui empeste toute la région et de sa prison, de nouvelles implantations sont en cours.
Donc on ne défigure pas un paysage déjà défiguré, c’est comme le bruit.
Mais j’aimerai revenir sur ce qui motive les protestations de Patrick : le paysage.
Je vous mets un lien
sur la carte du lieu où j’ai pris cette photo et je vous invite à mesurer ce qui est naturel dans ce paysage :
Tout, absolument tout y est façonné par la main de l’homme, une rangée d’éolienne le long du canal du Rhône à Port de Bouc est une « décoration supplémentaire »
Le fleuve est bordé de digues, le canal est creusé, l’écluse construite, les fossés, les champs, la ligne de chemin de fer, les salines, les routes, chemins et bac du Bacarin... Pas un grain de sable que l’homme n’ait déplacé.
Moi ce que je pense est que nous n’avons pas encore l’habitude de les voir, simplement.
Par contre que l’on dessine des enfants géants sur les aéroréfrigérants des centrales nucléaires çà me démange quelque part, non pas que je sois antinucléaire, mais parce qu’il s’agit de manipulation !

jeudi, 02 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Il me semble me souvenir avoir lu que dans une certaine région, des associations ornithologiques avaient obtenues que des éoliennes situées sur un couloir migratoire soient stoppées pendant la période des migrations.

Tiens, en cherchant des infos au sujet des oiseaux hachés sur l'Internet, je me suis aperçu que je n'étais pas seul dans ma croisade ! Ca fait du bien !

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Paul said...

Jack
Alors là, 100% d'accord avec toi. S'il y a une croisade esthétique que je suis prêt à mener, c'est contre les fresques géantes sur certaines usines, supposées les rendres plus "jolies" : enfants sur des centrales nucléaires en effet, pas loin de chez moi (Lille) des oiseaux sur fond de ciel bleu sur un incinérateur d'ordures.
D'abordd ces fresques sont intrinséquement laides, en plus sur le principe c'est en effet de la manipulation, et puis c'est le sommet du kitsch.
Si une usine est laide, qu'on la cache. Si elle ne peut être cachée, qu'on l'assume, si possible en travaillant avec des architectes qui font bien leur boulot. Mais épargnez nous les fresques stupides !

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

En tant que membre de la LPO, association que l’on peut croire dévouée aux oiseaux, j’ai cherché en vain sur le site de la LPO et ses différentes publication quelques critiques anti-éoliennes en vain.
On y critique abondamment le réseau de distribution électrique, les poteaux creux, l’illumination excessive des villes, l’usage abusif des insecticides et autres produits de l’agriculture moderne (j’y reviendrai), les marées noires... sur les éoliennes je n’ai trouvé que çà . En écolos convaincus la LPO fait partie de ceux qui défendent l’éolien, comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences.
@Patrick : l’attends les photos de cadavres d’oiseaux aux pieds des éoliennes que tu ne manqueras pas de publier sur ce blog.
Au moins nous en aurons le cœur net !

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Pour les amoureux des éoliennes, je propose cette petite maison charmante, qui offre tout le confort, et qui est vendue avec un jeu de boules Quies pour toute la famille...

Sinon, il y a aussi celle-ci, dont le mur aveugle donne sur le champ d'éoliennes, mais qui a été artistement décorée en trompe l'oeil pour faire croire qu'on a quand même la vue sur les éoliennes...

Les deux photos ont été prises hier à Goulien...

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack, sur le site "ventdecolère"
, il y a un petit diaporama de cadavres d'oiseaux.

Mais, n'étant pas membre de la LPO, s'il n'y avait que ça, ça ne m'émeuvrerait pas trop...

Non, décidément, mon point de vue, c'est bien : EN FRANCE, les éoliennes sont une solution coûteuse à un problème qu'on a pas...

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : bien sûr que j'ai vu le diaporama et aussi lu tout ce qui concerne la mortalité aviaire du aux éoliennes et que penses-tu du fait que la LPO prenne résolument parti pour l'éolien?
Dans certains commentaires du site Ventdecolère, il est fait allusion à une collusion des associations de protection de la faune et des pro-éoliens.
Il y a très probablement des accidents avec les pales d'éoliennes, comme il y a des accidents avec bon nombre d’installations humaines et machines en mouvement, la question semble être de disposer de chiffres fiables.
Des milliers de poteaux creux (EDF et PTT) étaient autant de trappes à passereaux, si bien que la LPO s'est mobilisé pour faire boucher tous ces tubes qui se remplissaient de cadavres d'oiseaux morts, il suffit d’un rien pour provoquer une hécatombe et d’un rien aussi pour l’éviter.

