Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 3 novembre 2006

Le triomphe du crétin

Après La fabrique du crétin : La mort programmée de l'école, un livre à lire absolument pour notre édification, nous avons assisté ce WE au triomphe des crétins, suite logique !

Ça commence samedi soir avec l’incendie d’un bus passagers compris ...
Ça continue avec un lâché de pétard agricole dans les tribunes d’un stade.

Pour ma part je mets ces deux événements dans le même sac.

Tous les commentaires que j’ai entendu sur ces « faits divers » théorisent sur les banlieues, la politique de Nicolas Sarkozy etc ... sont d’autres productions de la bêtise ou plus tôt de la malhonnêteté intellectuelle, ce qui est pire.

La bêtise tue depuis la nuit des temps ... et nous ne sommes pas parvenus à la fin de ces temps là.

Comme disent les italiens : « la madre dei cretini è sembre in cinta »

16 Comments:

Blogger Ségolène Royal said...

Pour devenir présidente, il faut que tout le monde me connaisse et que tout le monde connaisse mon blog. Si vous aimez mes vidéos, mes articles et mes informations, alors aidez moi à réaliser ce désir d'avenir en mettant un lien vers mon blog sur le votre. Prévenez moi et je vous rendrai la pareille avec en prime une photo dédicacée!
Bien affectueusement,
Ségolène Royal

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Pierre, ce commentaire n'a rien a faire ici, me semble-t-il.
D'autes post sur ce blog ont Ségolène pour sujet.
Y aurait-il un rapport entre le triomphe du crétin et Ségolène?

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

Personnellement, je suis sidéré de la façon dont les médias se sont conduit ces dernières semaines. (Et pas que ces dernières semaines d'ailleurs ..)

Depuis un mois, ils nous bassinent avec l'anniversaire de la mort des deux "jeunes" qui traînaient dans les quartiers la nuit, et qui sont morts électrocutés après avoir pénétré avec effraction dans un transfo EDF. Il y a même eu une journée commémo à Clichy sous Bois, avec défilés, et même ils ont dévoilé une plaque commémorative au nom de ces deux irresponsables. Le tout devant une foule de reporters et de caméras.

Et pendant tout ce temps là :

(1) Presque pas un mot sur Jean-Claude Irvoas, tabassé à mort à Epinay-sur-Seine sous les yeux de sa femme et de sa fille pour avoir voulu prendre en photo un lampadaire.

(2) Aucun journaliste n'a émis la moindre suggestion que ces émeutes pouvaient être simplement le fait de quelques jeunes voyous, ou racaille, qui semaient la terreur impunément, vu qu'ils avaient entre 16 et 18 ans. Non, non : c'était toujours la faute à la société, à Nicolas Sarkozy tout particulièrement, mais jamais la faute à la racaille.

Alors, que c'est-il passé ? Les médias ont fait monter la pression, jour après jour, alors que la date anniversaire se rapprochait, en s'étonnant : "Alors, il ne se passe rien ?"

Et puis, ce qui devait arriver arriva : une bande de racaille a eu l'idée de mettre le feu à un bus qui passait dans leur quartier. (Plus crétin que ça, tu meurs !) Et les médias se sont jetée là-dessus avec délectation, en mettant tout sur le dos de Nicolas Sarkozy bien évidemment.

Et, à partir de là, ça n'a fait qu'empirer, jusqu'au jour où, en mettant le feu à un bus à Marseille, des crétins plus crétins que d'habitude on réussi à brûler très grièvement une étudiante noire.

Bravo les journalistes ! Bien joué !

Là, quand même, il y en a qui se sont calmé un peu. Certains ont réalisés qu'ils avaient joué avec le feu, au propre comme au figuré. Les médias ont bien sûr ont déclaré qu'ils n'y étaient pour rien, qu'ils ne faisaient que leur boulot, et tout, et tout.

Sauf que, un des "jeunes" interpelés qui a avoué, quand on lui a demandé pourquoi il a avait fait ça, il a repondu : "Pour faire comme les autres qu'on voit à la télé !"

Fermez le ban ! La boucle est bouclée !

Ce que ces crétins de journalistes ne comprennent pas, c'est que les gens sont bien moins crétins que ce qu'ils croyent, et qu'à force de transformer en héros des voyous de banlieue et d'ignorer la mort brutale de braves pères de famille, tout ce qui vont réussir à obtenir c'est Le Pen au deuxième tour en 2007. Et, comme en 2002, on assistera médusés au triomphe du crétin en chef, sans que le dit Le Pen n'ait à prononcer un mot. La presse française s'en charge pour lui ...

