Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 5 novembre 2006

Récolte d'Olives 2007


Cette année la récolte d'olive sera médiocre, trop sec, la maturité des olives est exceptionnellement avancée, nous sommes le 5 novembre.
Seuls les arbres en zone arrosée ont donné des fruits.
La mouche de l'olive est trés présente. D'autant que les insecticides jusqu'alors utilisés sont désormais interdit à la vente tel que le Leybacid.
(moi je ne mets strictement rien)
On peut distinguer en face de chaque trait rouge l'entrée du ver.
Je voudrais commencer ici à aborder un sujet moins bruyant que la montée du CO², mais tout aussi préoccupant pour l'avenir de notre espèce.
Je me documente pour vous faire un post là-dessus. Les pesticides ont des effets extrêmement insidieux, que les protocoles de contrôle sanitaires étaient incapables de détecter.
Vivre à la campagne est peut-être plus dangereux que la fréquentation de nos villes.

5 Comments:

Blogger Patrick said...

Dommage pour tes olives... Un sujet sur les pesticides, pourquoi pas... En effet, ça nous changera du CO2... N'oublie pas de nous rafraîchir la mémoire au sujet du DDT (dont le bannissement a eu pour conséquence des dizaines de millions de morts non évités (paludisme)...

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : eh bien voilà : faut arroser !

Trève de plaisanterie, c'est vrai que les pesticides et produits phytosanitaires en tous genres, ça fait peur !

L'autre jour, je regardais mon voisin paysan passer des produits phytosanitaires au pulvérisateur sur ses cultures. Il était sur son tracteur avec une véritabe tenue de cosmonaute, avec un casque sphérique en verre, genre celui du Capitaine Haddock dans Objectif Lune !

La prochaine fois, je fais une photo. Vous verrez, ça déménage ...

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Oui Patrick, ce qui m’a donné envie de faire un post sur les pesticides est un article de fond de «l’oiseau mag » que j’ai trouvé effrayant.
Cet article rappelle justement qu’au moment où l’usage du DDT fut arrêté, le lait de vache était plus sain que celui des mamans : il contenait moins de DDT.
Les pesticides s’attaquent à la vie : celle des plantes ou des insectes, il serait étrange que ces molécules actives à des dosages infinitésimaux, soient sans action sur nous. J’ai commencé à me plonger dans les études de l’INRA et je découvre que les produits sont extrêmement nombreux, trop nombreux pour qu’un suivi sérieux puisse être fait. Je découvre que l’interaction des traitements est très mal étudiée et qu’ils ont des effets multiplicateurs.
Je découvre que 13 types de cancers sont corrélés avec l’usage des pesticides. (voir l’hécatombe de bélugas dans le Saint Laurent.
Je découvre également que les protocoles d’études avant commercialisation sont succins voire sommaires et ne permettent pas de déceler les interactions in situ dans la vraie campagne.
Quelques chiffres en Angleterre :
Chute de 76% des effectifs de Bouvreuils, 77% pour la tourterelle, 89% pour le moineau friquet.
Sacher que 95% des pesticides sont des herbicides, or ces trois espèces se nourrissent de ... graines.
Je site « alors même que les espèces des milieux bâtis se maintiennent, les populations d’espèces des milieux agricoles sont en chute spectaculaire ».

Il a fallu que les abeilles meurent par milliards pour que le « gaucho » et le « régent » soit interdit en douceur !

J’ai vu moi aussi des « cosmonautes » sur leurs tracteurs avec scaphandre autonome. J’ai habité dans le Trentin au milieu des pommiers et compté jusqu’à 20 traitements en une saison (après chaque pluie en fait)
J’adore les pommes, il y a longtemps que je ne mords plus dedans à pleine dents comme lorsque j’étais enfant.

C’est promis j’y reviendrai, lorsque que j’aurai étudié un peu mieux la question.

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Olyvo said...

Bonjour, j'ai deux vies, l'une en Belgique et l'autre en Toscane. En Toscane, je suis oléiculteur (un tout petit,lol). Mon huile est (dois-je le dire?) excellente, mais la qualité varie en fonction de tout un tas de chose dont évidemment les attaques des insectes et/ou les caprices de la météo. Contre la méteo (secheresse), je ne fais rien. Tant pis, je ne vais pas "gaspiller l'eau" qui est déjà si rare là-bas. Concernant les insectes, j'essaie au maximum le bio. Comment? Par exemple, en mettant sur chaque arbre une enveloppe qui attire la femelle mouche. Elle pond ses oeufs dedans si j'ai bien tout compris. Et ça marche! Cette année, les olives étaient magnifiques! Pas un trou. Un euro par arbre. Je laisse ce commentaire et je m'en vais lire le reste de votre blog. A bientôt. Pour me trouver, taper les oliviers de florence dans google.

lundi, 19 novembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Olyvo : Ah ... la Toscane ... le rêve !

Merci pour ton tuyau. Et, effectivement, ta récolte 2007 a l'air magnifique !

lundi, 19 novembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home