A mon avis ils ont mis des éoliennes en Bretagne, juste parce que le pouvoir parisien continue de considérer la Bretagne comme une colonie, peuplée d’éthyliques... qui comptent pour du beurre donc.

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

... du beurre salé, bien sûr ...

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Je reviens sur "les-éoliennes-magiques-qui-fournissent-pile-poil-de l'énergie-quand-on-en-a-le-plus-besoin"...

Aujourd'hui mardi 19 décembre, ça caille partout en France. EDF a décrété ce jour "Jour de pointe" c'est-à dire qu'ils sont obligés de lancer toutes les centrales thermiques pour répondre à la demande (et je paye mon électricité bien plus cher ces jours-là).

Et, devinez quoi ? Pas un souffle d'air , pas le moindre pet à Goulien (d'ou je reviens à l'instant). Les 8 éoliennes sont désespérément à l'arrêt total (enfin, il y en avait une qui bougeait vaguement - pas de quoi produire le moindre kilowatt).

Donc, les éoliennes qui viennent juste pile poil donner un coup de main quand il fait froid, c'est un mythe pour écolos. CQFD.

En revanche, le soleil brille. Bien que ma maison n'ai pas été spécifiquement construite en "chauffage solaire", le soleil qui rentre par les grandes baies en triple vitrage chauffe très adéquatement tout le volume. Il y fait un 21°C douillet (8°C dehors) sans le moindre apport de chauffage ni électrique ni autre.

Conclusion : les éoliennes, pour la France, c'est idiot, mais l'architecture intelligente exploitant l'énergie calorifique du soleil, j'y crois beaucoup.

mardi, 19 décembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Hé hé hé ... c'est marrant, mais tu viens de démontrer par A + B mon point de vue !

Je résume :
- Pas un pet de vent.
- Donc, il fait un douillet 21°C douillet (8°C dehors) sans le moindre apport de chauffage ni électrique ni autre, ce qui ne serait évidemment pas le cas s'il soufflait un bon vent de noroit à 8°C et à 80 km/h.
- Et donc t'as bien chaud sans consommer le moindre watt d'électricité.
- Et donc les éoliennes sont inutiles dans ce cas-là.
- Et ça tombe bien : elles ne tournent pas. Je le sais, t'as été vérifier !

CQFD :-))))))

mardi, 19 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : bizarre pas d’EJP ici en Provence, pourtant jour frais et venteux...

mardi, 19 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack, pour l'EJP, voilà, c'est pour vous aujourd'hui aussi. Et la météo annonce très peu de vent en Provence et sur la France - je rappelle que les éoliennes ne produisent à plein régime qu'à partir de 32 km/h de vent...

mercredi, 20 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Aujourd'hui 20 décembre 2006, jour de pointe de consommation d'électricité en France, et toujours pas le moindre souffle de vent...

Décidément, plus je m'informe au sujet des éoliennes, plus je décèle une grave faute de raisonnement sur le sujet. L'éolien est presque toujours loué ou décrié indépendament du contexte énergétique dans lequel elles sont utilisées.

Or, ce contexte change complètement les choses.

Par exemple, j'ai eu l'occasion de passer quelques jours sur l'île de Madère (au large des côtes d'Afrique). Il y a peu, toute l'électricité de l'île était produite par une petite centrale thermique brulant du fuel importé du Portugal. Or, le sommet de l'ile est battu par des vents pratiquement constants pendant toute l'année. Bien entendu, l'implantation d'éoliennes s'est imposé. Tout kWh éolien vient soulager le besoin en fuel. Et si par impossible il n'y avait pas de vent un certain jour, il suffit de forcer les feux dans la centrale thermique. Dorénavant, 30% de l'électricité de l'île est d'origine éolienne, et j'avoue ne pas bien comprendre pourquoi ils ne montent pas à 50% ou plus. Voici donc un contexte énergétique où l'éolien a toute sa pertinence.