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : Tu peux traduire « la madre dei cretini è sembre in cinta » ?

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

"La mère des crétins est toujours enceinte"

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Il y a des jours où la recherche d'audience et du sensationnel, en 2 mots le business médiatique, me font douter de la nécessaire liberté de la presse.
Rassurez vous çà ne dure que quelques secondes

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

pourquoi se faut il que nous parlions de racaille, de crétins?

Pourquoi ne pas parler de délinquants, d'irresponsables, de justiciables etc... ?

La première approche est probablement juste sur le fonds mais ne résoud rien.
Elle amène aux excès de tous bord, et en final plutôt à des politiques "d'ordre" Mais l'ordre est une modalité pas une finalité.

Peut etre faudrait il revenir à un usage plus rigoureux de la loi, plutot que de caresser tout le monde dans le sens du poil en annoncant une n+1eme résolution légistalive sur ce sujet. Au bout de l'instrumentalisation, il y a le populisme, le poujadisme, la peur, les politiques d'ordre, le renoncement volontaire à l'état de droit plein et entier...
soyons moins outrancier que ceux que nous dénonçons.

dimanche, 05 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Philippe : ici c’est aussi un lieu pour dire que certains discours nous fatiguent !
La différence entre les délinquants et les crétins est très simple.
Le délinquant commet des actes répréhensibles par la loi avec un but : dévaliser une banque, une petite vielle, que sais-je... Il en tire profit en cherchant à minimiser les risques.

Le crétin fait çà pour rien, juste pour se rendre intéressant et passer à la télé.

Le politiquement correcte qui ne nomme pas les choses par leur nom, on en a marre aussi.

Il est notoire que l’impunité des délinquants mineurs est le moteur de la délinquance dans les banlieues.
Trouves-tu cette affirmation populiste ou poujadiste ?

J’ai fait un jeu de mot entre « la fabrique du crétin » et le « triomphe du crétin », car je ne crois pas qu’il suffise de réprimer, cette situation trouve sa source dans un déficit d’éducation, qui lui même trouve sa source...

En attendant on regarde brûler les bus à la télé ?

dimanche, 05 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Le mouvement "juste pour cela" du crétin est souvent une façon de crier sa colère devenue sa haine de ne pas etre entendu.
Il y a donc souvent me semble t il dans la tete une valeur "d'estime" à sa violence. et ce n'est pas "juste pour cela ou pour passer à la télé", meme si c'est ce qu'il dit.

C'est aussi malheureusement l'occasion pour d'autre ( dont toi j'en suis sur) de constater qu'il n'est, faute d'éducation, plus capable d'imaginer qu'elle puisse etre formulée ou entendue autrement, cette colère. C'est là la vraie misère sociale. Etre crétin n'est pas un statut naturel/ héréditaire, on le devient par accumulation d'ignorance, d'isolement, de manque de rappels élémentaires à la discipline pendant son enfance, par isolement géographique dans un ghetto, etc..

Bien évidemment le dit crétin en devient vite hors la loi et par définition délinquant. et personne n'a dit qu'il fallait ne pas répréhender, pénaliser ces comportements hors là loi.

Mais une fois, le minimum ( qui est déjà voté) fait pour rétablir le calme ( l'ordre) et la justice ( la peine, la condamnation) , faut il allouer nos ressources marginales vers plus d'éducation ou plus de forces de police?.

Ne penses tu pas qu'en ce moment nous sommes purement simplement manipulés et orientés collectivement pour nous incliner à voter sur des arguments sécurité aux prochaines élections?

Moi si et ca me navre.

Alors j'essaie de serrer les dents et je voterai pour celui qui me parlera le moins d'ordre.
Je pense que de toute façon il devra le maintenir coute que coute mais au moins ne sera t il pas pris en otage d'une promesse électorale...dont je pense que par excès ,elle devient poujadiste et populiste, voire démagogique.
On ne construit rien de bon en instrumentalisant les peurs

Désolé pour le politiquement correct mais je préfère 100 K€ d'éducation civique ou de lecon d'orthographe que 100 k€ de flics en plus dans la rue.

dimanche, 05 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Philippe : absolument d'accord

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Philippe sans doute cherche-t-on à nous manipuler, personnellement je voterai pour le candidat qui me convaincra :
1 - par une analyse juste de la situation, sans tabou.
2 - par un plan d’action réaliste, permettant d’attaquer le mal à la racine.
Et là nous en avons un problème sévère et ce n’est pas le seul qui le soit...sévère.
Je n’ai pas de peur particulière, mais je circule et j’ai les yeux bien ouverts : trop de comportements me navrent comme tu dis.
Je ne crois pas une seconde au tout répressif, et je sais pour l’avoir vu grandir que les racines de ce mal viennent de très loin et que donc les solutions toutes faites n’existent pas.

Sachant cela, je ne crois bien sûr pas au tout répressif.

Je ne sais pas s’il s’agit encore d’une manipulation des journalistes, mais je note que nous avons des nouvelles régulières de la jeune fille qui est entre la vie et la mort et qui même si elle s’en sort en portera les séquelles toute sa vie.
Et moi aussi « j’ai la haine » pour reprendre une expression de ce milieu.

Tu as raison crétin çà n’est pas ce qui convient : ce sont des monstres, d’authentiques barbares.
Et j’ai beaucoup de mal à ressentir de la compassion pour eux.
Il faudrait être un vrai saint homme pour cela.

PS : pour ce qui concerne « le crétin des stades » autre espèce redoutable, je t’invite à revoir l’excellent film « A mort l’arbitre » Réalisé par Jean-Pierre Mocky
Avec Michel Serrault, Eddy Mitchell, Carole Laure.
Ou si tu préfères encore plus réaliste repasses toi la vidéo du Heysel.

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Philippe dit : "je préfère 100 K€ d'éducation civique ou de leçon d'orthographe que 100 k€ de flics en plus dans la rue."

Je suis d'accord avec lui. Mais quand j'exprime cette opinion, je suis traité de dangereux gauchiste rétrograde rêveur et soixante-huitard attardé...

Ceci étant, il va bien falloir trouver un moyen de corriger les choses dans l'immédiat avant que des efforts éducatifs puissent mieux préparer la prochaine génération. C'est peut-être là la difficulté : les flics, ça peut avoir un effet rapide, l'éducation a un effet sur le moyen-long terme...

Bon, transigeons : 50 k€ pour l'éducation, et 50 k€ pour la police...

mardi, 07 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Bon ben... Aujourd'hui on apprend que la correction du baccalauréat scientifique, suite à un manque "d'étanchéité" du secret des sujets d'examen, va faire l'objet d'une bidouille supplémentaire. L'objectif est toujours le même : obtenir un pourcentage de réussite programmé au baccalauréat.
Donc que 5,5 ans plus tard la fabrique tourne toujours à fond.
Par contre, je n'ai pas entendu parler d'une quelconque recherche de responsable et de sanction pour cette lamentable fuite.
Responsable est un mot qui n'appartient pas au vocabulaire de l'administration du mammouth.

jeudi, 23 juin, 2011  
Blogger Padraig said...

Ah ? C'est ici qu'on cause de cette lamentable sur-réaction du ministre de l'éducation suite à une fuitounette dans un blog obscur ? Sous prétexte que quelques centaines (peut-être) de candidats ont triché, on romp le contrat avec les 160 000 autres ? Le contrat, c'était : "voici les épreuves, et vous avez deux heures pour rendre votre copie". Et quelques heures après, on annonce "ah, ben non, on a changé d'avis, les épreuves , c'est plus ça, et ceux qui ont passé tout le temps sur le premier problème auront zéro".

Décidément, le style de gouvernement "moelle épinière" diffuse auprès des amis de Nicolas, pour le plus grand mal de la France...

jeudi, 23 juin, 2011  
Blogger Jack said...

@Pad : tu as tout a fait raison.
Et ce mode d'action est typique de l’attitude du technocrate face à un problème simple et limité: il sort une mesure générale qui emmerde tous le monde et crée 100 fois plus de problèmes qu'elle n'en résout.

La police cherche les coupables, mais le ministre a-t-il un responsable de l'organisation du baccalauréat à sanctioner?

vendredi, 24 juin, 2011  
Blogger Jack said...

J'oubliais de dite que la correction étant organisée comme une vaste bidouille technocratique, il est assez normale que la première solution imaginée pour régler ce problème soit une nouvelle bidouille.

vendredi, 24 juin, 2011  

Enregistrer un commentaire

<< Home