En contraste, la France produit 78% de ses besoins électriques par le nucléaire. Ca n'a strictement rien à voir avec la situation de Madère. Je ne reviendrai pas sur les arguments, mais je rappelle ma conclusion : EN FRANCE, l'éolien est une mauvaise réponse à un problème qui ne se pose pas.

mercredi, 20 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

Patrick : Effectivement EJP aujourd’hui, mais vent suffisant pour faire tourner les éoliennes en vallée du Rhône. Juste pour rétablir les faits.
Bon admettons que tu aies raison, où faut-il mettre les futurs besoins en énergie, dans le nucléaire d'aprés toi.
Baisser la consommation au lieu de l'augmenter me semble toujours la meilleur idée.
Meilleure que les éoliennes et que le nucléaire, toujours producteurs de déchets à tréééés longue demie-vie.

mercredi, 20 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

J'entends aujourd'hui que la Communauté Européenne veut encourager le développement du Nucléaire. Enfin une décision raisonnable... Bientôt, le nucléaire sera classé parmi les énergies propres et la France n'aura plus besoin de mettre des éoliennes pour satisfaire aux exigences Européennes - bon, il faudra pour cela que le nucléaire soit en plus requalifié en énergie renouvelable, mais ils trouveront bien une astuce...

jeudi, 28 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Je viens de lire un article d'une demi-page publié dans le International Herald Tribune (daté du 28 décembre), qui relate la désillusion des américains au sujet de l'énergie éolienne. Ils titrent "Wind's drawback: it doesn't blow on demand". Ils s'aperçoivent maintenant que tout champ éolien doit être doublé d'une capacité thermique équivalente pour suppléer aux périodes de vent calme. Donc le coût de construction réel d'une capacité éolienne doit intégrer le coût de la capacité thermique de "back-up". Evidemment, quand il y a du vent, le thermique est à l'arrêt. Mais il a bien fallu construire la capacité thermique de "back-up", et lorsqu'elle est nécessaire, le coût de l'énergie thermique est très élevé (du fait que les centrales ne sont exploitées qu'une fraction du temps). Pour corser l'affaire, les unités de "back-up" sont choisies "à l'économie" et sont extrèmement polluantes...

Je ne vous rapellerai pas mon opinion sur l'éolien !

jeudi, 28 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

Patrick : on peut dire que tu n’es pas du genre à lâcher le morceau facilement.
Le doublement en thermique de l’éolien est en effet un nécessité du fait même du sacrosaint principe de service de toute la demande quelle qu’elle soit, si j’osais j’inviterais à revenir au temps du moulin de Daudet qui ne moulinait rien les jours sans vent ; ce qui lui valut d’être remplacé par la machine à vapeur qui elle obéissait aux hommes et non à Eole.
L’absence de patience et la fausse nécessité de disposer de tout, tout de suite et tout le temps, est bien une caractéristique des temps modernes qui pourrait bien causer la perte de l’humanité.
Lorsque l’on est amener à composer avec la nature, dans la marine ou la culture par exemple on apprend la patience (il faut parfois attendre la marée, attendre que çà pousse...). La société industrielle et de consommation a perdu cette sagesse.

samedi, 30 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Consommer seulement quand il y a du vent ? Une bonne idée (c'est le projet de faire de l'hydrogène par électrolyse seulement avec des éoliennes - et quand ça ne vente pas un certain jour, tant pis, on en fera demain ou le surlendemain). En revanche, je viens de prendre le TGV (nucléaire), et je suis fort aise qu'il ne se soit pas arrêté en rase campagne pour cause de pas de vent !

dimanche, 31 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : Ben tu vois on est d’accord, vaut mieux faire de l’H2 avec du vent qu’avec du nucléaire ou pire avec du charbon... Et tu as raison l’éolien sur le réseau commuté, c’est juste un aléa de plus à gérer.

mardi, 02 janvier, 2007  
Blogger Jack said...

Histoire d’ajouter un 25ième commentaire à cet article, je souhaitais apporter ici un lien qui donne la position des principales organisations de protection des oiseaux (LPO-Birdlife)sur l’éolien.
Pour résumer, c’est bel et bien un soutien, mesuré mais un soutien tout de même.
Comme beaucoup d’autres constructions humaines, regarder d’abord où nous mettons les pieds et mesurer toutes les conséquences...

dimanche, 01 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

Enfin, on commence à prendre conscience des réalités :
Éoliennes :
miracle ou arnaque ?

lundi, 11 février, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home